3
min

Exister entre Coeur et Raison

Image de Sami Ai Tayeb

Sami Ai Tayeb

1 lecture

0

Cela faisait deux mois qu'il ne repondait plus au téléphone; elle l'harcelait et ne comprenait pas pourquoi le jour de son anniversaire, il décide de ne plus lui parler...Pourtant, il le disait lui-même "On est en totale osmose toi et moi", elle le savais aussi, que c'était sa moitié, le temps s'arrêtait, plus rien n'avait d'importance.Elle sentait son coeur battre dans le sien et lui disait que c'était pareil pour lui. Cette passion lui faisait peur. Pourquoi? Peur que ça s'arrête. Elle aussi, elle vivait cet amour avec la crainte de le perdre.

Pourtant elle avait écrit des poèmes, quelques mois avant de le connaître et décrivait une passion imaginaire, celle d'une femme passionnée voulant aimer et être aimer en toute liberté, roucouler sans se cacher ni être jugée.
Exister avec amour comme si c'était normal, même si le contraire sera difficile à espérer.Se passionner en étant en toute sécurité.
Elle ne savait pas à ce moment là qu'elle le trouverait mais pas qu'elle le perdrait.
Elle était dehors marchait pendans des heures, elle était seule et soudainement une main l'aggripa au niveau du bras, elle se retourne et dit"Quoi?!!" D'un ton aggressif, il lui sourit et lui répond" mon copain aimerait te parler"
Elle avait vu ses yeux briller, elle le laisse et continue... Il l'a suit et lui dit de quelle origine es-tu? Et lui sort une nationalité qui elle,l'a fait rire et lui répond "N'importe quoi''... Il continue tout en étant très réservé, elle voyait bien qu'il voulait lui parler la connaître mais était très restreint, alors tout en hésitant lui demande tu es d'où ?
Elle lui répond "'Epinay", il est stupéfait" Epinay???" Son ami aussi et me disent"Nous sommes d'Epinay et nous ne t'avons jamais vue ni rencontrée...
Elle continue sa route. Depuis, elle ne comprenais pourquoi, elle ne pensait qu'à lui, elle avait son image dans la tête de la prestance qu'il dégageait ainsi que son côté mystérieux....Pourtant, elle était toujours éprise de sa moitié qui ne lui répondais plus du jours au lendemain...
Deux mois plus tard alors qu'elle était à Châtelet et descendait les escaliers, une main l'aggrippe à l'épaule, elle sursaute et se retourne.C'était Willy, c est son prénom, il était vraiment content de la voir, et lui dit:
-"Qu'elle surprise! Je me demandais si j'allais te revoir, il était très content, la joie reflétait vraiment dans son visage.
- Il lui demande"Tu vas où ? Je me balade, qu'elle répond et ils sont en vont ensemble marchent et s' arrêtent dans un parc discutent.Tous deux voyaient les yeux de l autre.
Il paraissait avoir chaud, elle met sa main sous son tee-shirt, au niveau du bassin et le voit devenir rouge.
Elle lui demande de venir avec lui, elle ne voulait plus laisser passer comme la première fois car elle se disait, il se peut que je ne le revois plus....
Ils partent chez lui. Il propose un café, qu'elle accepte.
Il est très méticuleux.
Prennent leur douche et font l'amour.Elle avait apprécié sa délicatesse. Elle ne s'était pas trompée.D'ailleurs , elle a toujours dit que l'intuition à toujours plus de raison que sa propre raison.
Elle repart le lendemain matin à la maison, car lui devait aller travailler au commissariat, oui il est fonctionnaire de police.
Mais, elle ne s'attendait pas que son voisin avait appelé et invité l'homme qu'elle aimait à dîner et lui avait demandé d'y être aussi.
Elle était folle amoureuse de Christophe, mais commençait à être perdue.
D'un côté, un homme qu'elle aimait passionnément et de l'autre un homme sur lequel, elle pouvait compter.
Ce qu'elle n'avait pas dit est que Willy quand il l avait rencontré, elle était à la rue.Il l'avait remarquée, lui avait pris une chambre d'hôtel et était reparti de suite.
-"Reposes-toi, tu n'as pas dormi..."
Elle n'était pas restée, elle avait eu un doute et c'était dit:" Et si jamais, il est parti ramener des potes à lui et faire un viole collectif"
Elle part et le lendemain, il l'appelle et lui demande si elle avait bien dormi...
Elle lui avoue qu'elle n est pas restée, a paniqué .
Oh? Revenons à Christophe. Il vient et avec les mains dans les poches comme d'habitude...
Elle prépare à dîner toute excitée de le revoir... S'embrassent et reprennent leur relation.
Par contre, continue quelques temps à revoir Willy, il était intriguant et au bout de la troisième fois, lui dit qu 'elle préfère rester amie avec lui, qu 'elle avait repris avec Christophe..
Il lui avoue que ce qu 'elle lui a dit l'a stressé et lui raccroche au nez...
Mais en réalité, elle continuait à les voir tous les deux.
Et même, ils se retrouvaient entre amis aux mêmes soirées, elle restait contre Christophe, mais ne pouvait s'empêcher de voler des baisers à Willy. Jusqu'au jour où Christophe lui dit:
-"Tu regardes Willy avec les même yeux que pour moi"
Et Willy, avant de sortir lui dit:
-"Je ne te le redirai pas deux fois, soit tu me suis et vis avec moi ou soit tu restes avec lui et tu n'auras rien...Il te laissera encore tomber...
C'est ce qu'il s'est produit... Christophe la laissa tomber encore une deuxième fois quelques mois plus tard.

Elle continue d'échanger des coups de fil à Willy mais refuse de le revoir,
savait qu'il lui balancerait à la figure cette double relation. Elle n'avait jamais fait ou épouvré ça.
Elle était perdue, si elle pouvait réunir les deux en une seule personne.Elle avait besoin des deux...
Elle trouvait d'une part la tendresse et d'une autre part la protection...
Quatre ans se sont écoulés et chacun d'eux continue de l'appeler et de prendre de ses nouvelles....
L'un toujours aussi curieux et tendre dans son élocution et l'autre toujours aussi soucieux et direct lui demandant d'accepter de le revoir.
Willy était parti dans le Nord depuis 3 ans, elle accepte d'y aller mais se rend compte qu'elle n'est plus éprise de lui et au bout du deuxième jour repart...
Elle est toujours un coeur égaré. .. La passion est sa seule raison...
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,