Esprits des connectés

il y a
2 min
6 505
lectures
164
Qualifié

Il était une fois une petite fille rêveuse qui voulait faire partager ses rêves  [+]

Image de Printemps 2018
« Et si on racontait des histoires qui font peur ? »

Pierrick, l’œil pétillant a lancé l’idée tel un défi. Il est minuit, nous ne sommes que cinq gamins autour du feu. Pauline, la petite blonde dont c’est le premier camp, Luka et Manon, les jumeaux et moi, Camille, l’accro aux jeux vidéo. Pierrick propose de commencer. Les filles s’agglutinent pour écouter le grand échalas aux cheveux cuivrés.

« Savez-vous que la vieille baraque au fond du domaine est hantée ? » Un frémissement parcourt les échines « Le gardien et sa famille habitait là. Ils ont disparu...» J’écoute d’une oreille discrète en tapotant frénétiquement sur mon téléphone portable. Pierrick laisse infuser l’information avant d’ajouter « ... c’était juste après le drame ! » Je suis à deux doigts d’un nouveau record sur le jeu débile que je viens de télécharger. Manon demande d’une voix chancelante : « Les monos, ils sont au courant ? »

Pierrick jubile et force un peu le ton : « Ils n’y sont jamais allés, mais ils savent qu’il y a des fantômes... » C’est certain, Pierrick maîtrise l’exercice. « Tout a commencé une nuit d’été comme celle-ci. La télévision s’est allumée toute seule... comme ça... paf... le volume au max. » En claquant des mains il m’a fait sursauter, l’andouille. « Puis les appareils ménagers se sont animés les uns après les autres. » Sans interrompre ma partie je lance spontanément : « Il fallait couper le courant ! »

Mais Pierrick ne se laisse pas déstabiliser : « Ils l’ont fait... mais les objets déconnectés ont pris le relais. La webcam, les mp4, tous les trucs sans fil... ils se sont mis en marche tous seuls... Les téléphones ont sonné en même temps affichant des messages étranges. Terrorisée, la famille a tenté de fuir. Mais quand les enfants se sont réfugiés dans la voiture, elle a démarrée à son tour fauchant mortellement leur mère. Dans la forêt, les flics ont retrouvé la bagnole... mais pas les enfants ! Le gardien ne s’en est jamais remis car... »

« JE LES AI TOUS TUÉS ! »

Exulté-je avec frénésie. En levant les yeux de mon écran je sombre dans les regards terrifiés des jumeaux. Pauline, bouche bée, me dévisage avec stupeur.

« Hey ! J’ai juste gagné !... Le jeu... Les fantômes...Tous butés ! »

Devant l’irritation de Pierrick, je me résigne à couper le portable. Mais alors qu’il reprend son récit, mon mobile se rallume. Je m’excuse en appuyant de nouveau sur le bouton stop quand soudain mon visage apparaît à l’écran. Indifférente à mes tentatives pour l’arrêter, la camera arrière s’enclenche à son tour dévoilant les mines décomposées des autres gamins, leurs téléphones vibrant à la main. Quelque chose vient de lancer le jeu sur chacun des appareils. Une complainte machiavélique accompagne les lettres qui s’égrènent simultanément sur nos cinq écrans :

« Et si on jouait à des jeux qui font peur ? »

164

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Monsieur Fratt

Gaëlle Chamarande

M. Fratt, quarante-trois ans, cent kilos, un mètre soixante-cinq, habitant au 26, rue Köln à Berlin, maître pâtissier chez L’Ange Rouge, célèbre cabaret berlinois. Amoureux de Veronica... [+]