1
min

Et pourtant

Image de Nadia Lainé

Nadia Lainé

56 lectures

1

Et pourtant, je l'aimais mon affreux, mon doux, mon héros, ma lavande.
Je le cherchais dans chaque repli du linge.
Son odeur, son cheveu, son haleine.
Et puis, il,a voulu des enfants.
Trois, nous avions dit.
Pas des beaux mais des gros qui font envie.
On les a baptisés tous les trois ensemble dans le gros bénitier de l'église de Charolles.
Le curé a posé un doigt-boudin sur les fronts rougis par les bonnets de laine blanche.
Et ils ont pleuré. Sacredieu. Ils ont pleuré si fort que la mémé s'est levée.
Le vent était féroce
Et je tenais mon Emile sous le bras.
Une femme accrochée à son homme.
Noeud traditionnel.
Je portais des talons ce jour là.
Mon Emile aimait.
Aujourd'hui, des chaussures lacées à double tour enserrent mes pieds.
Il est tombé du toit, c'est vrai.
L'a-t-il cherché ? Je doute.
Mais je ne l'aime plus.
Après l'accident, plus de regard. La folie meurtrière l'avait dépassé et courait.
Lui, suivait.
Il mentait en lissant les plis de son pantalon flanelle.
Sa chemise mentait aussi. Ses rayures n'étaient plus heureuses. Alignées, elles suffoquaient.
Ses pieds, malhabiles sur la chaussée, m'insultaient.
Les graviers agités par les béquilles me parlaint de noeuds, de satiété, de ligne franchie.
J'aurai pu partir, le pousser, le taper même mais j'ai préféré l'observer sur son fauteuil vert.
Il s'est figé au fil des années.
Et pourtant sur ses lettres d'antan, il me parlait d'enfance, de dorure sur papier, d'Australie.
Aujourd'hui, sur ses lèvres, un sourire.
Y est t-il?
Je tourne, virevolte autour de lui.
M'agite tel un balai de cantonnier.
Il n' a pas le droit.
Lui maintenir son crâne et serrer pour lui extraire ses substrats de rêve.
Je suis à ses pieds, tente la récolte.
Ses yeux sont durs. Sans fond.
Je tends les mains.
Immergé dans son espace temps, il m'exaspère.
Je décide de le remettre à l'hôpital du Loiret.
Je vais désormais lui conter fleurette un dimanche par mois de 17 à 18 heures.
Il squatte la chambre d'une douce vieille à la peau brunâtre.
Je les soupçonne de manger ensemble.
Peu importe.
Il mérite bien une dernière romance.
Moi, ça va.
J'ai une pension, une belle-fille, deux gendres et un poulailler.
1

Vous aimerez aussi !

Du même auteur