Grand frère

il y a
3 min
45
lectures
0
Je m’appelle William-Alexandre, j’aurai quatorze ans dans un mois et demi, je viens de faire ma rentrée en seconde générale. Depuis deux semaines, je suis triste car la vie m’a enlevé mon grand frère, Maxence, 16 ans et demi.

Du coup je me retrouve tout seul avec maman à l’appart, ça craint. C’est un peu nul sans lui mais maman fait ce qu’elle peut. Je vois bien qu’elle est triste aussi, des fois elle pleure mais je fais comme si je voyais rien parce que c’est gênant. Je suis un enfant, c’est pas mon rôle de consoler les adultes.

Le pire c’est le soir à table, on se retrouve comme deux cons maman et moi. Sans les conneries de Max, c’est pas la même ambiance. Son sens de l’humour, ses blagues, sa capacité à imiter les attitudes, les accents, trop drôle, mon frère !!

Au lycée, je vois ses potes, ils me parlent de lui, il leur manque aussi. C’est ça quand les gens qui prennent beaucoup de place partent, ça fait un grand vide. En tout cas, ça me fait du bien de parler de lui avec ses amis. Et quand je le dis à maman, ça lui fait plaisir. Au moins personne ne l’oublie, c’est cool ! Enfin, c’est normal, quand-même.

J’aurais trop aimé qu’il soit là, le matin avec moi. On aurait pris le petit déjeuner ensemble et on serait parti tous les deux au lycée. Ca me fait mal au ventre quand j’y pense. Enfin bref, c’est la vie, il paraît. Ya des fois où ya des choses qui nous rendent triste et c’est comme ça, on n’y peut rien...

Et puis aussi, des fois, je lui en veux et du coup, je m’en veux de lui en vouloir... C’est plus fort que moi. Mais n’empêche, c’est vrai. Je lui en veux d’être parti. Pourtant je sais bien que c’est pas sa faute.

Enfin bref, ça me fait drôle parce que c’est tout mon quotidien qui a changé. Et en plus pile au moment où je passe au lycée, un endroit que je connais pas. J’aurais tellement préféré que mon frère soit là pour m’aider à avoir moins peur. Parce que là, je suis vraiment le plus petit du bahut vu que j’ai un an d’avance... Enfin, bref...

Pour les devoirs, maman m’aide mais avec Max ce serait mieux. En plus, lui, il m’engueulerait pas. Au contraire, on se marrerait ! Bon discrètement parce que maman, elle est chiante avec ça. Les devoirs, c’est sacré, ça rigole pas avec maman...
Et puis le soir aussi, au moment du coucher, j’aurais bien aimé qu’il continue à venir en douce dans ma chambre sous prétexte de me dire bonne nuit alors qu’en fait c’est juste pour me raconter des trucs marrants. Et en plus, c’est quand on n’a pas le droit de rigoler qu’on prend les meilleurs fous rires !! Ohlala combien de fois on s’est fait engueuler par maman parce qu’elle nous entendait pouffer à l’heure du “dodo” comme elle dit car elle est un peu vieux-jeu, des fois ! Elle oublie régulièrement que son “petit dernier” a treize ans et demi passés, je pense...

En tout cas, j’essaye d’être le plus sage possible pour que maman soit contente et qu’elle oublie un peu ses malheurs. Au lycée aussi j’essaye de pas trop me faire remarquer et je travaille de mon mieux comme ça on me fout la paix et maman est tranquille.

Des fois, je m’ennuie quand j’ai fini mon travail scolaire et j’ai encore le réflexe d’aller chercher Max dans sa chambre pour l’embêter un peu pendant qu’il est concentré sur ses devoirs et d’un coup, je me souviens qu’il est pas là et ça me fait mal au ventre ça aussi et ça me fait monter les larmes aux yeux. Dans ces moments-là, je reste bien caché dans ma chambre et je dis rien à maman parce que je veux pas qu’elle soit encore plus triste...

Des fois j’ai l’impression que c’est moi qui suis responsable d’elle, comme s’il fallait que je la protège. Enfin, bref, ça doit être le rôle de celui qui reste où un truc comme ça...

...

Aujourd’hui, on est vendredi et j’adore le vendredi, c’est mon jour préféré ! Déjà parce que c’est le week-end mais c’est pas à cause de ça que j’adore le vendredi.
En vrai de vrai, mon moment préféré c’est le vendredi à 18h47.

Ah maman m’appelle (Mon loulou, c’est l’heure, faut y aller !). Alors vite, vite, j’enfile mes chaussures et ma veste.

On arrive à la gare un peu en avance, je me précipite sur le quai, j’entends maman me hurler de faire attention aux voitures mais je m’en fiche, je fonce !

Maman m’a rejoint et me tient fort par la main, c’est un moment important pour nous !
Le train arrive enfin, je dévisage tous les passagers qui descendent sur le quai, je suis impatient.
Ah ça y’est ! Maman me serre la main plus fort quand elle le voit s’avancer vers nous.
Il nous prend dans ses bras et nous on le serre hyper fort pour bien lui rappeler qu’on l’aime et il râle mais il est content, en fait, je suis pas dupe !

On arrive pas à le lâcher et maman lui dit qu’il nous a beaucoup manqué. Alors Max répond “Abusez pas, je suis parti une semaine, même pas. Je suis en internat, c’est pas comme si j’étais mort, quand-même !” Et il se marre !
Et moi j’ai envie de lui dire qu’il m’a trop manqué cette semaine, que c’est dur pour moi de plus avoir mon grand frère avec moi tous les jours mais je dis rien parce que je suis grand maintenant, faut que je fasse le mec fort, je vais avoir quatorze ans, quand-même !!
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !