2
min

Flipper, le poisson qui ne deviendra jamais dauphin

Image de Cendree

Cendree

8 lectures

1

Il était une fois un tout petit poisson rouge qui trouvait le temps beaucoup trop long. Il vivait en effet dans un aquarium rond et minuscule, posé sur une table, au beau milieu d’une immense cuisine. Il tournait et tournait toute la journée. Parfois, un des trois membres de la famille qui l’avait adopté lui jetait rapidement les graines dont il avait besoin pour s’alimenter. Cela l’occupait ainsi quelques minutes.
–Eh hop  ! j’ai gobé une graine  ! Et encore une  ! Feignait-il de s’amuser.
La famille l’avait prénommé Flipper. Comme le dauphin. Sauf que Flipper n’était en rien un dauphin. Il en rêvait pourtant. Il s’imaginait au cœur d’un océan sans limites, entouré de milliers de poissons avec lesquels il s’amuserait alors. Il s’imaginait admiré de tous. Mais chaque fois, il revenait à la réalité, se souvenant qu’il était seul, au milieu d’une table, prisonnier d’un minuscule bocal.
Un jour, il vit sa maîtresse amener un bocal immense...
-J’aurai plus de place ici, mais je serai toujours seul.
Le poisson vit que sa maîtresse remplissait l’aquarium d’eau. Il ne pouvait tout observer de la cuisine mais le peu qu’il voyait lui suffisait. Bientôt la maîtresse vint chercher Flipper à l’aide d’une passoire et le plongea dans ce nouvel aquarium. Le temps de se remettre de son plongeon, il ouvrit les yeux et s’aperçut qu’il était entouré de nombreux poissons. STUPEUR. Il s’agissait de 13 poissons à l’allure féroce qui se battaient pour manger les graines que la maîtresse venait de jeter. Flipper, qui détestait se battre, se demanda comment il pourrait désormais manger un peu.
Il ne pourrait faire le poids face à cette bande d’intrus. Il devait sympathiser
–Tu t’appelles comment  ? Demanda-t-il au poisson marron aux mangeoires difformes.
–Laisse-moi tranquille ou je te fais la peau.
–Je suis fichu se dit-il.
Il les chercha du regard mais ne trouva en chacun que menaces et agressivité. Tous, sauf un, minuscule et apeuré à l’extrémité de l’aquarium.
La maîtresse était attendrie et ne réalisait pas que son poisson rouge était tétanisé. Flipper s’approcha du poisson apeuré.
–Comment tu t’appelles  ?
–Je n’ai pas de nom, pourquoi que me veux-tu  ?
–Mais rien, je veux être ton ami.
–Tu es bien le seul  ! Mais impossible de s’échapper d’ici. Nous sommes enfermés.
–Je m’appelle Flipper  ! Et je veux être ton protecteur. J’ai une idée, veux tu être mon allié  ?
-Oh oui  !
–Nous resterons sur le côté et nous essaierons de montrer à la famille à quel point notre vie est pénible ici. Peut-être nous sauvera-t-elle de ce malheur  ?
–Tu parles  ! Les humains se moquent bien de leurs poissons. Pour eux, nous sommes juste une décoration.
–Mais ça nous coûte quoi d’essayer  ?
–Oui c’est vrai.
Au même moment, Flipper reçut deux violents coups de mangeoire. Il se colla contre la vitre. Lucas, le fils de la maîtresse, passa par là au même instant. –Maman  ! Maman  ! Viens voir  ! Flipper semble bien malheureux  !  »
La maîtresse s’approcha et rétorqua  :
-Mais non, tu te fais des idées, allez  ! viens prendre ton goûter.
Tous deux s’éloignèrent.
–Tu as vu  ? Je te l’avais dit  !! Dit tristement le nouvel allié de Flipper.
Mais Flipper avait décidé de ne pas se décourager. Le lendemain, il attendit que Lucas passe par là. Dès qu’il s’approcha, Flipper ordonna à son allié de l’imiter. Flipper et son ami se mirent à se débattre, à feindre de couler puis de revenir à la surface. Flipper ne voulait pas non plus passer pour mort car il n’avait aucune envie de finir dans la cuvette des toilettes comme ses prédécesseurs. Lucas appela sa maman qui, cette fois s’aperçut du problème.
–Mais que pouvons-nous faire  ?
Lucas avait les larmes aux yeux. Sa mère entreprit de résoudre le problème. Nous allons les isoler dans l’ancien aquarium. Peut-être la cohabitation ne leur convient-elle pas. C’est ainsi que Flipper et son ami rejoignirent l’ancien aquarium. Aussitôt , Flipper tourna et tourna avec énergie et s’amusa à danser autour de son allié  :
-On a gagné  ! On a gagné. On va être heureux.
Le nouveau locataire se sentit soulagé. Et heureux. Le lendemain, Lucas et sa maman apportèrent un peu de bonheur à leur nouvelle vie, des petits cailloux, un paysage paradisiaque. Flipper se sentit enfin heureux dans cet aquarium qui jusque là l’avait tant ennuyé.

1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,