Frisson Ardent

il y a
5 min
95
lectures
62
Image de 2019

Thème

Image de Très très court

Cela faisait bien deux heures que Alan s'enfonçait dans la brume écarlate. Il n'avait vu aucun signe de vie depuis longtemps et ne songeait qu'à mettre un pied devant l'autre en espérant arriver quelque part. N'importe où. Quelque part où il y aurait des humains, des animaux, des arbres, une route même, une maison ou un hôtel. Pour l'instant il n'y avait que cette épaisse couche de brouillard, et il sentait craqueler sous ses pieds de fins cailloux qu'il ne pouvait voir. Il vagabondait maintenant depuis trois jours pour fuir un crime qu'il n'avait pas commis. S'il se savait innocent, la police n'était pas de cet avis. Il commençait à regretter de s'être éloigné de la population pour ne pas être retrouvé, et se demandait s'il mourrait de faim ou de fatigue.
La brume commença à se dissiper et il put entrevoir de minuscules cailloux pourpres sur le sol. Il regarda autour de lui, l'horizon s'étendait. Mais en fronçant sourcils et paupières, il pu voir au loin quelques arbres qui avaient l'air d'appartenir à une forêt. Sa direction était tracée. Peut-être y trouverait-il un cours d'eau et de la nourriture. Ou alors il se perdrait un peu plus et finirait par mourir de froid.
Lorsqu'il fut à l'orée de la forêt, il sentit son cœur palpiter à la vue d'une lumière au milieu des arbres. Oubliant la fatigue, il se hâta, laissant ses jambes s'emballer et le conduire aussi vite que possible vers cet espoir, vers ce sentiment qu'il ne pensait plus jamais ressentir.
Il ne vit ni n'entendit aucun animal sur sa route, mais tenta de ne pas y prêter attention, se disant que les arbres sont déjà une forme de vie, et que si cette lumière émane, elle a bien été créée par quelqu'un ou quelque chose. Le noir était de plus en plus présent, le soir laissant place à la nuit. Et, à peine reflété par la lune, une cabane trônait au cœur d'une clairière. Cela faillit faire cesser de battre le cœur épuisé de notre héros. Il s'y avança, non sans méfiance et alla porter son poing contre la petite porte en bois. Il tapa, une, deux, trois fois. Il eût l'impression que la forêt commençait à se réveiller, et des bruits de battements d'ailes et de sourds hululements parvinrent à ses oreilles. Il y avait du mouvement autour de lui. Alors qu'une perle commençait à goutter de son front, il tapa à nouveau, sans être sûr qu'il y avait moins à craindre à l'intérieur.
La porte s'ouvrit et laissa apparaître un homme assez rustre, de taille moyenne, cheveux bruns en batailles, une barbe de quelques jours, le dessous des yeux grisé, un teint assez pale, l’œil sombre mais le regard pétillant. Il portait une chemisette grise à rayures horizontales, un pantalon beige assez large et troué, et des sandales vielles d'au moins quinze ans. Il amena une main à son front, et Alan pu voir une cicatrice sur le dos de la paluche, ainsi que des ongles noircis par le travail ou le temps. Il avait trois longues rides qui s'étendaient sur le côté de ses yeux, ainsi qu'au dessus de ses fines lèvres craquelées. Sur ses joues creusées, quelques grains de beauté se baladaient de ci de là. L'homme regarda Alan, sans aucun étonnement, et resta silencieux.
- Excusez-moi...
Notre héros avait du mal à articuler. Il déglutit, et inspira un bon coup, puis relâcha.
- Pardon de vous déranger... je suis perdu, j'ai très faim, et je suis épuisé...
L'homme ne répondit pas et ne le quitta pas des yeux. Après un court temps, il se mit sur le côté, et ouvrit son bras pour inviter Alan à entrer. Celui-ci hésita un instant, puis se dit qu'il mourrait bientôt de toute façon. Il entra. L'entrée donnait directement sur ce qui pourrait être un petit salon, meublé de trois chaises en bois, d'un fusil de chasse pendu au mur, d'un petit meuble sombre avec quelques cartouches et une bouteille de vin posées dessus. Une cheminée laissait crépiter un feu qui chauffait la cabane, bien trop au goût de Alan. Celui-ci commençait déjà à transpirer à grande goutte. Il retira son manteau, mais avait encore trop chaud. Au fond de la pièce, un petit passage donner une cuisine des plus simplistes, faite d'un évier rouillé et d'un plan de travail à moitié dévorait par les insectes. À sa droite, Alan vit deux portes fermées et ne put s'empêcher de se sentir mal à l'aise à ne pas savoir ce qu'il y a derrière. Sans doute une chambre et une salle de bain, se dit-il, mais il se crispa malgré tout face à ce mystère. L'homme lui montra une chaise où Alan s'installa, et lui apporta de l'eau dans un gobelet en métal, ainsi que du pain. Notre héros senti l'eau et tâta le pain, puis les engloutit.
- Merci.
L'homme cligna des paupières et hocha un peu la tête en guise de de rien, puis récupéra le gobelet et le posa sur la table près des cartouches. Il prit ensuite une chaise, et s'installa près d'Allan, le fixant de ses pupilles noires, sans dire mot.
- Vous habitez seul ?
Hochement de tête.
- Ce n'est pas dangereux ici ?
Non de la tête.
Alan cru voir un léger rictus se former sur les lèvres minces du curieux personnage, cela juste une seconde, ou deux. Il regarda autour de lui et aperçu un petit canapé dans un creux au fond de la pièce et fut étonné de ne pas l'avoir vu avant. Il était rouge et violet à carreaux, recouvert d'une épaisse couche de poussière le rendant plus sombre encore qu'il ne l'était déjà. La lumière de la pièce venait principalement du feu de cheminé, une ampoule terne clignotait au plafond. L'homme se leva et servit à nouveau de l'eau à Alan, celui ci but cette fois ci par petites gorgées. L'homme devait avoir la cinquantaine, il avait un pied qui traînait et semblait avoir un bras plus court que l'autre, sans que ce ne soit vraiment flagrant. Il se dirigea vers une des portes qu'il pris soin de ne pas ouvrir entièrement, la referma derrière lui, laissant notre héros seul sur sa chaise grinçante, puis revînt quelques minutes plus tard avec une vieille couverture mangeottée par les mites, qu'il déposa sur le canapé. Puis il se tourna vers Alan, et lui indiqua sont lit pour la nuit de la main. Alan se leva, et le remercie à nouveau. L'homme se glissa de même par la porte par laquelle il était passé plus tôt, et n'en ressortit plus. Alors, Alan se posa sur le canapé qui laissa s'échapper un nuage de poussière et s'allongea, éreinté. Il ne se couvrit pas de la couverture et ferma les yeux, malgré la tension qui régnait à l'intérieur de lui.
Alan ouvrit les yeux et sortit d'un sommeil profond à l'écoute de grattement dans les murs. Il se redressa, tremblant. Il n'y avait qu'une seule fenêtre, dans la cuisine, il alla donc vers celle-ci, frêle et suffoquant. Rien. Ça ne pouvait pas être plus calme que ça ne l'était. Les grattements cessèrent et laissèrent place à de petits gémissements. Le souffle de notre héros s'emballa, et, alors qu'il commençait a reculer vers le salon, une ombre passa brusquement devant la fenêtre. Alan se cogna contre le mur, se retourna vite, entra dans le salon, son corps était en ébullition. Les hululements étaient de plus en plus forts, et il ne reconnaissait pas les gémissements qu'il entendait. Sans réfléchir, il alla toquer à la porte par laquelle l'homme s'était dissimulé. Rien. Il tenta à nouveau. Rien. Des grincements provenant de la porte d'entrée le firent frémir. Il ouvrit la porte devant laquelle il se trouvait, la pièce était entièrement décorée de bouts d'humains, puants et sanglants. L'angoisse prit possession de Alan, et il entendit la porte d'entrée claquer, suivit d'une respiration lente, profonde et bruyante. Il se rappela le fusil, fonça, mais il n'était plus accroché au mur. Ce qu'il vit cependant, lui glaça le sang. Une créature ressemblant à son hôte, mais plus costaud, plus grand, partiellement poilu, des oreilles en pointes et des défenses acérés. Le feu près de lui commençait à mourir, ne laissant pour toute lumière que cette fragile étincelle papillotant au plafond. Avant que les crocs ne creusent sa chair, Alan distingua deux nébuleux yeux jaunes défaits de pupilles, et tout devint noir, et son souffle disparut.

