1
min

French liberty

Image de Citizen

Citizen

7 lectures

1

Paris, 1969

Moi c’est Ambre. Je suis une jeune fille venant d’une famille modeste et ce soir, comme presque tout les soirs, je m’ennuie. Du coup ce soir, comme presque tout les soirs, je sors. Il fait un peu froid, il y a un peu de vent mais Paris la nuit c’est beau, c’est lumineux, c’est plein de vie. Je retrouve mes amis pour boire un verre en terrasse et après on ira peut être dans un club pas loin. Il fait jour, qu’est-ce que je fais dans la rue ? Où suis-je ? Je déambule pour retrouver mon chemin. Je suis à moitié nue. Les gens me fixent. Des flashs de la soirée d’hier, lumières, musiques, je m’amuse. Qu’est ce qu’il s’est passé ? Pourquoi suis-je dans cet état ? Pourquoi je pleure ? J’essaie de retrouver mon chemin. J’ai froid. J’ai peur. Encore des flashs, acide, alcool, ma tête qui tourne. C’est pas la première fois que je bois et que je prends de l’acide il doit y avoir autre chose. Il me reste une cigarette, je la fume. Flashs, je sors fumer, il y a un homme dehors, Eliot je crois, plutôt beau. Je comprends toujours pas. Je continue de chercher mon chemin. Mais, ce bâtiment la bas, je le connais. Flashs, je suis chez cet Homme, il me fait boire et fumer. Que m’a-t-il fait pour que je sois dans cet état ? Mes vêtements sont déchirés, je suis presque nue, j’ai mal, j’ai des bleus partout et je saigne. Flashs, il veut coucher avec moi je ne veux pas, il m’arrache mes vêtements, me tape, me viole. Pourquoi moi, pourquoi comme ça ? Je ne peux m’arrêter de pleurer. J’arrive chez moi. Ma mère me met une claque, mon père me viré de la maison. Je l’ai cherché, je n’aurais pas dû sortir.
Paris le jour, c’est laid, c’est sombre, et je ne suis plus en vie.
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,