3
min

Frisco

Image de Serge Debono

Serge Debono

318 lectures

271

J'espère ne pas avoir quitté la route. La brume dans ma tête est semblable à celle qui enveloppe le pare-brise de la Thunderbird. Roulant au pas, je tente de m'éclaircir les idées en sirotant un thermos de café pendant que les branchages raclent mes portières. Soudain, je vois un rayon de lumière transpercer la brume, tel un projecteur sur une scène enfumée. Lentement le soleil s'installe. Le voile matinal se lève laissant apparaître une demeure victorienne au bout du chemin.

Le jardin est encore désert. Seul mon adjoint, Forrester, déambule là-bas entre les deux arbres. Il y a dans l'air comme une odeur de sang et de chrysanthème... Les scientifiques seront bientôt là. Je cherche où j'ai bien pu fourrer ma plaque d'officier...
— Chef ! De toute ma carrière, je n'ai jamais vu une scène de crime aussi dégueulasse !
— Ouais. T'es à Frisco que depuis six mois...
— D'accord mais on lui a quand même tranché la gorge à plusieurs reprises, et son abdomen est littéralement déchiqueté. Vous savez qui c'est ?
— Oui, j'ai vu.
— Tangerine Hollyfield ! Je ne suis pas un grand fan, mais ma femme a tous ses disques. Vous aimez ?
— Bof... C'est quoi au juste, à ton avis ?
— Je dirais de la Soul-Music teintée de Folk-Rock...
— Forrester, je faisais allusion à la mort de la victime !
— Ah oui, pardon. Et bien, compte tenu du bide commercial de ses disques durant les deux dernières années, du milieu où elle évoluait et de son goût prononcé pour la méthamphétamine, je dirais que Tangerine n'a pas dû payer son dealer.
— Et la blessure à l'abdomen ?
— Euh... elle avait planqué de la came dans son ventre ?
— Ok, oublie... Rends-toi utile, tu veux bien ? Ferme lui les yeux et balise le périmètre.

Malgré mon demi-litre de café, j'ai encore la tête en vrac, les yeux verts écarquillés et vitreux de Tangerine Hollyfield me filent la nausée. J'ai besoin de m'asseoir. Mon adjoint surgit alors avec une chaise à la main. Forrester n'a pas inventé la poudre mais il est sans doute le plus prévenant et docile des adjoints. Mon cœur s'emballe, ma vue se trouble. Assis, je m'efforce de remplir mes poumons d'oxygène et de chasser le tourbillon d'images infernal qui hante mes pensées. Je contemple la maison de la victime. Elle fait partie des fameuses Painted Ladies, ces grandes maisons victoriennes en trois couleurs qui, avec les rues vallonnées, font la célébrité de notre belle ville de San Francisco.

Autour de moi, une dizaine d'experts s'agitent maintenant. Je cherche encore ma plaque... Certains me saluent, mais le son de leurs voix ne me parvient pas. A la place, un long sifflement diffus tamise l'atmosphère autour de moi. Je me sens parti. C'est le recul dont j'avais besoin avec toute cette activité qui m'entoure. Vissé sur cette chaise, mon esprit s'envole loin de ce corps éventré. Ils ont vraiment salopé le boulot ! J'essaie de me souvenir de la soirée d'hier...

J'étais du côté de Chinatown, avec les frères Mc Goohan et Peter Civello. On a pris toutes sortes de trucs et... Bon sang, je ne sais plus comment je suis rentré. Mais qu'est-ce qui me prend ! Il me manque une case ou j'ai trop forcé sur la méth ! La petite est là, la gueule en confiture et les tripes à l'air, et moi je m'inquiète de savoir comment je suis rentré ! James Lanza, le grand Parrain de la mafia locale m'avait promis un truc propre. Il avait ajouté : « Je te réserve une petite surprise en plus. Cadeau d'ami. »

Pour une surprise, c'en est une ! Les enfoirés ! Ils l'ont tellement charcutée qu'une fois que la presse se sera emparée de l'histoire, le F.B.I va certainement remuer ciel et terre pour retrouver son assassin. Cette petite était plus qu'un bon coup pour moi. C'était mon chef d'œuvre ! Jusqu'ici j'avais financé des putes au rabais, et quelques strip-teaseuses. Tangerine était une artiste. J'étais très fier de ma petite chanteuse. C'est moi qui l'ai sortie de son quartier de camés, et qui l'ai aidée à s'installer. C'est encore moi qui ai craché pour ses cours de chants. Ensuite, quand ça a commencé à marcher pour elle, elle a eu des petits ennuis avec un caïd local. Je m'en suis chargé. Sans parler de la coke et de la méth que je lui fournissais. Et cette petite salope me fout dans la merde ! Je l'avais pourtant prévenue. « N'emprunte pas d'argent à James Lanza. » Par dessus le marché, elle tombe enceinte de moi et me fait le coup du chantage ! Soit je raque pour ses conneries avec Lanza, soit elle garde le gosse... J'étais coincé. C'était elle ou moi.

