ÉTUDE DE CAS DEUX FIGURES...

il y a
1 min
3
lectures
0

Les mots jalonnent mon existence depuis un paquet de décennies déjà. Ceux des autres comme les miens... Ma devise est fort simple, vivons heureux en attendant la mort. Et peu m'importe les ratures  [+]

Prenons un événement, n'importe lequel. Sportif comme privé. De jour comme de nuisette. Rajoutons une meuf, pas n'importe laquelle. Puis un mec, le sien de préférence. Observons le tout et rendons nous compte...

Tout d'abord, la jeune femme arbore non sans difficulté un air de godiche au naturel. Elle s'applique aussi à mettre en valeur sa jolie chevelure abondante, "brushinguée" à outrance. Et par association d'idée et d'éducation dès l'âge de la "pouponnerie", cherche à exacerber sa part de féminité inhérente à son sexe dit faible à forte poitrine...

Puis, penchons nous sur le gars qui se trouve être à droite de la photo. Sachant que notre auditoire frise plutôt la "septuagénairiatrie", que sa cataracte devient source de confusions au quotidien, il est préférable de bien différencier l'emplacement de chacun des protagonistes. Donc, disais-je avant cet égarement salutaire, le gars de sexe masculin situé à droite de la photo affiche une mine de beau gosse sans poser le moins du monde. Bien entendu, il a une barbe de trois jours fort bien taillée, une veste de costume clair avec pochette garnie. Sublimée par ses yeux tout aussi clairs et une bouche en cul de poule qu'il gonfle à son paroxysme pour la rendre plus sensuelle qu'elle n'est d'ordinaire...

Remarquons aussi l'emplacement des deux sujets. L'homme "sabiens" sous tous rapports est sur le devant de la scène tandis que la femme hystérique s'est naturellement placée derrière lui. Pas question en effet de faire de l'ombre à celui qui gagne bien sa vie, couvre sa chose d'onéreux bijoux de chez Etroc*, conduit une belle voiture pour aller à la salle de sport tous les vendredis soir après le Workshopping.

En conclusion, tout le monde il est content et chacun peut aller dormir sur ses deux oreilles pour l'éternité...

*Etroc est le concurrent imaginaire d'Ebay.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Big bang

Laureline Maumelat

Vivien entrebâille l’épais rideau de velours pour tenter d’apercevoir une fois de plus celle qui emménage à côté. La lumière du soleil couchant est encore vive et il plisse les yeux, ça... [+]