4
min

Fin de partie à Makakoko !

Image de Denis l'Africain

Denis l'Africain

39 lectures

25

L’impact des gouttes sur le métal du capot de la Land-Rover s’apparentait au bruit ininterrompu de rafales de kalachnikovs. Le jour venait à peine de se lever sur Makakoko. L’orage violent ravinait la piste sur laquelle nous roulions. Des torrents de boue charriaient branchages et détritus du bidonville « Hope City », la cité de l’espoir. Chaleur moite, effluves nauséabonds ! Au volant, le superintendant White, le rouquin attaché à l’ambassade britannique, slalome entre les trous, se retourne vers moi, l’officier de police africain, et m'assène :
– Inspecteur Johnson, notre très Gracieuse Majesté a accordé l’autonomie à votre petit pays depuis plus de cinquante ans. On en voit les résultats en terme d’insécurité ! Un meurtre a été commis cette nuit au manoir des « hauts de hurlevent » sur la personne de la richissime romancière Mme Plum. Vous venez de la brousse. De grâce, n’importunez pas les honorables ladies and gentlemen ! Vous n’aurez pas de peine à démasquer l’assassin parmi les boys, les vagabonds africains ou les bana–banas, ces commerçants à la petite semaine.

Nous arrivons au manoir. Celui-ci trône fièrement au sommet d’une colline. A travers de larges grilles, son parc, un magnifique jardin à l’anglaise, bordé par une imposante muraille couverte de fleurs tropicales.
Le collègue de White, parapluie à la main, accourt à notre rencontre et s’écrie :
– C’est incroyable Sir ! Les domestiques avaient tous congé ! Aucune trace d’effraction dans le manoir n’a été relevée. Le meurtre n’a pu être commis que par un des invités, ou bien quelqu’un a été introduit.
Smith se tournant vers un White fort contrarié, énumère les faits d’une voix respectueuse :
– Comme vous le savez, Sir, notre célèbre Mrs Plum organise chaque semaine une soirée de cluedo, ce jeu de société où il faut trouver l’assassin, le lieu et l’arme du crime. Ce matin à 7h00, j’ai reçu un appel anonyme m’annonçant sa mort. Arrivé aussitôt sur les lieux, j’ai sonné longuement à la porte et réveillé les invités. En votre absence, je les ai réunis dans le grand salon mais je ne me suis pas permis de les interroger. Quant à la pauvre Mrs Plum, quel spectacle atroce !
Il poursuit :
– Sir, j’ai noté les coups mortels suivants : strangulation, enfoncement de la boîte crânienne, éventration, impact de balle. Vous vous souvenez des armes traditionnelles du cluedo : le poignard, le chandelier, le revolver, la corde, la matraque et la clef anglaise. Par défi satanique, l’assassin a entouré le corps de la victime avec tous ces objets meurtriers. Détail important, le poignard kikuyu n’appartenait pas à Mrs Plum. Pour ce qui est des cinq invités, je préfère vous donner leurs noms, vous comprendrez mieux dans quel guêpier nous nous sommes fourrés !
– Colonel Mustard, notre héros national. Bien peu récompensé par ce poste d’attaché militaire. Tout cela pour quelques dégâts collatéraux lors de frappes aériennes !
– Révérend Green, rendu célèbre par ses homélies finissant toujours par : « Si Dieu était noir, cela se saurait ! »,
– Docteur Watson, spécialiste des plantes toxiques, qui procède pour leur bien à des expériences pharmaceutiques sur les indigènes,
– Comte Henry junior le 3 ème, déshérité par son père pour son addiction aux mineures africaines,
– Miss Mary Dubois, divorcée d’un escroc français, une actrice de théâtre. Miss Dubois est la sœur cadette de notre défunte. Hélas son talent n’a pas vraiment été reconnu et elle vit avec sa sœur, en attendant son retour sur scène !


Dans la salle de la majestueuse bibliothèque ébène, le corps sanguinolent et bleui de Mrs Plum, recouvert d’une tenture rose bonbon, repose sur le tapis persan entouré par les armes du cluedo. Il a été déplacé par le ou les meurtriers puisque la partie se déroulait dans le grand salon. Encore un indice de lieu fourni par une carte du cluedo ?
Je l’examine avec attention :
– son cou porte les marques de la corde,
– les coups violents ont enfoncé la boîte crânienne et ont laissé des traces de sang et de cheveux blancs sur la matraque, la clef anglaise et le chandelier,
– une auréole sanglante au niveau du cœur signale l’impact de la balle du revolver,
– elle a été lardée, éventrée par des dizaines de coups de couteaux. Quelle sauvagerie !
Deux bouteilles de whisky vides complètent le tableau.

