1
min

Genêts

Image de Anne de Sète

Anne de Sète

25 lectures

8

Couchée dans les genêts, elle sentait encore quelques brumes de culpabilité... mais si peu ! Elle s'étira, sourit au soleil, ferma les yeux de volupté.
Lui se rhabillait, pressé. Le slip sans charme, le pantalon avec les poches à l'italienne, un pantalon de vieux, tout noir, enfin je crois, la chemise bleue rayée (ah non, pas rayée ? J'aurais cru) et puis les mocassins, à pompons bien sûr. La sacoche, et la veste sur le bras. Les gestes pour chercher les clés de la voiture.
Bouf ! Ça valait tout juste une pause déjeuner...

Le matin, elle avait vu ce beau soleil, et avait trouvé dommage de ne pas pouvoir le partager. Vraiment dommage. Mais bon...
Elle était sortie faire des courses, flâner dans les rues... Un jour de repos dans sa semaine galopante. Ah, et puis il y avait ce truc à régler avec la banque.
Elle l'avait vu en entrant, qui la repérait. Les yeux déjà gourmands. Elle avait donc choisi son guichet, à l'aguiché. Elle avait expliqué son problème, lentement, en en rajoutant un peu dans le genre innocente à déniaiser. Lui, à l'aise dans son rôle de conseiller,donc dans son rôle de mâle sûr de lui, de plus en plus protecteur. Elle savait déjà que, sûr de lui, il l'était surtout dans les apparences. Pour le boulot, en somme. Mais c'est lui qui ne le savait pas.
Elle avait fait traîner. Plusieurs personnes étaient déjà passées aux guichets voisins, elle ne comprenait toujours pas très bien. "Mais si je fais ça, je ne cours pas le risque de... ?" Finalement, il lui avait proposé de déjeuner ensemble, il en profiterait pour reprendre tous les points avec elle. Il était jeune et bien bâti, les yeux toujours aussi gourmands, elle n'avait pas refusé.
C'est ainsi qu'après une dînette vite expédiée au snack du coin ils s'étaient retrouvés dans sa voiture. Elle avait imposé d'en sortir, d'être dehors. Et par-dessus son épaule ferme et brune, elle avait vu la profondeur du bleu du ciel. Un oiseau l'avait traversé, en criant...

Elle se sentait tellement bien, maintenant. Elle ne voulait pas bouger. Elle avait le temps, elle ferait tranquillement les trois kilomètres pour rentrer. Elle ne craignait pas le soleil.
Elle avait eu le meilleur de lui-même. Aucune envie qu'il lui raconte sa vie, ni qu'il lui pose des questions, ni qu'il se taise à côté d'elle. Elle lui fit signe de la main quand il partit, s'enivra du parfum du genêt, et sourit à deux papillons qui voltigeaient.

8

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Marie
Marie · il y a
Belle promenade dans les genêts et belle écriture.
·
Image de Adibro
Adibro · il y a
J'avoue qu'au début j'étais un peu perdu mais je m'y suis retrouvé :)
Ta façon de raconter est vraiment cool :)

·
Image de Anne de Sète
Anne de Sète · il y a
En ce temps de printemps paresseux, on voudrait être là, ce jour-là, n'est-ce pas ? Oui, suivons les papillons dès qu'ils nous convient à leurs danses, vous avez raison !
·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
un texte savoureux et bien parfumé, la chute a l'air si prometteuse, on a envie de poursuivre la danse des papillons
·
Image de Anne de Sète
Anne de Sète · il y a
C'est tout à fait ça... Quelle jolie image !
·
Image de Volsi
Volsi · il y a
Dans les genêts : un insecte piégé puis relâché sans qu'il en ait conscience, pour le plaisir des fleurs
·
Image de Anne de Sète
Anne de Sète · il y a
Merci, Flore... C'est tout à fait comme cela que le vois ! Vivement le printemps, pas vrai ?
·
Image de Flore
Flore · il y a
Un joli moment dans les genêts....
·
Image de Zurglub
Zurglub · il y a
Pas mal !
·
Image de Anne de Sète
Anne de Sète · il y a
Merci... Je me demande si ce n'est pas exactement ce qu'elle pense aussi !
·