Fugitive

il y a
2 min
0
lecture
0

J'ai pris refuge dans cette jolie cabane au milieu des bois.
Il pleut des cordes depuis deux jours et heureusement cela ne semble pas s’arrêter.
J'ai tout plaqué, tout, pour m'isoler.
J'avais besoin de m’éloigner du poids de la société, qui nous dicte à longueur de journée quoi, comment et quand faire.
Nous n'avons plus le temps de nous poser la question : mais qui suis-je vraiment ?
Observez-donc , la plupart des auteurs diront ceci: et soudain un bel homme ténébreux apparut à l'embrasure de la porte, il était trempé, il recherchait la chaleur d'une cheminée...
Comme-ci une femme seule, ce n’était pas normal, indécent presque feignant la solitude afin de paraître encore plus attendrissante...
Oui, pour certaines, il est tout simplement impensable de s'isoler de la gent masculine, elles ont besoin de se sentir rassurées, protégées, guidées...
Pourtant, il existe encore des femmes que si elles choisissent un homme ce n'est pas pour combler un manque.
Elles aiment, elles espèrent grandir à deux, un compagnon au lieu d'une canne.
J'avais eu cette chance d'être poussée au mariage avec une personne en apparence exemplaire.
Il ne fallait pas autant s'y fier...aux apparences.
Très vite, ses crises de colère s’intensifièrent, il trouvait le moyen de justifier chacun de ses coups portés, ou de paroles assassines...
Il me fallut des côtes brisées pour avoir enfin le courage d'affronter le regard d'une société où quoi qu'il arrive c'est forcément la faute de la femme, même aux yeux de ses propres parents.
Je voyais la gêne et la honte dans leurs regards...ils n'avaient qu'une idée en tête, me trouvait un nouveau mari.
M'avaient-ils demandé mon avis ? Non.
Ils s'en fichaient bien, une femme ne doit en aucun demeurer vieille fille, et de ce fait comme j'étais déjà divorcée, n'importe quel homme ferait l'affaire, pour la majorité ils étaient plus vieux que moi, pourtant, j’étais jeune et encore toute mignonne. Des veufs, des divorcés en veux-tu en voilà. Je n'avais plus le droit au premier choix, et je devais m'estimer heureuse selon eux.
Alors marre de devoir supporter une telle arrogance à ne pas m'écouter, je sortis de chez eux, car ce n'était plus chez moi, si vous me trouviez ingrate de les rendre tristes, sachez que je les ai entendu dire," il aurait mieux valu qu'elle meurt sous ses coups que de vivre la honte devant nos voisins et les autres membres de la famille".
J'ai donc exaucé un vœu, ici dans ce lieu inconnu de tous.
Je n'ai pas fui, simplement, pour ne pas sombrer dans la folie, je devais absolument sortir, m'extirper de cette maudite magne.
Ils disent qu'une femme reste fragile seule, je ne le suis pas, je ne l'ai jamais été. En ce qui concerne ma défense, ma carabine chargée me suffira amplement.
Enfin, je respire, je médite. Je découvre au fur et à mesure des jours, qui je suis vraiment, quelle est ma couleur préférée, qu'est-ce qui me plaît, où j'aurais aimée vagabonder, telle une enfant écervelée.
J'apprends à prendre mon temps, et surtout à faire confiance à mon jugement.
Je ne suis pas sans cœur, je mérite aussi de l'attention. J'ai mon mot à dire, je suis triste de la valeur que les parents donnent à leurs enfants, pas seulement par la faute des hommes, mais aussi par celle des femmes.
Je pensais qu'une mère pouvait comprendre, mais je me suis bien leurrée...Comment le pourrait-elle, alors quelle même juge les femmes libres sans maris comme des dévergondées?
Aujourd'hui, je ne peux pas dire quand je pourrais retournée vers ce monde de fou.
Ce qui compte le plus en cet instant c'est que je me sentes bien et heureuse pour la première fois de ma vie.
Je savoure les créations divines et je guérie lentement mais surement de mes blessures physiques et psychiques...
Cette pluie diluvienne, soigne mes peines.
Elle répare en clapotis, ce qui fut détruit par autrui.
J'avais besoin de temps
Il n'en avaient pas
Ici, j'en trouvais à profusion.
...
Mais une notion demeure concrète, Je ne suis jamais seule...je ne l'ai jamais été.
...

0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,