1
min

Expérience gynécologique

Image de Zabou

Zabou

82 lectures

1

Je vous laisse vous préparer.
D’un pas fébrile, je me dirige vers le paravent, me libère de mes vêtements et m’allonge sur le divan. Surtout, ne pas perdre le contrôle, respirer calmement, voilà, c’est bon.
Entièrement nue, les jambes écartées et le sexe en émoi, je vous observe vous asseoir face à mon entrejambe, armé d’un spéculum vaginal et d’une lampe frontale, tel un explorateur à la découverte d’une grotte, pencher la tête vers les antres de mon sexe bouleversé par tant d’attention. Le contact délicat du métal froid et dur de votre appareil sur mes lèvres avenantes me transporte déjà tandis que celui-ci pénètre les profondeurs de mon univers intime.
« Tout va bien » me dites-vous.
Oh oui, tout va pour le mieux lorsque vous retirez votre attirail pour enfiler un gant blanc sur votre main innocente. La séance n’est pas finie et je me délecte de la suite. C’est votre index maintenant qui s’introduit délicieusement dans mon vagin, arpentant les versants humides des faces nord sud est et ouest, je ne sais plus exactement dans quel ordre. J’ai perdu le sens de l’orientation lorsque votre doigt tente l’ascension de mon périnée. Celui-ci en ressort victorieux et me laisse transie d’extase.
« Je vais vous examiner les seins ».
Mes seins n’attendent que ça, bordel ! vas y putain, palpe-les mes petites...! Du calme, du calme, on reprend sa respiration et surtout ON SE CALME ! ça y est, c’est bon.
Malgré tous mes efforts de self contrôle, mes tétons commencent à se pointer et sont à l’affut du moindre effleurement. Vous approchez votre visage de ma poitrine et c’est maintenant votre souffle qui attise les feux de mon sein gauche. La chaleur de vos mains sur ce volcan en irruption m’ouvre les portes de Ghomorrhe. Cette fois-ci c’en est trop ! N’obéissant qu’à mes désirs ardents, je me redresse subitement sur le divan et vous attrape violemment par le coup. Je me sens complètement déchainée. Bientôt, je me retrouve à califourchon sur votre petit corps en nage apeuré, et c’est avec le regard effrayé d’un puceau redoutant l’expérience de la putain que vous restez là, allongé sur le dos, les bras en croix et l’air hébété, murmurant un faible et inaudible « C’est bientôt fini ?».
« HEIN, HEU, QUOI... ? » éructai-je.
Mon dieu, mais qu’est ce que j’ai fait ! Je me redresse d’un coup et disparait derrière le paravent, enfilant mes vêtements et me confondant en excuses pour ce petit homme qui n’ose toujours pas bouger. Il va encore falloir que je change de gynécologue !

PRIX

Image de 2014

Thème

Image de À rougir de lire
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Morganne L
Morganne L · il y a
je suis la première à voter lol, je connais très bien ce que tu as décrit mais moi je ne change pas de gynéco tout le temps le mien me convient.. lol
J'ai bien aimé... bisous, attention de ne pas prendre une femme gynéco.... lol

·