Être sans nom

il y a
2 min
82
lectures
2

De légers oiseaux qui traversent le ciel en silence guidés par les rayons du soleil, ou encore les flèches d'une bataille inachevée qui se dirigent vers l'ennemi à travers la foudre déchainée  [+]

Je suis sans nom, sans famille, sans passé, sans vie, sans destin.

J'aurais voulu être quelqu'un, quelqu'un de malin, de pas trop crétin, quelqu'un de bien même ou encore quelqu'un à qui l'on tient. Mais je ne sais ni d'où je proviens, ni d'où ma respiration doit prendre fin. Et puis au fait, devrais-je mourir un jour, ou mon sort est-il de vivre pour toujours ?

- « Dis, comment tu t'appelles toi ? » me demandent tant d'hommes, de femmes, et de jeunes enfants.
- « Ignorants, je suis un être sans nom. » ai-je l'habitude de leur répondre mal poliment.

Enfant d'inconnus, mes parents je n'ai jamais vus. Personne d'ailleurs ne les a déjà aperçus. A vrai dire, je n'ai aucune connaissance de leur visage ni de leur voix ; aucun moyen de les reconnaitre n'est à ma portée, même eux ne m'identifieraient, ne sachant qui je suis et se demandant si j'ai le malheur d'être leur petit garçon qu'ils ont laissé à l'abandon, sans nom. Alors certains racontent que je ne suis pas né, d'autres que je hante les esprits humains sans pour autant réellement exister, que je ne représente qu'une illusion pour le monde qui m'entoure. Pourtant je suis bel et bien là, les deux pieds ancrés dans le sol, les deux yeux rivés sur l'horizon, le corps rempli d'atomes, de molécules et de poumons vieillis par le temps, mon stylo à la main à vous écrire en quelques lignes mon histoire que vous ne pouvez que difficilement croire.
Cependant je suis moins qu'une chose, qui elle peut se permettre d'être désignée, moi-même on ne peut m'interpeler. Cela me donnerait-il plus de liberté ? Je n'en suis pas si sûre, je reste prisonnier de mon esprit, de mon corps et de mon cœur qui bat encore. Mais comment m'ordonner une action si je suis un être sans nom ? Je ne peux à nul moment me sentir concerné, étant donné que le monde situé à mes côtés peut bien être de l'impératif le sujet. Comment m'aimer sans pouvoir me le prouver ? Comment me choisir sans pouvoir me nommer ? Toutes ces questions qui tourbillonnent n'ont qu'une seule et unique réponse : impossible. C'est fort simple, on ne peut tout simplement pas.

Enfant perdu dans la solitude due à une absence de nom. Un nom fait une personnalité, un nom fait se sentir exister. Comment naître ainsi qu'être sans nom ? Comment vivre sans exister ? Je n'ai peur de rien, ne ressent rien, vis pour un rien. Le soleil a beau tourner à longueur de journées, l'ombre de mon passé me suivra sans jamais me toucher, tout autant que mon futur a pris le large de l'océan pour que je ne puisse l'attraper qu'en me noyant.

Je suis sans nom, sans famille, sans passé, sans vie, sans destin.
2
2

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,