FLEMMARDONS !

il y a
1 min
3
lectures
0
Évitons la surcharge ! Le monde est ce qu’il est. Les gens devraient vivre et point. On se charge parfois de politique et d’informations, tout azimut, mais qu’au bout du compte, l’on se retrouve épuisé. Blasés même. Les plus heureux sont ceux qui se contentent du peu, du minimum, car déjà le quotidien n’est pas une mince à faire. Le temps c’est de l’agent diront les avertis, certes ! Mais s’arrêter de temps à autre, prendre le temps de respirer, de se poser, de se vider la tête, de déconnecter est un excellent moyen pour la santé. De prendre du recul, de se ressourcer pour repartir de plus belle, quoi. S’arrêter un bout n’empêchera nullement la terre de tourner. Au diable le temps ! Que dalle pour ceux qui, chaque seconde pourrait s’avérer d’un intérêt crucial. Nos parents aimaient s’équiper d’un chapelet et ils avaient raison. C’est leur façon de se déconnecter du monde. Ils mettent leurs cerveaux en mode veille, quelques minutes. Un instant de poésie et de relâchement. Une manière de reconnaître que notre temps est si précieux et qu’il mérite qu’on le goûte, qu’on le rapproche de la sérénité du cœur, plutôt que du cerveau. S’arrêter quelque peu, c’est l’occasion de se retrouver en tête à tête avec soi, de faire preuve d’un peu de bienveillance envers soi et, de découvrir quelle merveilleuse compagnie nous sommes nous, avec nous-mêmes. Ne rien faire est souvent mal vu. Pourtant, c’est indispensable à notre survie ! Ce ne sont pas des paresseux qui l’affirment, ce sont les scientifiques, surtout la neuropsychologie moderne.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,