Expression du cœur

il y a
2 min
81
lectures
61
Qualifié

L'écriture concilie rêve et réalité sans donner la peine de mettre des limites  [+]

Image de 2020
Image de Très très courts
Le jour d'après, elle était assise devant la fenêtre sans aucune expression. Elle n'avait pas dormi de la nuit, cette terrible nuit qui a chamboulé à tout jamais sa vie. Son mari se réveilla et s'inquiéta de ne pas la voir à ses côtés mais il la retrouva à quelques mètres du lit. Lui, aussi, il était dévasté mais surtout impuissant face aux événements. Tout ce qu'il pouvait faire c'était la prendre dans ses bras et la serrer fort. "Je suis là, pour le meilleur et pour le pire." Lui murmura-t-il. Mais elle resta sans bouger comme paralysée. Il ne savait plus quoi faire... Quand elle avait perdu son emploi, il l'avait prise dans ses bras en lui disant qu'ils allaient trouver une solution... Quand elle avait perdu sa mère, il l'avait prise dans ses bras en lui disant qu'il comprenait... Et à chaque fois, elle éclatait en sanglots et se réfugiait dans ses bras pendant des heures jusqu'à aller mieux. Mais aujourd'hui, aujourd'hui elle ne réagit ni à ses mots ni à ses bras, elle regardait dehors, le regard vide. Il prit une chaise et resta près d'elle en lui tenant la main pendant au moins deux longues heures. Quand il revint des toilettes, elle n'était plus là, il la chercha partout. Elle était dans la chambre qu'ils avaient construite pour leur futur enfant. Oh oui, elle y avait cru: ses seins qui gonflaient anormalement et les nausées... Elle avait cru être enceinte alors elle a aménagé une chambre, prévenu tout le monde... Et quand finalement elle voulut vérifier, le test de grossesse ne lui apporta pas la réponse attendu. Elle avait fait au moins six tests différents de plus, tous négatifs alors elle alla chez le médecin. Le verdict était tombé la veille, elle avait un cancer... Un cancer qui s'était propagé dans son sein gauche et commençait à atteindre son sein droit . Alors aujourd'hui, elle était là devant le berceau, le visage couvert de larmes. Son mari s'approcha d'elle mais soudainement elle cria. Un cri de rage et de désespoir qui lui transperça le cœur. Elle fit tomber le berceau, jeta par terre tout ce qu'elle avait à porté de main, cassa des objets. Elle déchira les oreillers et les couvertures avec rage. Son mari dut la prendre dans ses bras et la porter en dehors de la pièce. Elle se débattait, criait pleurait, donnait des coups, mais il ne lâchait pas. Les minutes passèrent, aussi longue que des heures... Elle mit du temps à se calmer... Puis elle demanda pardon. Mises à part, la colère, la peine allait, la déception et la peur, elle se sentait affreusement coupable. Elle avait promis une vie de famille à l'homme qu'elle aimait et quand finalement elle avait cru que ce jour était arrivé, il ne s'agissait que d'une trahison de son corps. Ils étaient tous les deux par terre, devant la chambre du bébé qu'ils espéraient tant avoir. Elle regardait les conséquences de sa colère, les joues mouillées de larmes... elle n'avait plus de force. Lui non plus mais il puisa dans ses dernières réserves d’énergie pour la serrer dans ses bras et lui murmurer qu'elle s'en sortir, qu'ils allaient s’en sortir. Et quelques heures plus tard, elle prit la main de son mari et le regarda dans les yeux et le remercia pour son soutien et son amour. « Oui, je ferai tout pour m'en sortir... je peur le faire. »
61

Un petit mot pour l'auteur ? 10 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Tess Benedict
Tess Benedict · il y a
Merci d'avoir mis l'accent sur la colère, un sentiment justifié face à l'annonce de la maladie. J'ai écrit un texte qui fait écho au vôtre : l'attente.
Image de Fabienne Maillebuau
Fabienne Maillebuau · il y a
La violence de la réaction , face à la maladie, l'amour d'un époux, indéfectible, et puis le choix de se battre, merci Rotsy,mes cinq voix,. je vous invite sur https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-jour-dapres-25, merci encore Rotsy.
Image de Stella Mylos
Stella Mylos · il y a
Jour de colère
Image de Odile ANIZET-DERUSSY
Odile ANIZET-DERUSSY · il y a
Très émouvant
La colère est aussi tellement humaine
.

Image de Julien1965
Julien1965 · il y a
La maladie qui dévaste au départ, mais l'amour comme boussole, comme béquille. Sans l'amour ? Rien.
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une réaction pleine d'angoisse, de désespoir et de rage contre cette maladie dévastatrice ! Mon soutien ! Une invitation à venir soutenir Katherine la Combattante dans sa lutte courageuse et acharnée contre l’épouvantable maladie du cancer du sein. Mes remerciements d’avance !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/katherine-la-combattante

Image de Amandine B.
Amandine B. · il y a
Ce qui fait de la peine c'est la culpabilité qu'elle ressent de ne pas avoir pu donner cet enfant, elle n'a pas lieu d'être... mais souvent on s'inflige des poids et de responsabilités qui nous ronge presque autant que la maladie...
Image de Epicurien78
Epicurien78 · il y a
La maladie est tellement répandue aujourd'hui qu'on pourrait presque la dire banale. Mais rien n'est banal lorsqu'une telle chose vous frappe personnellement. Cette rage que vous exprimez, cette incompréhension, l'envie de tout foutre en l'air parce qu'une telle injustice, ça ne devrait pas exister, on la comprend. Chacun réagit à sa manière devant un tel coup du sort. Mais à la fin, c'est l'envie de vivre, l'envie de se battre pour soi, pour ceux que l'on aime, qui l'emporte. Léa aussi choisit de se battre...
Image de Tnomreg Germont
Tnomreg Germont · il y a
" je peur le faire" ... lapsus révélateur ?
Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
Un texte avec une fin positive ,la volonté de s'en sortir :-)