Fanta: Épisode 16: les ultimes nominations

il y a
3 min
15
lectures
6

Au bord du fleuve, j'ai planté des fleurs, au cœur d'un jardin. Là chaque jour, le guetteur des mots surgit pour donner voix à la poésie moderne, bon vent à la plume que j'envie! Enseignant  [+]

La semaine suivante, plusieurs phénomènes frappèrent Goroubery, la première chose fut, les ultimes nominations gouvernementales. M.Virgile est nommé à présent, conseillé spécial à la présidence tout en gardant son grade de notaire.

Le procureur Bilal fut limosé et dépourvu de tout autre bien, à part sa villa qu'il devait hériter de son père qui était Ministre dans les années précédentes.
Le juge Mamane, à son tour, fut nommé à la tête de la cour de cassation.

La deuxième chose frappante, fut la rumeur du mariage de Fanta, ça coulait çà et là, à travers la belle cité. La cloche sonnait à fond, et tout le monde se la racontait tant bien que mal. Il y avait même des gens qui étaient partis jusqu'à harceler la jeune Fanta de questions bizarres et d'ironie de ce genre:

— Jour-j moins deux semaines, n'est-ce-pas Fanta?

Et la jeune fille répondait dans des paroles délirantes et insignifiantes.

— Ça m'est égal...

Au cas où les questions se succédaient, elle s'explosait :

— Ça m'est bien égal, laissez-moi en paix!

La dernière fois, elle a même séché les cours du soir à cause de ces idioties humaines. Lorsqu'elle avait raconté cela à Daclado, il lui dit hautement :

— D'ailleurs même, tu n'iras plus à l'école, et oui, il est grand temps que tu quittes ces bancs misérables...

Fanta reçut cela en bloc, ne sachant quoi dire, elle s'effondit en larmes. Il a fallu l'intervention de Marie pour enfin la calmer. Sa merveilleuse mère l'amadoua en la berçant de tendres mots :

— Ne pleure pas ma Fanta, tu connaitras le bonheur, et je prie Dieu pour qu'il te vienne en aide, même si demain ne sera pas propice, au moins lui, il te voit, et jamais il ne te laissera tomber, crois-moi, pas un seul jour où tu seras seule...

Ses propos se terminèrent par un sifflement de « S », comme si elle avait des larmes dans la voix.
Sam et Serge, les deux inséparables s'entretinrent tête à tête sur la terrasse :

— Tu crois qu'on l'a chassée de l'école ? Fit le petit Serge.

— Imbécile, tu ne sais pas que Fanta va se marier dans deux semaines... Répondit Sam.

— Ce n'est pas vrai, je veux demander ça à mama...

— Si tu veux, allons y dès maintenant, bête que tu es, reprit Sam, il froissait à présent le visage.

Aussi rapide que le chrono, Serge se rendit chez Marie.

— Maman, c'est vrai que Fanta va se marier, c'est Sam qui me l'a dit...

Marie voulut bien mentir, mais son bon sens lui a interdit cela, elle continua de sourire en l'attirant dans ses bras.

— C'est vrai mon garçon, Sam ne t'a pas menti, votre sœur doit se marier, d'après votre père...

— Oh, non, Fanta ne va pas quitter cette maison, que ferons-nous sans elle, oh mama...!

— En tout cas, il vous faudra beaucoup de temps pour vous y remettre...

— Ce n'est pas possible, reprit toujours Serge, papa n'a pas le droit de faire ça, nous sommes quand même une famille...

— Oh, si mon guerrier, fit Marie en le tenant maintenant par les épaules, tu sais dans notre actuelle société, les hommes décident de l'ordre familial et nous, les femmes, nous subissons fatalement...

— Mais maman, ce n'est pas normal du tout...

— Mais, l'on ne sait quand vous, qui êtes les générations futures, et comment penserez-vous, parce que vous êtes appelés un jour ou l'autre, à devenir des futures pères de familles...

Vers le crépuscule, Fanta reçut la fameuse lettre de Hawa, dans laquelle elle l'invita à la somptueuse soirée qu'offrait M.virgile à son chez. La lettre terminait ainsi:

« Ma chérie, habille-toi élégamment, car il y aura tant de surprises et tant de rencontres à ce précieux dîner. Je t'informe également que dorénavant, nous devons retourner vivre dans la capitale, à cause du nouveau poste de mon père, amicalement, Hawa! »

Après quoi, Fanta s'arrêta nette, le doigt à la bouche, les yeux songeurs, l'esprit se parla lui seul:

« Comment vais-je demander la permission à mon père Daclado, afin d'y aller à ce fameux dîner...? »

La jeune Fanta avait une panoplie d'idées en tête, y a quoi de plus à l'aise que de s'aventurer dans les rêves, et puis, pour une fois au monde, ils se feront, elle et Karim, les dernières crises d'adieux, comme disent les romains, « Adios ».

Peu à peu, les lumières de la coquette ville s'allumèrent, l'air frais frolle tous les visages audacieux, rêvant s'extasier durablement, comme dans les dessins animés, où les animaux se parlent, se comprennent, compatissent douleureusement que merveilleusement.
6
6

Un petit mot pour l'auteur ? 4 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Oriole Lekeugo
Oriole Lekeugo · il y a
Je like et j'espère suivre vos oeuvres. Je vous invite à jeter un coup d'oeil à mon texte :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/une-vie-minable

Image de Boubacar Mamoudou
Boubacar Mamoudou · il y a
Merci également, à bientôt !
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
Ce serait utile de faire un petit résumé de quelques lignes au début de chaque épisode pour bien se rappeler de chaque personnage !
Image de Boubacar Mamoudou
Boubacar Mamoudou · il y a
Okay Paul, je prends note, et merci infiniment de cette performance !

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Ange

Naima BEK

Métro. Vendredi, 15 heures.
Je suis avec mon fils Eliott, deux ans. Je ne sais pas pourquoi mais aujourd’hui, le métro est plein à craquer. Ça me stresse. J’aimerais une place assise au... [+]