1
min

Gaston ou Louis ?

Image de Helene Kowal

Helene Kowal

39 lectures

3

Deux mamies, un papy. Et le deuxième, il était où ?
À force de suppositions, j’ai pris les choses en mains et mené ma petite enquête.
Il s’appelait soi-disant Gaston, mais nous n’avons jamais eu l’occasion de nous croiser sur cette terre.
C’était, d’après ce qu’on m’en a dit, un homme de caractère, ambitieux, entreprenant et sûr de lui. Un homme qui réussissait dans la vie, et suscitait respect et admiration. Ces mots puissants s’étaient reliés les uns aux autres pour sculpter dans mon esprit l’image d’un Grand Homme...
Soudain, j’ai remarqué la curieuse insistance de mes parents et grands-parents à me faire découvrir, un par un, les films de Louis de Funès. Au fur et à mesure que j’apprenais à connaître ce personnage hors du commun, un attachement tout particulier est né. Plus je le regardais jouer, plus je me sentais proche de lui, comme connectée, hypersensible à son humour, à ses grimaces, à ses comportements farfelus et à ses cris du cœur.
Je constatais aussi à quel point le fait de l’imiter dans ses singeries faisait rire mes parents, et les rendaient comme « fiers de moi ». Ma mère, elle aussi, avait tendance à s’approprier les mots de Louis pour nous amuser...

Et puis, tout a fait sens pour moi. J’ai compris pourquoi cet acteur avait une place privilégiée pour notre famille. Ce n’était pas n’importe qui. C’était mon papy.
Comme il me faisait toujours rire, mes parents avaient eu peur de me rendre triste en m’avouant que mon papy était mort fatigué d’avoir trop voulu amuser les autres. Mais maintenant que j’étais au courant, il allait falloir que j’annonce à mes copains l’incroyable secret que je venais de découvrir. Bien que persuadée de détenir la vérité, j’ai jugé bon de demander confirmation à mes parents, mais encore une fois ils ont tenté de me protéger en niant.
Pendant des années, j’ai regardé mon papy s’agiter à l’écran, avec des sentiments mêlés d’admiration et de fierté.
Jusqu’au jour où Mamie m’a montré une photo de son mari, jeune homme posant fièrement devant le grand bâtiment de l’entreprise dont il était directeur.
C’était un homme de grande taille, brun ténébreux aux cheveux quelque peu ondulés, avec un regard vif et sombre, quelque chose de déterminé dans la posture et l’allure d’un homme sûr de lui et fier de ce qu’il avait accompli...
Louis ou Gaston, quelle importance ?
Je le savais depuis toujours, mon papy était un Grand Homme.

Thèmes

Image de Très très courts
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,