62
62

Un petit mot pour l'auteur ? 20 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Sisi Benh
Sisi Benh · il y a
Je vote pour ce récit à la chute inattendue ^^
Passez me lire si le coeur vous en dit

Image de Saperli Popette
Saperli Popette · il y a
Merci beaucoup !
J'ai je suis passer vous lire et j'en suis ravie !

Image de Sisi Benh
Sisi Benh · il y a
Merci à vous
Image de Elena Lmr
Elena Lmr · il y a
Jolie chute ! Un peu de fantastique qui ne fait pas de mal :D
Image de Saperli Popette
Saperli Popette · il y a
Merci beaucoup =D
Image de Saperli Popette
Saperli Popette · il y a
Désolée pour les fautes d'inattention ! Je ne sais comment modifier le texte...
Image de F. Gouelan
F. Gouelan · il y a
Vous pouvez en faire la demande (correction d’œuvre) via le formulaire de contact.
Bravo pour la narration amplement détaillée. Cela coupe le souffle.

Image de Saperli Popette
Saperli Popette · il y a
Super merci pour l'information ! Et merci pour le commentaire (=
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
un loup -garou ?
Image de Saperli Popette
Saperli Popette · il y a
Qui sait ? ^^ J'ai imaginé une créature qui se transforme, peut-être même à l'aide des animaux qui ne vivent que la nuit. Enfin, pas vraiment un loup-garou, je l'ai imaginé sans lui donné de nom (:
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Il ouvra ? J'ai l'impression que vous avez zappé les cours de conjugaison au collège...
Ceci dit, votre récit met le lecteur en haleine dès le début. Dommage que vous ayez une maîtrise un peu superficielle de la langue.

Image de Saperli Popette
Saperli Popette · il y a
Merci
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Bravo pour le suspense, je vote !
Image de Saperli Popette
Saperli Popette · il y a
Merci beaucoup (:
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
+5 pour le menu du jour...
Image de Saperli Popette
Saperli Popette · il y a
Merci ^^
Image de Dominique Coste
Dominique Coste · il y a
Terrifiant ! Mes voix ! Je vous invite sur ma page...
Image de Saperli Popette
Saperli Popette · il y a
Mes voix ? (x
Image de Dominique Coste
Dominique Coste · il y a
ben oui..mes voix ! lol
Image de Saperli Popette
Saperli Popette · il y a
Vous m'avez donné vos voix c'est ça ? ^^