Fin... ou plutôt début !

il y a
2 min
1
lecture
0
Nous y voici enfin. L’oasis de ce jour qui a tant fait parler de lui commence à prendre forme. Il ne reste qu’un week-end. Un week-end de plus à passer comme par temps de pluie et le gong retentira. L’heure du déconfinement sera venue !

Jour béni par les optimistes. Jour maudit par les pessimistes. Comme à chaque moment important. En débattre ferrait certes passer le temps mais la question n’est pas là. Le réveil est programmé. Il sonnera dans moins de 72 heures d’un son inaudible. Inaudible mais assez puissant pour raviver les braises de notre volonté. Prendra alors fin notre longue torpeur éveillée. Cette soixantaine de jour qui ne semblait ressembler qu’a un seul laissera la place à un renouveau. Tel Jared Leto dans « Mr Nobody », nous allons retrouver l’anxiété et l’excitation de pouvoir à nouveau faire des choix. Cette période angoissante ne sera bientôt plus qu’un chapitre clos de l’Histoire de l’humanité.

Angoissante car elle a forcé l’Homme à se retrouver face à lui-même. Nos méthodes individuelles pour garder de contrôle sur les choses se sont retrouvées balayées, impuissantes face aux évènements. Triste reflet des faiblesses de notre condition refoulées. Solitude, ennui, monotonie, captivité... Et surtout, l’obligation d’apprendre à vivre avec soi-même. Privé de la plupart de nos artéfacts de déni, les pensées enfouies de nos âmes vagabondaient, en prenant un malin plaisir à étouffer nos sentiments qui ne savaient pas à quoi accorder du sens. Remercions quand même les producteurs et la technologie qui nous ont rendu plus douce cette confrontation.

Mais allez savoir pourquoi, comme dans un manga, ce n’est qu’une fois au pied du mur que nous nous somme servis de notre ressource la plus essentielle. L’union. Cette union si compacte qu’elle est déjà venue à bout de toute les formes de tyrannie que l’Histoire a connue. Nous avons su nous battre contre nos envies personnelles pour un bien commun. Le mot sacrifice a pris tout son sens dans la lutte acharnée du personnel médical contre le virus. C’est avec des petits cailloux que l’on construits les plus grandes murailles. Et individuellement, chaque personne a trouvé un moyen de mettre à contribution ses talents à travers le partage, la communication ou même les applaudissements. Emplis d’ondes positives, les principaux acteurs de cette lutte ont pu alors exprimer leurs pleins potentiels en illuminant le monde temporairement envahit par les ténèbres, grâce à la solidarité humaine.
Et les abandons d’animaux, et la délation, et le papier toilette me dites-vous ? Eh bien, ne prenez pas en compte les exceptions de cette coalition. Une fois de plus, nous apprenons qu’il y en a toujours eu et qu’il y en aura en tout temps. Le seul moyen de lutter est de leurs faire une petite tape sur l’épaule en disant « C’est bien mon grand ». Et de passer à autre chose. Certains fruits sont destinés à tomber et au sol et à pourrir alors que d’autres sont destinés à fleurir à la cime de l’arbre. L’ordre de la Nature est ainsi.

Notre combat n’est certes en rien comparable aux deux désastreuses guerres du siècle dernier, et j’en infiniment reconnaissant envers le Mektoub. Mais les démons de ces atrocités sont derrière nous et tout comme les malheurs notre période, ils doivent le rester ! Prenons garde ne pas appeler le loup impunément. Gardons simplement quelque part au fond de notre mémoire une piqure de rappel afin de ne plus reproduire ce même schéma. Le sang versé dans chaque affrontement reste du sang, privé de sa principale utilité.

Alors rendons hommage à tous ceux qui ont perdus quelque chose en allant de l’avant ! Clôturons cette page, et créons-en une nouvelle. Une inédite. Une page où l’humanité entame son renouveau tout en conservant son union. Nous allons retrouver notre liberté d’agir et notre égalité des droits. De plus, une nouvelle ère arrive. Elle se nomme « Fraternité ».
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,