2
min

FUITE LEGITIME

Image de Gini Meryem

Gini Meryem

2 lectures

0

Ce matin il se réveille en se demandant une fois de plus comment sortir de ce cycle infernal..
Regardant son fils dormant à ses cotés sur ce vieux tapis râpé, il soupire, fatigués de ses déplacements, hier ils se sont installés dans ce camps de réfugiés de la croix rouge mais il sait qu'ils n'y sont pas plus en sécurité, les obus tombent à moins de 10km...
Ce matin c'est avec la ferme intention de partir le plus loin possible qu'il emballe ses affaires, réveille son fils, et regarde cette contrée, perdue, sa terre il se mit à tournoyer sur lui même, ce manège dé paysages brulés, sombres, de maisons effondrée......tout n'était plus que désolation, où était son village? Tous se ressemblaient au loin on pouvait voir le haut du minaret d'une mosquée, seul bâtiment resté intact
Il attrapa son fils, pris son sac et regarda sur les plan qu’il avait, s'ils le pouvaient ce soir ils seraient en Turquie....le parcours sera certainement une débandade de courses, cachette....mais il ne voulait plus de cette vie pour son fils,
Alors il lui expliqua son projet, le petit bout avait confiance en son papa et le suivit instinctivement en lui prenant la main, "je t'aime mon fils quoi qu’il arrive pense à ta vie " ; il regarda en arrière une dernière fois, au loin il entendit retentir une sirène...les bombardements recommençaient....
Ils coururent des heures à travers des villages vides, la où le vent avait du joncher le sol, un trou... de feuille, déchets qui cachaient des cadavres dont l'odeur ne trompait pas
Arrivés non loin de la frontière, ils se reposèrent dans une maison abandonnée mangèrent un peu de pain prièrent
3 heures plus tard ils se remirent en route, le poste n'était pus bien loin, la Turquie devant faire face a ce vent de migration, ce passage était incontournable, passer inaperçus serait presque un miracle, mais la nuit était tombée et peut-être cela serait un peu plus facile..
Ils arrivèrent près d'une maison, la porte s'ouvrit une vielle dame toute voilée arrive " venez monsieur"
Ils entrèrent et un peu hésitant ils demandèrent si elle savait comment sortir
"Mon frère revient chaque nuit avec des uniforme de soldats morts, on les donne pour sauver la vue de familles...quand mon père est mort je lui ai juré de sauvé un maximum de gens, et je resterai fidèle à ma parole, je n'ai plus rien à perde dans cette guerre"
Ils repartirent donc le lendemain reposés prêts à affronter cette maudite frontière
Le père fit passer le petit pour un enfant enfui il prétexta des blessures et demanda un véhicule pour l'emmener à l'hôpital le plus proche, dieu était avec eux,,....ils partirent jusque Belek, petite station balnéaire s y arrêtèrent pour s'approvisionner et repartirent loin très loin......
Un jour il devra se réapproprier sa terre y voir grandir ses petits enfants........

Thèmes

Image de Très très courts
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,