9 lectures

1

Artémis. Ses parents étaient fanas de mythologie grecque et elle avait hérité de la silhouette lourde digne de la déesse des accouchements.
Les offres de stage se faisaient rare en cette période de décembre : il était trop tard pour janvier, trop tôt pour juillet. Elle avait envoyé une bonne cinquantaine d'e-mails, sans toutefois trouver de réponse aux jobs qui l'intéressaient.
Cependant, une petite entreprise, créée un an ou deux auparavant, lui avait répondu. Leur annonce etait pourtant exigeante ; Artémis ne s'attendait qu'à la lecture d'un message automatique de leur part.
Donatien, le "CEO", lui proposait un rendez-vous le 23 décembre à 16h au sein de leurs locaux - dans le onzième arrondissement de Paris, comme toute start-up qui se respecte.
Heureuse nouvelle ! Tiens donc, internet parle beaucoup d'eux... pensait-elle en scrollant son iPhone 4 à l'écran explosé. Le CEO a fait Clermont Business School et s'est associé avec Lucas, un ancien chef pâtissier bordelais pour proposer une "Box délice", comme ce qu'elle avait lu dans l'annonce en postulant.

Le dîner fut frugal, et elle mis du temps à s'endormir : en partie par faim, mais surtout en pensant à cette future boîte au sein de laquelle elle passera ces six prochains mois, entre des aventuriers de l'écran et des héros de l'alimentation 4.0.

La journée du lendemain, veille de l'entretien, fut fainéante : elle dépensa de l'argent en librairie, en café, en un spinner trouvé sur le marché des Ternes et elle acheta même un livre sur Boccioni qui traînait là alors qu'elle ne connaissait rien au futurisme italien du debut du siècle. Son prénom l'avait préservée de beaucoup de choses mais pas de l'ignorance totale de l'art et de tout ce qui s'y rapporte.
En vérité peu importait ; seul son entretien du lendemain pesait dans cet esprit malingre qui zigzaguait entre les stands de draps blancs.


Le lendemain, elle était vidée. L'entretien s'était mal passé. Le CEO ne la regardait même pas, la responsable des ressources humaines, qu'Artémis regrettait de ne pas s'appeler les relations humaines, était cassante, peu motivante. Elle lui a posé des questions auxquelles elle ne s'attendait pas : quel intérêt de faire ça alors que vous avez fait ça ? Aucune cohérence. Nous recherchons quelqu'un de motivé, qui n'a pas peur de travailler 12h par jour pour un projet.

Sans surprise, elle reçu une semaine plus tard un mail de refus. 


5 ans après, Artémis était patissière à Villeurbanne. Mariée à un ancien chef-pâtissier Bordelais. Et elle était heureuse comme jamais.
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Gérard Jacquemin
Gérard Jacquemin · il y a
Le propre de l’histoire courte c’est la concision. Un contexte, une intrigue, une chute. Le fait de faire des histoires à suite nuit à l’effet de surprise et rend le propos un peu confu. Autant alors écrire une histoire en entier de 5 minutes de lecture. Bien à vous et bon courage.
·