Extinction de créances

il y a
3 min
2 456
lectures
529
Finaliste
Jury
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Un texte à la fois noir et rythmé – comme on les aime ! –, qui recoupe tous les ingrédients d'un bon thriller : une ambiance travaillée, des

Lire la suite
Image de Hiver 2019

Au carrefour de la Motte, il avait calé. Malgré plusieurs tentatives, la Renault 8 avait refusé de démarrer. Pourtant, il avait fait le plein la veille. Il parvint à la pousser sur le bas-côté. Tant pis, il finirait à pied les huit cents mètres qui le séparaient de la maison de Gédéon. Ce n’était pas plus mal, au moins on ne verrait pas sa bagnole devant la baraque de ce fumier. Il farfouilla dans la malle et trouva ce qu’il cherchait : une clé anglaise récupérée en douce chez son père. Il l’enveloppa dans un chiffon et la dissimula sous son imperméable. À cette heure matinale et dans ce coin perdu, on ne risquait pas de le remarquer. Gédéon devait encore dormir. Il ricana en repensant à l’expression « dormir du sommeil du juste ». S’il en était un à qui cette expression ne convenait pas, c’était bien Gédéon ! Une fois devant la maison, il regarda le haut et le bas de la rue. Pas âme qui vive. Dans les maisons voisines, quelques fenêtres éclairées. Des ouvriers se préparant à prendre leur quart ou des cheminots de service à la gare de triage. Eux au moins, ils avaient du boulot.
Un crachin déplaisant commença à dessiner des sillons noirâtres sur son imperméable.
L’atmosphère empestait la suie que recrachaient les locomotives et l’usine à gaz d’à côté.
Il poussa le portillon et grimpa les quelques marches du pavillon. Il plaqua son visage contre le verre dépoli de la porte d’entrée, formant un écran avec ses mains. Aucun signe de vie à l’intérieur.
Il tourna la poignée. Le verrou était tiré. Il fit le tour de la maison, la porte de la buanderie était restée ouverte. Il alluma sa lampe Wonder et se retrouva dans le vestibule. Il fut aussitôt saisi par l’odeur de pisse de chats et de graillon. Les tapisseries à fleurs n’avaient pas dû être changées depuis la guerre. Un escalier conduisait à l’étage supérieur. Il commença à monter les marches qui craquèrent sous ses pas comme s’il avait piétiné des fagots. Heureusement, Gédéon était sourd comme un pot. On lui avait dit que le vieux vivait dans la crasse, mais là, c’était pire que ce qu’il avait imaginé. Même la rampe était poisseuse. Sur le palier, trois portes. Il se rappelait que la chambre de Gédéon donnait sur l’arrière de la maison, il savait celle qu’il devait pousser. Il faillit renverser le seau hygiénique en émail, se disant que son contenu était certainement à l’origine de cette puanteur.
Il sortit la clé anglaise et respira un grand coup. Sa décision était prise, la fin de ses emmerdes approchait. Il ouvrit et balaya la pièce de sa lampe. Cette fois, l’odeur insoutenable lui donna envie de vomir. Des yeux de chats le regardèrent, comme surpris par les phares d’une voiture. Il éteignit sa lampe, craignant de réveiller Gédéon, et se dirigea droit vers le lit. Ses semelles collaient au balatum, émettant un bruit de succion. Il posa un genou sur le bord du matelas et eut l’impression de s’enfoncer dans quelque chose de flasque. Peu lui importait ce que Gédéon avait pu faire dans son plumard, son heure était venue. Il remonta avec précaution sa main en direction de l’oreiller et repéra la tête. Il leva la clé anglaise et, sans réfléchir, abattit l’outil sur le crâne du vieux. Il y eut un craquement comme s’il avait fracassé une soupière en grès. Gédéon n’avait pas bougé. Il abattit une seconde fois la clé anglaise au milieu de l’oreiller. Cette fois-ci, l’outil s’enfonça dans une sorte de bouillie. Il se précipita vers l’interrupteur et resta bouche bée. Une dizaine de chats étaient en train de se repaître des entrailles de leur maître.
Il se retint pour ne pas vomir. Il se laissa tomber sur un vieux fauteuil crapaud dont les ressorts l’agressèrent violemment. Mais il ne bougea pas. Sa main lâcha la clé anglaise. Le bruit fit déguerpir plusieurs chats sous les meubles. Il contempla le spectacle morbide durant de longues minutes. Le vieux avait dû mourir en dormant, à moins qu’un de ses nombreux débiteurs soit aussi venu lui faire la peau. Difficile de tirer des conclusions vu l’état du corps. Il avait honte d’avoir massacré un cadavre.
Au moins, Gédéon ne reverrait pas la couleur de ses cent mille balles.
Soudain, il entendit les marches craquer. Il s’extirpa sans bruit du fauteuil et éteignit la lumière. Il eut juste le temps de se cacher derrière les doubles rideaux en velours qui avaient absorbé tous les remugles de la pièce et qui suintaient la mort.
Le seau hygiénique émit le même son plaintif qu’auparavant. Les bruits de pas cessèrent, semblant hésiter. La lumière du jour qui pointait à travers les persiennes éclairait faiblement la pièce. Il retint son souffle. La porte s’ouvrit et une silhouette s’avança. Même couinement flasque des semelles. Il distingua un homme portant un pardessus et coiffé d’un béret. Celui-ci avait quelque chose à la main, qu’il ne put reconnaître. L’inconnu s’approcha du lit, sembla tâtonner les draps. Un rayon de lumière éclaira ce qui semblait être un marteau de cordonnier qui s’abattit avec force à l’emplacement de l’oreiller. L’homme s’acharna une dizaine de fois sur Gédéon en poussant des cris vengeurs. Quelques craquements d’os mêlés à des bruits de barbaque qu’on découpe à la boucherie auxquels répondaient les gémissements des ressorts du sommier. Contrairement à lui, l’homme n’alluma pas la lumière et dévala les escaliers.
En sortant de sa cachette, il crut que ses jambes ne pourraient pas le soutenir. Il ramassa la clé anglaise, heurta une nouvelle fois le seau hygiénique en émail et descendit les marches quatre à quatre. Il sortait de la buanderie lorsqu’il perçut le bruit du portail. Ce ne pouvait être l’inconnu qui revenait. Il se jeta en arrière et s’accroupit entre un évier et une pile de cartons. Il vit passer un homme vêtu d’un blouson de cuir et coiffé d’une casquette plate. Il distingua une hache dans sa main. Il l’entendit grimper les marches et ne sortit qu’après avoir perçu le bruit du seau hygiénique en émail qui dégringolait les escaliers.

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Un texte à la fois noir et rythmé – comme on les aime ! –, qui recoupe tous les ingrédients d'un bon thriller : une ambiance travaillée, des

Lire la suite
529

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !