Être humain

il y a
2 min
7
lectures
0
Bonjour Caroline, j'avais envie de vous dire, par rapport à votre commentaire :
"Anik Konk...evitez de mettre un commentaire dans l ignorance devons nous massacrer tout les animaux pr avoir tue un être par erreur....vous soyez sérieuse....combien d être humains resterait il????? Vous croyez qu on est des êtres supérieurs....j en doute aux vues de ce monde d ignorants et de bâtards d humains!!!!!!!"
que je comprends très bien qu'on puisse être excédé par les folies humaines, mais je pense qu'il faut essayer de garder bon cœur pour ces humains quand même.Vous savez ce que je fais moi quand ça me devient impossible de voir le monde sans rugir ? je le regarde de plus haut, de bien plus haut, et qu'est ce que je vois ? des milliards d'êtres humains qui ne savent pas vivre, qui n'ont pas le mode d'emploi, qui font erreurs sur erreurs, parfois en voulant bien faire, je vois des milliards d'êtres humains qui n'ont pas vraiment le choix non plus, tyrannisés dans la servitude d'une course au profit de certains, dénaturés par le modernisme, cherchant la plupart du temps une petite place de plaisir, de joie, dans l'épouvantable fatras qu'est devenu notre mode de vie, devant accepter des métiers dégradant leur humanité, encore et toujours plus, plus vite, plus grand, je les vois qui n'ont plus le temps de regarder la vie, perdus qu'ils sont dans les obligations du système et les faux besoins qu'on leur a créé pour vendre, et encore vendre. Je les vois aveuglés par la force des coutumes, des idées reçues, des soit disantes cultures, je les vois tellement petits, pauvres, fragiles, leurs sensibilités si souvent mises à rude épreuve, je les vois essayant d'être quelqu'un, seuls dans leur tête trop souvent, seuls dans leur cœur aussi de plus en plus, je les vois se rassembler autour de n'importe quoi, juste parce qu'ils ont réellement besoin de se rassembler, mais qu'ils ne savent pas au nom de quoi, je vois leurs efforts, leurs larmes, leurs vides... je vois leurs espoirs, leurs rêves, leurs révoltes, leurs guerres... je vois que les haines provoquent d'autres haines, parce qu'ils sont interactifs et interdépendants, je les vois se perdre en voulant tout gagner, je les vois se débattre, se battre, s'abattre... je vois tellement de choses chez les êtres humains, leurs petits égos malmenés par l'anonymat de vies prisonnières, et les barreaux partout, la peur de l'autre, la peur de demain, la peur de la peur, je les vois se tromper de direction et encore plein d'illusions, des illusions qu'ils posent dans des urnes, à la queue leu leu... je les vois avec l'amour de leurs enfants, de leur famille, de leur clan, leur pays, et je vois que cet amour là a des limites, mon enfant, ma famille, mon clan, mon pays, je vois combien ils ont besoin d'unité... je vois je vois... je vois qu'il faut essayer de se comprendre les uns les autres pour ne pas amplifier le carnage, se parler gentiment, comme on aimerait qu'on nous parle. Je vois qu'on ne peut pas imposer ce qui est bon, mais qu'on peut le proposer, le faire connaître, le donner en exemple dans sa vie à soi. Enfin bref, je vois qu'on a tous une petite part de responsabilité à assumer, modestement, sans faire de vagues... Se dire aussi que personne n'est à la place de personne. Mais je te comprends tu sais, sauf que chez moi, en ce qui concerne le mauvais sort qu'on fait aux animaux, c'est la peine qui l'emporte sur la colère ou la haine, j'ai mal et je pleure, je supplie même parfois... que ça s'arrête
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Trial poursuite

Muriel Meunier

Excité comme un enfant le soir de Noël, Thierry fait hurler le moteur de sa moto. Il jubile intérieurement : « Ça, c’est le plus beau coup de ma vie ! » Il faut dire que... [+]