871 lectures

558

Finaliste
Sélection Jury

Il fallait le voir marcher. Rien que ça, c’était un vrai show. Il en avait de l’allure avec son costume de matelot, chapardé un jour de spectacle, sur la place du marché – un théâtre ambulant, qui de village en village, se déplaçait, au gré de la saison estivale. Un spectacle familial, clown triste et acteurs débutants, quelques décors mal ficelés, des guenilles en guise de déguisement. Ça faisait sourire les passants.

Il accentuait le trait avec une casquette, qu’il portait sur le sommet du crâne – ça lui donnait un style. Celle d’un anonyme, un brin défraichie, retrouvée dans une caisse au fond d’un grenier. Ou dans une maison abandonnée, une de celle qu’on disait hantée. Pour faire fuir les gamins. Un mégot au coin des lèvres pour achever le portrait. Ivres de rires, nous le suivions volontiers dans ses folies. Nous paradions à ses côtés dans les rues du village. Tout le monde le connaissait. Tout le monde le saluait. Un geste de la main, au loin. Ou un bonjour appuyé agrémenté d’une accolade. On se sentait tous petits face à lui. Et si grands quand il nous emmenait à travers champs découvrir le pays. Il en connaissait les moindres recoins, savait distinguer l’échasse blanche de l’avocette élégante. Il traçait des histoires dans les champs de blé, faisait et défaisait les destins au gré des marées. Il nous contait un temps, peut-être imaginaire. Nous n’en avions que faire. Nous nous sentions bien, avec son mètre quatre-vingt-dix en point de repère.

Les gros travaux, très peu pour lui. Pourtant il avait la carrure pour porter des briques, monter des parpaings, déplacer la caillasse. Il était bâti pour le bâtiment. Chacun lui proposait, au gré des projets, un mur à monter, une maison à casser. Il passait son chemin. Personne ne lui en tenait rigueur. Tout le monde comprenait. Lui, ce qu’il aimait, c’était amuser la galerie. Et quand il ne nous distrayait pas, on pouvait le retrouver dans sa bicoque près de la jetée, à décortiquer son esprit mal fagoté.

Il riait Fantoche. Avec ses dents noircies. Il riait de l’intérieur. Il riait de bon cœur. Parce qu’il savait.
Qu’on ne meurt pas tant qu’on est vivant.

PRIX

Image de Automne 19
558

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de François Duvernois
François Duvernois · il y a
Magnifique portrait et très belle écriture. Toutes mes voix.
Image de Marie Kléber
Marie Kléber · il y a
Merci beaucoup pour votre soutien François.
Image de Zalma Solange Schneider
Zalma Solange Schneider · il y a
Une très belle écriture porte ce portrait… singulier !!
Image de Marie Kléber
Marie Kléber · il y a
Merci Zalma. Oui c'est un personnage singulier en effet
Image de Gerard de Savoie
Gerard de Savoie · il y a
Un très beau portrait.. très imagé..
Image de Marie Kléber
Marie Kléber · il y a
Merci Gérard pour Fantoche!
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Fantoche, un homme debout. Un portrait attendrissant. Belle finale...
Image de Marie Kléber
Marie Kléber · il y a
Oui!
Merci beaucoup

Image de JACB
JACB · il y a
Une belle figure que ce colporteur du rire. Bonne chance à Fantoche!
Image de Marie Kléber
Marie Kléber · il y a
Merci. Heureuse qu'il vous plaise!
Image de Jean-Francois Guet
Jean-Francois Guet · il y a
joli portrait en pied
Image de Marie Kléber
Marie Kléber · il y a
Merci beaucoup!
Image de Sylvie Neveu
Sylvie Neveu · il y a
Un souffle empli d'humanité, merci à Fantoche
Image de Marie Kléber
Marie Kléber · il y a
Ce mot s'accorde très bien avec lui. Merci Sylvie
Image de J. Chablik
J. Chablik · il y a
De ces figures lumineuses et décalées de l'enfance...
Image de Marie Kléber
Marie Kléber · il y a
Exactement!
Merci beaucoup

Image de Donald Ghautier
Donald Ghautier · il y a
Pour Fantoche. Bonne chance dans cette finale, Marie.
Image de Marie Kléber
Marie Kléber · il y a
Merci Donald
Image de André Page
André Page · il y a
Très beau personnage, merci, Marie :)
Image de Marie Kléber
Marie Kléber · il y a
Merci André pour votre soutien.

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

NOUVELLES

Vie. Trois lettres. Un mot tout petit pour évoquer quelque chose de grand, d’immense, d’indescriptible souvent. La vie qui défile et se défile aussi. La vie qui tient à un fil. Au-dessus du ...

Du même thème