Ma chérie... Regarde dans quel état ils t'ont mise ! Avec ces deux trous grossiers, l'un pour te faire taire, l'autre pour éliminer l'enfant que tu portais, tu es méconnaissable. Quel gâchis ! Ces gens n'ont pas su apprécier ta beauté délicate. J'en suis navré...

Une voix familière vient perturber ma rêverie, dissipant le sifflement rassurant pour retrouver les bruits naturels du jardin. Forrester se tient près de moi. Il agrippe mon épaule et me demande des explications. Dans sa voix, toute forme de respect semble avoir disparu. Il agite sous mon œil hagard ma plaque de police ensanglantée, extirpée du ventre de la victime. La fameuse surprise de James Lanza...

PRIX

Image de 2018

Thème

Image de Très très court
271

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Valoute Claro
Valoute Claro · il y a
Polar-noir et rouge-rock and blues du flic...
·
Image de Serge Debono
Serge Debono · il y a
Merci Valoute ;-)
·
Image de Corinne Girard
Corinne Girard · il y a
A peine le temps d'être immergée dans cette histoire sombre que j'ai reçu la fin comme un uppercut dans l'estomac !
·
Image de Serge Debono
Serge Debono · il y a
L'inconvénient ou l'avantage du Très Très Court ma Coco ;-) Merci !
·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Un texte bien noir en effet. Il faut toujours se méfier des mauvaises fréquentations !..
·
Image de Serge Debono
Serge Debono · il y a
C'est juste Lange ;-) Merci de votre passage.
·
Image de Daniel Nallade
Daniel Nallade · il y a
Un texte très bien écrit, avec une histoire sombre, horrible dans son contexte, la fin est digne d'un bon polar, avec le sentiment obscur de la manipulation! ( J'ai un ange jazzman qui vous attend sur ma page).
·
Image de Serge Debono
Serge Debono · il y a
Merci infiniment pour ces compliments. C'est avec plaisir que j'irai rencontrer votre ange jazzman.
·
Image de Daniel Nallade
Daniel Nallade · il y a
Merci pour mon ange!
·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
Ah super ce Frisco et qui n'a pas raté son coup de chaud, ceci en bonne humeur et en bonne saveur. J'en ai le souffle coupé et les voix bien secouées!
·
Image de Serge Debono
Serge Debono · il y a
Merci beaucoup de votre passage, Elena, toujours aussi savoureux.
·
Image de Praxitèle
Praxitèle · il y a
Court et noir comme le café, pour un ripoux qui va se faire serrer et finir à l'ombre...
Superbe Serge !

·
Image de Serge Debono
Serge Debono · il y a
Exactement Marco ;-) Un grand merci !
·
Image de Sophie Debieu
Sophie Debieu · il y a
Super! J'ai bien accroché :-) bonne chance
·
Image de Serge Debono
Serge Debono · il y a
Merci Sophie. Ça me fait plaisir. A très bientôt.
·
Image de Flore
Flore · il y a
Du retard dans mes lectures...Ce matin, un petit moment sur votre page....Ambiance noire, mais ce matin, il fait soleil ici, bon WE.
·
Image de Serge Debono
Serge Debono · il y a
Merci Flore. Bon week end également ;-)
·
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
Votre écriture est très visuelle, on s'y croirait ! Un tres bon texte façon polar. Et toujours votre amour pour le bon rock'n'roll en filigrane. Mes voix avec grand plaisir. Bonne nuit. Bon weekend.
·
Image de Serge Debono
Serge Debono · il y a
Je ne sais pas si je mérite toute cette attention mais c'est très aimable à vous. Merci mille fois pour tous ces beaux commentaires sur mes textes. A très bientôt Diamantina !
·
Image de Hervé Mazoyer
Hervé Mazoyer · il y a
Meutre drogue sang enquête policière...tous les ingrédient d un bon d un excellent polar. Toutes mes voix. Si vous en avez envie j ai un texte en competition sur ma page. Amicalement.
·
Image de Serge Debono
Serge Debono · il y a
Merci du compliment Hervé ;-) Je passerai vous lire avec plaisir. Amicalement.
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

La fin d'année approchait, et la date butoir pour le Prix Imaginarius avec elle. Un soir de doute, arpentant une rue déserte où la brume avait élu domicile au point d'en tamiser la lumière des ...