2
min

Été

Image de DagLeonardsson

DagLeonardsson

25 lectures

3

- Tous à l'abri!

Le colonel McClaine plonge derrière le petit muret l'abritant de l'ennemi qui tire une rafale. Les balles fusent, passant juste au dessus de nous.

J'aperçois un soldat ennemi tentant de percer la ligne de front. Alors qu'il bondit hors de son trou, je me relève et lui colle une balle en pleine poitrine. Son cri précède une rafale de plus, m'obligeant à me recroqueviller derrière une carcasse de voiture. C'est à ce moment-là que je m'aperçois de la mèche d'un bâton de dynamite à mes pieds. Sans réfléchir je me retrouve à découvert, une explosion me propulsant au sol. Ni une ni deux, désorienté, sous le tir soutenu de l'ennemi, je me dépêche derrière le coin d'une habitation environnante, les oreilles sifflantes, le cœur battant.


Le silence. C'est en me mettant dos au mur que j'aperçois le sergent Babe, blessé à l'épaule, qui me fait signe qu’un ennemi approche dangereusement de ma position.

Je sors mon épée, tapi dans l'angle de la maison, quand j'entends des pas se rapprocher. Sortant de ma cachette j'enfonce la ferraille dans les côtes de mon ennemi, me retrouvant nez à nez avec son visage torturé par la douleur. Je tombe au sol avec lui, et dans un grand effort je retire ma lame, abrégeant ses souffrances.

Le sergent Babe me rejoint pour me relever au plus vite.

Alors qu'on s'éloigne du champ de bataille, longeant l'habitation, une voix étrange...
S'approchant d'une fenêtre, Babe jette un coup d'œil furtif.

- Une zombie mon capitaine.

- Tâchons de ne pas être repérés. Elle pourrait signaler notre présence aux rebelles.

Un hochement de tête suffit à me rassurer, mon fidèle sergent s'exécute. Nous troquons nos fusils contre des épées et continuons notre progression dans la forêt, en direction du général ennemi, le terrible BOBCAT. Un char passe non loin de là, nous forçant à rester baissés, immobiles.

C'est alors qu'un golem immense -probablement invoqué par BOBCAT lui-même- s'approche dangereusement de notre position. Il est tout près, regarde dans notre direction, et dans un rire rauque, précipite son avancée vers l'habitation, fracassant la porte d'un simple coup de poing avant de s'engouffrer à l'intérieur.

Transpirants, nous avançons en formation serrée derrière nos boucliers. Le colonel McClaine nous rejoint, armé d'un fusil à protons. Au bout du sentier, une grande étendue d'eau, et au loin, l'extraterrestre gigantesque, BOBCAT. Tournant son bras jaune mécanique dans un froissement métallique, il creuse la terre pour pondre ses œufs.

Le colonel McClaine fonce droit devant, me bousculant au passage. Il est suivit de Babe. Il pointe son fusil sur la machine, féroce.

- Yipikaye pauvre con!

Le coup part, propulsant McClaine en arrière. Mais BOBCAT ne tremble pas, ses yeux vides nous défient. Babe s'élance par dessus la haie, grimpe sur le dos du monstre telle une araignée et lève haut son épée pour la plonger dans les flancs de celui-ci. Mais BOBCAT flaire le coup et d'un revers puissant, le déséquilibre. Mon sergent chute, et dans un souffle il voit son adversaire plonger de nouveau sur lui, bras métalliques en avant.

A ce même moment, je m'élance à mon tour par dessus la haie, à la rescousse de Babe, pendant que McClaine tire en rafale sur la créature qui recule. J'attrape le sergent par le bras, le soulève sur mon dos. McClaine me couvre. Au loin, BOBCAT sort son épée, je lui tourne autour, cherchant une faille dans l'horrible armure, quand j'aperçois du coin de l'œil McClaine foncer sur celui-ci. La diversion est suicidaire. L'alien engage un combat terrible avec le colonel, avant de l'envoyer au tapis. Je tente de lui enfoncer à mon tour une épée dans le ventre, mais le traître m'a vu venir. Les fers s'entrechoquent quand une voix familière me fait hésiter.

- Les garçons!

Le golem a parlé.

-...On mange!

"Ce combat n'est pas finit" dis-je a mon adversaire.

-...On arrive maman...

"Une nouvelle mission nous attend". Le sergent Babe et le colonel McClaine m'adressent un hochement de tête entendu.
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,