1
min

Fin d'orage

Image de Luc Moyères

Luc Moyères

6 lectures

1

Ciel et Terre se sont aimés dans le tumulte. Passé le paroxysme, c’est maintenant le grand abandon. Après le noir désir des éclairs frénétiques marquant avec fracas l’étreinte des amants, la terre se repose et le ciel s’est lavé. Seuls demeurent présents les effluves mêlées d’ozone et de glèbe humide.
Tout se tait. La nature attend le proche réveil nocturne, un instant froid fige incongrûment l’été. Sérénité fugitive d’un soir d’orage, idée d’éternité entrevue et enfuie. Comme la mort semble douce en ce temps hors du temps ; cher vieux Canterville, tu souffles mes idées. Ah, oui, mourir un soir d’été après l’orage, après tout, ça n’est pas plus idiot que demander à être enterré sur la plage de Sète.
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,