"Le voyage de Blandine Veyre", chapitre II, extrait

il y a
2 min
30
lectures
6

Soyez les bienvenu(e)s et n’hésitez pas à commenter, critiquer, donner votre avis. L'écriture est à la fois un loisir, un travail, une passion... Mes quatre romans sont désormais en ligne et  [+]

Combien de temps ai-je dormi? D’ailleurs est-ce que j’ai vraiment dormi ou bien étais-je seulement assoupie? Mais peut-être suis-je entrée dans un profond sommeil et totalement enfouie dans un rêve tout puissant dont je ne peux m’évader... Eh bien, si ceci est un rêve, il est bien désagréable et s’apparente plutôt à un atroce cauchemar! Je perçois des éclairs éblouissants et rapprochés, des claquements sourds, des explosions violentes et je sens aussi une acre odeur de brûlé...
Sommes-nous attaqués? Quelques canons hostiles nous ont-ils envoyés leurs boulets? Ou bien s’agit-il d’un terrible orage accompagné de son cortège d’éclairs et de bruits de tonnerre? Non, je ne dors pas car j’entends des cris et des bruits d’objets tombant lourdement sur le pont ainsi qu’au-dessus de ma tête. A travers mon hublot, je distingue une lumière aveuglante que l’eau me renvoie de temps à autre comme un miroir, mais cette clarté n’est pas celle de la foudre, cette clarté est celle du feu, notre navire est en train de brûler!

Je saute de mon lit, pieds nus et en chemise de nuit; je tente d’ouvrir la porte de ma cabine mais c’est impossible, celle-ci résiste à tous mes efforts, elle doit être complètement bloquée par quelque pièce de bois qui s’est placée en travers. Terriblement angoissée, je me demande subitement si je vais mourir brûlée ou bien noyée... Mais où est donc mon frère et que fait l’équipage? Je me mets à crier, à hurler :
— A l’aide, venez vite, je suis enfermée!

Je tape aussi fort que je peux contre cette maudite porte, contre ces cloisons muettes et mes mains en deviennent toutes ensanglantées mais personne ne répond! Samson n’aurait pas pu m’abandonner ainsi, peut-être est-il en route vers ma chambre et très bientôt j’entendrai sa voix, il me libérera!
Soudain un craquement terrifiant se produit au-dessus de ma cabine; le plafond en bois est en train de s’écrouler sur moi! J’ai beau essayer d’éviter tout ce qui tombe en me plaçant dans un coin de cette petite pièce, une planche vient heurter le sommet de mon crâne et je ressens aussitôt une vive douleur; de l’eau froide pénètre aussi à l’intérieur de ce qui était ma chambre et dont le sol est dorénavant jonché de débris mouillés et malodorants. La brèche qui déchire le plafond laisse couler un torrent d’eau de mer qui s’amincit de temps à autre pour redevenir plus puissant encore l’instant d’après, et l’eau monte inexorablement! Je me mets debout sur mon lit détrempé et je recommence à crier :
— Samson, Samson, m’entends-tu?

A présent que le toit de ma cabine est en partie brisé, mon frère ou quelqu’un d’autre finira bien par remarquer ma présence. Mais moi-même je n’entends plus aucun cri sur ce navire. N’y a t-il donc plus personne à bord? Je perçois uniquement les plaintes lointaines et étouffées de personnes qui semblent être tombées à l’eau...
6
6

Un petit mot pour l'auteur ? 3 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Un passage plein d'action qui donne envie de lire une suite.
Mon "Coup de Chaleur" est en finale du Prix Court et Noir. Je vous invite à aller le découvrir pour éventuellement le soutenir. Merci d'avance.

Image de Luc Dragoni
Luc Dragoni · il y a
Merci de votre passage, je viens vous lire ^^
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Merci à vous.

Vous aimerez aussi !