Esprit … Esprit

il y a
4 min
2
lectures
0
Toujours prêt face au défi, Nathan un jeune homme de 23 ans aimait chercher le danger mais en survivait à chaque fois. Il trouvait la vie trop courte et trop ennuyeuse pour ne pas tenter des folies. Il avait survolé le Grand Canyon en deltaplane sans vertige, monté un volcan et était allé au plus près qu’il était possible du cratère. Une autre fois il traversa en voiture le Mexique sans se préoccuper du danger qu’il courait et en garda même un excellent souvenir. La seule fois où il aurait pu perdre la vie était lors d’une expédition à pied en pleine savane sud-africaine où un lion avait surgi de nulle part. Il avait alors couru suffisamment vite pour éviter cette bête d’une extrême paresse.
Voilà qu’un de ses collèges lui proposa un étrange défi.
- Aurais-tu assez de courage pour faire une incantation de sorcellerie ? lui demanda-t-il.
- Sérieusement ? De la magie ? Il ne s’agit que d’histoires pour enfants... répondit Nathan.
- Tout dépend du point de vue... mais essaye, toi qui ne recule face à rien.
- D’accord mais quelle incantation ?
- Celle d’Elijah !
- Elijah ?
- Oui cherche sur Internet, tu trouveras...
- Marché conclu! Je te tiendrais au courant.
Dès le soir venu, Nathan fit des recherches sur cette incantation. Il s’agissait d’invoquer l’esprit Elijah et de voir s’il apparaissait ou pas, ce qui fit rire Nathan et ne l’encouragea que davantage à prouver à son collègue que ce n’était que des lubies enfantines... Les instructions étaient simples. Il devait se placer devant un miroir, mettre des bougies en cercle autour de lui, tracer un carré en sel et prononcer les mots «  clamos spiritus Elijah non aperuero vobis fores cor meum ». Il n’y avait pas de jour exact pour faire l’incantation, il fallait juste attendre 23h56 précises, l’heure ou serait soi-disant mort Elijah. Nathan fit exactement tout ce qui était demandait et récita la phrase. Il vivait seul chez lui dans un appartement en ville. Sans aucun voisin pourrait voir ou entendre ce qui allait suivre. Il prononça les mots mais rien ne se produit. Un silence sourd enveloppait la pièce, mais il ne s’en soucia pas, et se dit que ce n’était qu’un jeu et qu’il perdait son temps. Il essaya de sortir du carré mais quelque chose l’en empêcha. On aurait dit qu’un champ magnétique l’enfermait. Il hésita et regarda le miroir, mais ne vit que son reflet. Les bougies s’éteignirent brutalement mais sans aucun courant d’air. L’atmosphère était froide, oppressante. Il découvrit un sentiment nouveau, une angoisse le hanta, il avait peur. Il détestait ce sentiment, voulait seulement en sortir par n’importe quel moyen, mais soudainement une force le tourna vers le miroir. Le décor avait disparu, seul lui était face à la glace, il luttait contre toute forme de panique, se disant que n’étais qu’une mauvais blague mais son avis fut immédiatement changé. La pièce devenait de plus en plus noire mais le miroir reflétait toujours l’image de Nathan. Son reflet se transforma en celui d’Elijah. Nathan n’émit aucun son, sa terreur l’immobilisa, paralysa sa langue, ses jambes, ses bras. L’esprit changea d’expression et lança un regard malsain ; prit une impulsion et sortit du miroir. Il surgit pareil aux fantômes que l’on voit dans les films d’horreur. Un échange de place eut alors lieu : Elijah pénétra dans le corps de Nathan par le biais de sa bouche béante. Son être entier fut secoué de convulsions, et l’âme de Nathan fut propulsée dans le miroir pour y être emprisonné. Elijah contrôlait maintenant ce qui avait été le corps de Nathan. Ce dernier était quant à lui enfermé dans le miroir contrairement à Elijah qui était libre.
Nathan fut emporté dans un lieu ressemblant à que l’on pourrait imaginer être l’enfer. Il n’y avait rien, pas une chose, pas une ombre. Un néant infini, où l’on ne meurt pas, où l’on reste enfermé pour l’éternité. Elijah y avait été enfermé par un groupe de sorcières en guise de punition. Le lieu où se trouvait Nathan était une prison.
Elijah dans son nouveau corps, gouta de nouveaux aux plaisirs de la vie après trois cents cinquante ans d’emprisonnement. Il n’avait plus ressentit la chaleur du soleil sur sa peau, les frissons du vent, l’air pur rentrer dans ses poumons. La sensation de voir une belle femme passer devant lui. Mais il ne savait pas où il se trouvait. Il se trouvait, de son vivant, à Cagliari, en Italie et le paysage lui était étrange. Il interpela un homme marchant dans la rue et lui demanda :
- Ou nous trouvons nous ?
- A Tamarin...
- Tamarin ? Dans quel pays nous trouvons nous ?
- L’ile Maurice monsieur, répondit le passant d'un air surprit.
Il n’avait jamais entendu parler de ce pays appelé « l’ile Maurice » mais ce n’était pas la seule chose qui le surprit. La technologie d’aujourd’hui surpassait tout ce qu’auraient pu imaginer les peuples d’autrefois. Il n’oublia pas cependant la raison pour laquelle il attendait d’être délivré.
Elijah était autrefois ce que l’on appelle un éventreur, il avait un plaisir malsain à tuer toute les personnes qui lui semblait prêtes à mourir. Le nombre de victimes était tel, que les juges de l’époque considéraient que le laisser mourir était trop simple et firent appel aux sorcières Befana qui l’enfermèrent. Mis à part les siècles passés dans cette prison d’immortalité, ses pulsions était toujours les mêmes et il n’attendit pas pour recommencer sa passion. Et les meurtres commencèrent. Des enquêtes s’ouvrirent mais Elijah savait parfaitement défier la science en assassinant sans laisser une seul trace.
Nathan ne supportait pas l’endroit où il fut emmené. Il était soumis à tous ce qu’il s’était efforcé d’éviter, l’ennui et la lenteur du temps. Il se promit de se venger de son collègue dès qu’il sortirait, enfin s’il venait un jour à sortir... Elijah de son côté retourna à l’appartement de son libérateur. Il alla directement au miroir. Il le contempla et prononça « ostendit vobis carcemen ». La seule formule capable de dévoiler la prison, apprise à chaque fois que les juges prenaient un malin plaisir à le visiter. Il vit Nathan allongé, désespéré, cela faisait déjà deux mois qu’il avait échangé leur esprit. Nathan vit apparaitre le miroir, se leva et courut pour essayer de sortir :
- Fait moi sortir de cet enfer !!!
- Ahaha j’y ai bien survécu 3 siècles... tu t’y habitueras...
Alors Elijah brisa en mille morceaux le miroir, condamnant Nathan, qui poussa un cri arraché.
Nathan essoufflé, lâcha la main de la voyante qu’il consultait avant chaque aventure, comprenant que le défi donné par son collègue était d’un extrême danger, qu’il était même mortel.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,