2
min

Froc et Fric

Image de Jérôme Sibille

Jérôme Sibille

28 lectures

39

L’aube d’une nouvelle relation, c’est coton.
Quand j’l ai zieutée pour la première fois, je sortais à peine du turbin : passé dix-huit à la tocante. Sur le bête trottoir d’en face, elle était. Elle m’en a fichu plein les mirettes. J’en suis resté scotché. A peine trente balais, un décolleté à plonger dans le coma et un derche d’anthologie. Une vraie bombe, quoi.
En une seconde, j’en suis tombé dingue. J’ai commencé à gamberger :
Sûr, faut que j’ lui cause et que j’l ‘emballe.
Souci, j’ai le palpitant qui s’affole, le regard figé sur elle comme un mollusque et les paluches qui commencent à trembloter. Je flippe à l’idée de l’accoster et de passer pour un blaireau. Je dois me secouer la caboche un bon coup pour m’arracher et traverser la rue.
Une fois devant elle, j’ai bafouillé un truc genre:
- On s’est pas déjà rencontré quelque part ?
Plus ringard, on peut pas. J’ai aussitôt pensé qu’elle allait me prendre pour un chieur de première. Mais classe, la fille, elle a juste dit :
- Même pas en rêve. Dégage.
Elle a continué à marcher. Mais j’me suis pas démonté, j’étais motivé. Et quand on est motivé, on s’accroche. Et quand on s’accroche, on se donne les moyens. J’ l’ai rattrapé et j’lui ai proposé:
- Allez, j’t’invite à becqueter quelque part ? Un petit gueuleton dans une brasserie de la haute ?
Alors là, elle s’est arrêtée net, m’a détaillé de la casquette jusqu’aux pompes. J’ai senti que ça tournait dans le ciboulot. A l’époque j’étais plutôt bien fringué pourtant je me suis senti à poil. Au bout d’une minute, elle a lâché:
- Après tout, pourquoi pas ?
Après ça, fallait me voir : j’avais la banane jusqu’aux oreilles.
J’ croyais pas ma chance alors j’ lui ai sorti le grand jeu. J'ai voulu la jouer grand seigneur, resto quatre étoiles, chandelles et tout le tralala, genre tu craches un max au moment de la douloureuse mais t’as encore la dalle en sortant. Elle m’a laissé tchatcher toute la soirée et je lui ai raconté mes guerres. Le roi du monde, j’étais. Tout en jactant, j’ la quittais pas de mes yeux de merlan frit. Faut dire, y avait de quoi être hypnotisé par ses nichons. Ils bougeaient comme de la gelée anglaise.
A vous donner des frissons partout. Et je vous parle pas du braquemart dans le falzard. Alors au moment du kawa :
- Allez, j’t’invite à en siffler un dernier dans mon taudis?
Je vous l’ai dit, ch’uis doué. Pourtant, j’ sais pas si c’est l’effet du pinard ou ma belle gueule qui lui revenait, elle m’a retourné :
- Ok, montre-moi ta caverne, j’te ferai peut-être visiter la mienne.
Waouh! Une répartie pareille, ça, c’était de l’inédit. Avant qu’elle change d’avis, j’l’ai fait monté fissa dans ma caisse. Quel bouffon je fais, j’aurais bien dû me méfier : c’était plutôt chelou. Comme ça, du premier coup? Mais voilà, mon palpitant qui se précipite, c’est ma boussole qui s’affole. Résultat : je perd le nord.

A l’arrivée, on a encore éclusé quelques bouteilles. J’les comptais plus, les cadavres s’accumulaient. A la fin, j’étais complètement cuit. Elle m’a sorti :
Poireaute un peu au pieu, j’arrive.
J’étais tellement fait, à peine désapé, j’me suis écroulé et j’ai écrasé comme une masse.
J’ai émergé au petit jour.
Mon crâne résonnait comme un tambour, un mal de cheveux à ne pas supporter le froissement d’un papier.
C’est en remettant mon froc et en titubant à moitié que ma cervelle s’est remise en route. Où elle est fourrée la gonzesse? Et pourquoi mon portefeuille il est par terre et grand ouvert ? Putain il est où mon flouze, y‘ a plus rien ! Plus un radis !
Plumé comme un pigeon. J’ai enfin pigé en voyant le miroir de la salle de bains. Au rouge à lèvres : « Va falloir que les mecs arrêtent de voir les filles comme une simple paire de nibars, juste là pour décharger ce qu’ils ont dans le calbar. Tu saisis ? Elles ont un coeur et elles ont une tête. Cette leçon vaut bien quelques biftons. Alors j’me sers.Tu verras, c’est l’aube de nouvelles relations ».

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très court
39

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Nais
Nais · il y a
Audacieux et gouailleur !
·
Image de Jérôme Sibille
Jérôme Sibille · il y a
J'en avais assez du sirupeux et de l'eau de rose...
·
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Drôle. Mes encouragements.
·
Image de Jérôme Sibille
Jérôme Sibille · il y a
Merci. Il est bon de varier les styles...
·
Image de Laureline
Laureline · il y a
Amusant!
·
Image de Jérôme Sibille
Jérôme Sibille · il y a
Ravi que le texte vous amuse, je me suis moi-même bien amusé à l'écrire.
·
Image de Laureline
Laureline · il y a
j'imagine!
·
Image de Serge Debono
Serge Debono · il y a
Bravo ! Très drôle ! Le vôtre sort vraiment de l'ordinaire, et j'aime bien ce personnage et ce "jactage" à la Renaud. Bravo Jérôme ! Si ça vous dit, un p'tit voyage http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/noon
·
Image de Jérôme Sibille
Jérôme Sibille · il y a
Merci ! Je voulais effectivement sortir des clichés. Il y a toutes sortes de Valentins et de Valentines...
·
Image de Serge Debono
Serge Debono · il y a
Complètement d'accord. Et merci de votre passage sur mon texte. A bientôt Jérôme.
·
Image de Jfjs
Jfjs · il y a
oh le plouc !
·
Image de Jérôme Sibille
Jérôme Sibille · il y a
Eh oui, c'est le flop du plouc...
·
Image de Abi Allano
Abi Allano · il y a
Espérons que l'expérience lui serve de leçon. (-:
Beaucoup d'humour, bravo!

·
Image de Jérôme Sibille
Jérôme Sibille · il y a
Un mâle pour un bien
·