Franchir l'océan

il y a
1 min
57
lectures
3

Psychologue mais pas seulement. Assistant d'édition aussi et d'autres choses encore. Ecrit depuis toujours. Croit dur comme fer au pouvoir des mots. Ajoute - et c'est ça le secret de mon énergie  [+]

Je vous écris d’ici des chevrotines au cœur. L’odeur du jour qui se lève, le soleil pointe son nez. Tourbillonnent dans ma tête les milliers de kilomètres, parcourus. Vibrent encore sous le sabot l’asphalte noir, le gravillon, les herbes humides et les dangers, les peurs, vaincues. Je vous écris d’ici, face à la mer, le bruit du ressac qui étourdit et les embruns, des caresses sur mon pelage, sec. L’horizon tout devant, comme une promesse, si proche, la délivrance. Ne pas céder, ne pas renoncer, poursuivre le rêve, ne pas mettre genou à terre, malgré le sable lourd, la fatigue, la tristesse. Regarder loin, loin devant. Faire plier l’horizon, changer la courbure de la terre, ouvrir les eaux. Penser à ceux qui sont restés, là-bas dans la forêt, à ceux qui sont tombés, sous les balles, sous les coups, penser à ceux qui ont laissé, en route, robes et pelages. Me nourrir de leur défaite, me faire fort de leur brisure, prendre mon élan, m’envoler et...franchir l’océan.
3

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Pascal Roy
Pascal Roy · il y a
Homme : m. masc.ou fém. ou les deux, étrange animal qui, sous la forme d'un chevreuil avec du plomb dans l'aile, écrit sur un bristol aussi soyeux que son pelage ! Capable de franchir les grandes eaux ! Pardonne-moi cette définition, elle est bien sûr un brin ironique comme peut l'être le sort parfois !