Ils sont désormais là, les cinq britishs convoqués par White. Ils me dévisagent avec morgue. «  Pourriez-vous, chacun à votre tour, me décrire la soirée ? », demandai-je poliment
Silence, longues minutes de mépris. Noblesse oblige, je suis pour eux transparent, pas la peine d’insister.
Demi-tour vers le bureau avec White.
– Alors, cher collègue, vous avez une piste sérieuse à proposer, ricane-t-il ?
Je me retourne et prenant Smith à témoin :
– Pourquoi pas ! Il m’est bien plus facile de résoudre cette affaire de cluedo que de débusquer un léopard. Mrs Plum, la philanthrope, écrivait un nouveau roman policier portant sur le néocolonialisme britannique et aidait les Kikuyus de Hope City. Ses invités, des ratés, la méprisaient, voire la haïssaient pour ses positions humanitaires et sa fortune. Ils avaient tous des raisons de la tuer. Ces désœuvrés alcooliques, je les connais bien pour leur addiction aux jeux macabres. Transformer le cluedo, jeu préféré de l’auteur de polars en réalité, voilà un scénario crédible. L’exécuteur, pourquoi pas le virulent colonel Mustard ? Respecter les règles, c’est son devoir ! Le tirage d’une carte désigne Mrs Plum comme victime et il vocifère : « Je suis tout à fait désolé, Madame, mais vous êtes éliminée ». Il prend son revolver et lui tire une balle en plein cœur. Peu importe le coupable du coup mortel, le meurtre doit être collectif et solidaire. Le révérend Green aurait pu alors proposer de martyriser le corps à la manière des sauvages africains pour sanctifier Mrs Plum ! Ainsi pour brouiller les pistes et avec une perversité diabolique, tous choisissent l’arme de leur carte pour porter un coup sur la morte. Ils ne peuvent envisager un instant que la police locale puisse prendre le risque de commettre une bavure en arrêtant des innocents. »
White vocifère :
– Quel humour noir pour une telle tragédie ? Comment pouvez-vous proférer de telles élucubrations, de telles accusations ? Je me porte garant d’eux.
Je réplique :
– Je le sais bien, puisque c’est vous le meurtrier à l’instigation de Mary Dubois ! Votre veste dégage le parfum oriental et boisé de votre maîtresse. J’ai noté des marques fraîches de pneumatiques de Land Rover sur la pelouse devant le perron. Mrs Plum m’avait confié votre liaison avec la starlette ! Votre mobile ? Permettre à la ravissante Mary, votre maîtresse, d’hériter de sa sœur célibataire avant que la romancière ne dilapide sa fortune pour Hope City ! Les invités étant ivres, vous n’avez pas eu de difficulté à pénétrer dans le manoir au petit matin avec la clé que vous avait fournie Miss Dubois. De toute façon, ils considéraient Mrs Plum comme une traîtresse de la caste des seigneurs ; ils ne vous auraient pas dénoncé, même si ils vous avaient vu. Vous avez donc commis le crime, brouillé les pistes en adepte du cluedo et ajouté un poignard local pour mieux cibler les soupçons. Votre plan aurait pu fonctionner, mais, voyez-vous, votre ignorance des règles de vie au manoir vont vous coûter cher. Sachez que pour les parties de cluedo avec ses compatriotes, Mrs Plum ne veut jamais se faire servir par les domestiques kikuyus de peur qu’ils ne soient insultés par ses invités. Elle leur donne toujours congé pour la nuit et aucun d’entre eux n’amène les clés d’entrée pour ne pas se les faire dérober. Ignorance fatale de votre part ! Je suis sûr que l’on retrouvera des indices sur les armes. Vous êtes un artiste, White, mais avec un pisteur de brousse tel que moi, vous n’aviez aucune chance !

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très très court
25

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Arlo
Arlo · il y a
A L'AIR DU TEMPS d' Arlo est en finale du grand prix été poésie. Je vous invite à voyager à travers sa lecture et à le soutenir si vous l'appréciez. Merci à vous et bonne journée.
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Bravo, denis, pour ce récit plein de suspense et d'intrigue ! Mes votes !
Mon œuvre, “Kidnapping”, est en compétiton pour le Prix Court
et Noir 2017. Je vous invite à venir la lire et la soutenir si le cœur
vous en dit. Merci d’avance !

·
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Une belle intrigue à la Agatha Christie ! Bravo !
·
Image de Elisabeth Visage
Elisabeth Visage · il y a
Un suspens haletant dans un décor exotique... Surprenant et original !
·
Image de Chantane
Chantane · il y a
mon vote pour une histoire particulière et bien écrite, bonne chance
·
Image de Philshycat
Philshycat · il y a
Très original ! Un peu de poésie ? http://short-edition.com/oeuvre/poetik/ecureuil-furtif
·
Image de Arlo
Arlo · il y a
Très fort votre idée du Cluedo dans un pays colonisé par sa majesté. Très bien écrit. Les votes d'Arlo qui vous invite à découvrir son dernier poème " à l'air du temps" retenu pour le prix été poésie. Bonne soirée à vous.
·
Image de Naliyan
Naliyan · il y a
Cluedo revisité. Original :)
·