Etrange tourbillon

il y a
3 min
165
lectures
105
Qualifié

"Et l'enchanteur, maître des mots et des fleurs, naquit, enfant sage au milieu des tumultes" Pierre Bottero  [+]

Image de Automne 2017
Et ça tourne, ça virevolte et pirouette dans un étrange tourbillon.

Une simple balançoire, une drôle de structure ronde sous laquelle on a fixé des chaises et des chaînes. Bras arachnéens, amplitude métallique, personne ne remarque que la silhouette de la balançoire est étrange.

Et ça tourne, ça virevolte et pirouette dans un étrange tourbillon.

Sous le soleil qui se lève, les passagers ne sont que des enfants. Hébétés d’abord, ils fixent le monde avec une étrange curiosité. Quelques sanglots leur échappent, mais pas tant à cause du mouvement que du monde effrayant qui les entoure.
Car ce qui est neuf fait toujours peur, et la lumière neuve brûle les yeux plus encore que celle qui s’éteint.
Car l’astre éclaire à peine ce monde qui à l’ouest est encore paré d’ombre. Les enfants sont humains avant tout, et craignent ce qu’ils ne distinguent pas. Mais doucement, la curiosité prend le pas...

Et ça tourne, ça virevolte et pirouette dans un étrange tourbillon.

Mais bientôt le soleil monte et l’ombre cesse de dissimuler pour devenir propice. Dans la douce lumière du matin, les enfants ont grandi et rient. Ils portent toujours sur le monde leurs regards curieux, mais ce sont surtout leurs semblables qui les attirent.
A chaque rotation, ils tendent les bras et se touchent du bout des doigts, tantôt riant, tantôt pleurant. Parfois, le contact se fait caresse, et parfois, il se mue en violence. Il y a dans ces liens quelque chose d’inexplicable qui les fait rire aux éclats.

Et ça tourne, ça virevolte et pirouette dans un étrange tourbillon.

Le soleil continue de monter et les enfants de la balançoire ont encore grandi. Ils sont à l’entre deux, comme l’astre qui hésite au sommet de son ciel. Adolescents, aveuglés par la lumière, ils découvrent désormais ce que l’ombre rassurante cachait. Le monde est grand et le monde est menaçant, il n’est plus fait de forêts et de clairières, mais de sècheresses et de déserts. Harassés par la chaleur, ils tremblent, et commencent à s’interroger sur la direction de leur trajectoire.
Quand la lumière est si forte, c’est à peine si l’on voit. On ne remarque pas alors, que chacun tournoie. Ils croient tous désormais marcher leur propre rythme, sans savoir en réalité, qu’ils ne font que suivre les autres, et que chacun, à l’arrivée, retourne sur ses pas.
Les rétines brûlées par le soleil, le cœur rendu lourd par l’immensité du monde, ils se fourvoient.

Et ça tourne, ça virevolte et pirouette dans un étrange tourbillon.

Puis le soleil redescend, et leurs regards, doucement, s’accoutument à la cruauté du monde. Si la chaleur ne cesse de brûler, eux, en revanche, cessent de s’en plaindre.
Tour après tour les passagers de la balançoire entrent dans l’âge adulte. Les rotations s’accélèrent et s’allongent et, concentrés sur des détails triviaux, ils ne les voient plus passer. Chacun essaie de prouver à son voisin qu’il a mieux compris la nature de leur trajet. Plus les mots sont longs, plus ils sont prisés.
Certains n’ont de cesse de converser avec la personne la plus éloignée, celle qui, à l’autre bout de la structure, ne peut ni les voir ni les entendre. D’autres se persuadent qu’ils peuvent régler leur avancée selon leur volonté, et y dépensent une énergie folle, sans remarquer que tous avancent du même pas et que personne ne maîtrisent le rythme de cette intrigante balançoire.
D’autres encore ont vu que leurs sièges étaient fixés sur des chaînes. Et maintenant qu’ils le savent, ils ne voient plus que cela, et sont aveugles au monde qui, aussi désertique qu’il soit, garde ses beautés. Il n’y a plus dans leur champ de vision que la certitude d’être prisonnier d’un destin auquel ils ne comprennent rien.

Et ça tourne, ça virevolte et pirouette dans un étrange tourbillon.

Déjà, le soleil descend et diminue, tandis certains tombent de leurs sièges. Les chaînes n’ont pas pu les rattraper. Ceux qui restent commencent à remarquer que le tourbillon n’est pas un jeu, et qu’à chaque tour, certains d’entre eux s’en vont.
Et la nuit commence à tomber, et le monde devient plein de terreur. Les rires ne résonnent plus, ni les discussions aux vocables complexes. Il n’y a plus que les cris et les râles. Certains se sentent glisser, ils ne tiennent plus sur la balançoire. Ils s’accrochent et leur peine emplit le cœur de leurs voisins de crainte. Ils savent, désormais, qu’ils suivaient tous la même trajectoire, et qu’ils auront, après maints tourbillons, le même destin.

Et ça tourne, ça virevolte et pirouette dans un étrange tourbillon.

Autour de la balançoire, il fait nuit. Et sur les sièges, il n’y a plus personne.

105

Un petit mot pour l'auteur ? 35 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Zou zou
Zou zou · il y a
...le tourbillon de la vie auquel personne n'échappe ! mes votes je vous invite dans mon 'Taj Mahal ' 'Eclaircie ' et pour sourire dans ' L'été au bureau ' , si vous le voulez bien ( si vous n'êtes pas déjà passé )
Image de Merlinéa auteure
Merlinéa auteure · il y a
Belle illustration
Je vous invite à lire mes trois histoires et surtout "la danse des fétus de paille".. autre vision des tourbillons

Image de Miss Free
Miss Free · il y a
Belle métaphore.
Image de Yaakry Magril
Yaakry Magril · il y a
j'adore !!!! one vote ! Petit poème en compèt si vous avez 5 minutes : http://short-edition.com/oeuvre/poetik/ivre-de-toi-1

Encore BRAVO !

Image de André Page
André Page · il y a
Fascinant cette balançoire esseulée qui continue de tourner aux confins de la vie... bravo Eejil9, et merci à Maud.
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Une triste métaphore de la vie...
Image de Christine Domenge
Christine Domenge · il y a
Le tourbillon de la vie et oui cela se termine pour tout le monde pareil.
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Joli texte. Merci à Maud pour le partage. +5
Image de Elena Moretto
Elena Moretto · il y a
on n'en sort pas idemne de ce tourbillon..
Image de Maud Garnier
Maud Garnier · il y a
Voilà un texte différent qui mérite bien 5.. tours de balançoire en plus :-)) et je le partage sur FB :-)
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Je suis d'accord ! Je l'ai découvert grâce à toi et je lui "colle" le même tarif ;-)
Bises, Maud !

Vous aimerez aussi !