2
min

Et au début viendra la faim

10 lectures

3

Plus faim.
Elle a disparu un jour. C'est étonnant mais c'est ainsi. Je ne sais plus avoir faim, cela remonte à bientôt deux mois. Mon réfrigérateur est vide, mes placards démunis, à chaque ami qui vient me rendre visite je déclare en riant bien haut que je dois faire les courses justement le lendemain, que je suis bête de ne pas avoir pensé à prendre en passant des croissants et du chocolat pour le goûter !... pourtant je ne suis pas morte, ça va de soi, je mange encore, lorsque les vertiges ou les palpitations se font trop fortement sentir, je ne suis pas en grève, je peux même encore prendre du plaisir à un repas partagé, la convivialité me donne des couleurs; mais je n'ai pas faim ! et lorsqu'il m'arrive de manger, parce que j'ai figurez-vous des amis bien intentionnés et tenaces qui commencent à s'en préoccuper, les vaches!, j'atteins la totale satiété et sa nausée en quelques bouchées... Alors bon, ça me tracasse, je vais voir un médecin (entre déprimée et anorexique, vous préférez quoi vous ??), je me défends devant mes parents qui me connaissent si bien d'être anorexique, "non maman je t'assure que non, je ne me pèse jamais, je n'ai aucune obsession, simplement j'ai rarement faim"; je ne peux plus repartir de chez eux sans une barquette congelée de lasagnes, de soupe bien grasse, de pot au feu... mon congélateur prospère et ma mère est rassurée ! et moi je fonds, je passe de taille en taille et me désole de ces vêtements que je ne peux plus porter et qui pendent, inutiles et difformes puisque je ne peux pas les remplir. La mode est à la maigreur extrême, très bien, mais je ne me plais guère, moi, pour tout vous dire, avec ces doudounes d'adolescente prépubère, alors que dorment abandonnés des soutifs aux rondeurs engageantes sur lesquels je me pâmais gamine ! je peste et trépigne quand je me vois nageant dans cette petite robe qui m'allait si magnifiquement bien et moulait à la perfection mes formes épanouies ! je soupire après mes fesses fondues !! et c'est que ça coûte un fric pas possible de racheter des culottes, des pantalons, et tutti quantti... pour les soutifs j'ai laissé tomber, il n'y a plus rien à soutenir ma pauv'dame, qu'on dirait deux gouttes d'huile sur une tôle ! alors bon, j'attends, ça va bien me revenir, la babine échauffée devant la vitrine du pâtissier, la fringale à 11 heures calée sans autre forme de procès par un sandwich rillettes, tant pis pour l'haleine et pour le voisin d'amphi, la boîte de cookies devant le film, les chips après le cinoche, toutes ces petites choses qui donnent du sel à la vie, mince ! même affronter la balance ! mais oui ça reviendra, cet appétit là en même temps que tous les autres, tout doit être lié, je suis juste suspendue en équilibre dans le temps, pleine de l'illusion qu'il passera plus vite et sans trop avoir de prise si je suis plus légère ? ah, oui, ça doit être ça, encore lui, encore Lui...
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Un mauvais moment à passer. Ca reviendra bien !
·