253 lectures

18

Qualifié

Et si...

Pan !
« Chenapans !! Pan ! Pan ! »
La colère semble rebondir tout autour d’eux, assourdissante, asséchant leur insouciance. Enfin, l’espace d’un instant.
L’un caracole, l’autre dégringole...
— T’es où ?
— Ici, nigaud !
— Je te vois pas !
— Là !
— En haut ?
— Non, en bas !
— J’y suis et pas toi !
— Si je te trouve, je t’avale !
— T’es pas chiche !
— Que tu crois !

« Chenapans ! Pan, pan ! » Le ciel prend feu. Il pleut.

Les sacripants s’accrochent, se posent un moment. Ils rêvent de l’océan, y prendraient bien un bain, surfant sur la vague, croisant un poisson volant, se mêlant à l’écume, un rêve d’enfant. D’ailleurs n’est-ce pas leurs cris que là-bas on entend ? Tout cela a le goût d’un été ardent...
Mais ils savent que tout cela n’a qu’un temps.
Tant, ils tremblent, soudain plus proches du firmament.
Raides du col, malhabiles, figés.
Pas très longtemps, les voilà soudain bien légers. Ils cabriolent de gauche à droite, roulent, boulent. Ils dansent et le vent les vêt d’une robe de diamants. Les voilà lancés dans un galop. Ils se mêlent, s’emmêlent se démènent...
« Chenapans ! Pans, pans ! » Hurle la bise.
Dans un éclair, une bourrasque, les démêlent, les arrache à la nuée. Le noir a mangé le jour tout autour d’eux. L’un essaie de prendre l’autre de vitesse. Les copains luttent contre la pesanteur :
— C’est si beau vu d’en haut !
— Toutes ces lumières !
— On nous attend ?

— Maman, maman ! Regarde, il neige, c’est si beau !
La fenêtre sent le froid et brûle le nez d’Audrey. Notre demoiselle trépigne, les paupières fermées. Elle entend sur le sol figé, les flocons tomber. Elle sait qu’à cet instant le ciel nébuleux enlace la terre et la couvre d’un joli manteau blanc.
— Maman, dis maman, est-ce que je peux aller dehors, pas plus d’une seconde, c’est si beau !
Et dans un chuchotis :
— Je ne me rappelle plus de son goût, était-elle si glacée que ça ?
— Non, ma chérie, il fait trop noir et surtout trop froid et de toute façon il n’en est pas encore assez tombé pour ça.
— Mais, maman !
— C’est non, point barre !
— Mais maman, je t’en supplie !
— Audrey, ça suffit !
— Promis maman, je mets le manteau, le bonnet, l’écharpe, mes bottes. Comme une grande.
— Non !!!
— Si tu dis oui, je serais sage comme une image.
— Que tu dis mizelle, et ta promesse ne vaut pas tripette.
— Promis, juré, cra...
— Oubliée, dès que j’aurai le dos tourné.
— Maman chérie, mon plus grand trésor !
— Bon, si tu t’habilles bien chaudement, c’est d’accord. Fais attention, il serait bien dommage de laisser un rhume s’emparer de ta petite santé !

Le cheveu ébouriffé, un gilet jeté sur les épaules, les mules de maman aux pieds, Audrey claque la porte d’entrée. Elle glisse sur le seuil mais se rattrape dans une gracile pirouette. Puis s’arrête au milieu de son jardin d’Eden, bientôt immaculé. Elle sent de petites gouttes piquer la racine de ses cheveux sans se douter que ce sont les petits joyaux glacés qui s’éteignent. Son cœur déborde d’émotions, tant qu’une larme s’échappe, le long de sa joue y descend. « Pschitt ! » Le premier de nos deux coquins lance un cri, ultime. En se mélangeant à cette petite perle salée il se croit retourné à l’océan. Quant au second de nos brillants, il croit avoir gagné la guerre contre ce zéphyr si mordant. Il virevolte, il en use comme d’un toboggan, peut-être croit-il chevaucher un carrousel. « Clac ! » les ténèbres l'engloutissent.

— Ma man, ma man !
L’huis tremble sur ses gonds à l’entrée d’une Audrey dont les mots sont à moitié dévorés par l’émotion.
— Oui, ma douce
— Maman, maman, tu sais... Je crois que j’ai enfin trouvé un joli, le plus beau des cadeaux pour le Père Noel. Et de tendre ses mains scellées à sa mère. Non, n’y touche pas, c’est le cadeau du Père Noël !
— Ah bon !
— Oui, j’ai réussi à emprisonner, bien au chaud, le plus gros flocon de neige que j’ai pu voler au ciel.

Et si... Tu caressais ta part d’enfant dans le sens du poil ! Ne me réponds pas que je suis bien la seule, qui à mon âge, croit encore au Père Noël ! Saisis les petits et grands bonheurs au creux de tes mains et ne les laisse pas filer ! Là, Noël ne pourra t’être que joyeux !

PRIX

Image de Eté 2016
18

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Thara
Thara · il y a
Une belle lecture aux allures de conte !
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
C'est très joli moment de lecture en ce début de soirée : mon vote.
Sur ma page, si le cœur vous en dit, "le coq et l'oie" (poème/fable) Merci !

·
Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
Beaucoup de charme de cette lecture ou jeu de mot et choc des sons se confondent. J'aime. +1 de la part de Tilee auteur de "transparence" catégorie poésie.
·
Image de Yourstruly
Yourstruly · il y a
Merci, beaucoup, c'est toujours un moment merveilleux quand on essaye de se re- glisser dans sa peau d'enfant. Je dois avouer que j'ai envie d'ajouter que ce jeu en vaut la chandelle, comme si on dérobait un sucre d'orge pour aller le déguster en douce, un péché mignon...
·
Image de Miraje
Miraje · il y a
Un texte original, emmitouflé de douceur et de tendresse ....
(Si vous souhaitez me découvrir, voici un des chemins (Sans neige...) --->http://short-edition.com/oeuvre/poetik/dans-l-ombre-de-ma-main

·
Image de Denis Lepine
Denis Lepine · il y a
un petit bonheur, j'ai voté, je vous invite à découvrir mon texte de chanson: 'dans mon cahier' sur: http://short-edition.com/oeuvre/poetik/dans-mon-cahier
·
Image de Harry
Harry · il y a
Joli et touchant +1
·
Image de Yourstruly
Yourstruly · il y a
Merci, bonne fin de week-end!
·
Image de Claude Carbonell
Claude Carbonell · il y a
Un flocon chanceux sauvé de la mort par la petite Audrey, un beau cadeau de Noël pour lui.
·
Image de Annelie
Annelie · il y a
Joli texte, qui fait rêver, avec une chute à laquelle je ne m'attendais pas du tout. Mon vote.
Permettez-moi de demander votre soutien (si vous le voulez bien) : http://short-edition.com/oeuvre/poetik/humeur-noire Merci de passer me lire. Bonne journée ! Annelie.

·
Image de Noli Nola
Noli Nola · il y a
Je ne peux m'empêcher de humer Molière à travers ce texte, percutant, vivifiant, régénérant. + 1
·
Image de KELM
KELM · il y a
joli
·
Image de Yourstruly
Yourstruly · il y a
Merci, essayons de continuer a caresser notre part d'enfant dans le sens du poil!
·