Escapade

il y a
3 min
1186
lectures
50
En compétition

Je vous souhaite de bons jours ! Depuis la mer jusqu'aux montagnes Chez moi il y a de jolis paysages Cartes postales, belles images S'impriment et m'accompagnent  [+]

Image de Été 2020

Je m’appelle Pelieska. Oui je sais c’est un prénom un peu bizarre et je ne sais pas vraiment son origine. Je suis née à Kolard, une petite ville dans le sud de Reunily. À ma naissance, ma mère et mon père ne comprenaient pas pourquoi j’avais de drôles d’oreilles. Ils me disaient souvent que même si je suis différente des autres enfants – qui se moquaient souvent de moi – j’étais leur petit bijou. Mes parents m’appelaient souvent pour me choyer « petite nacre » et ils m’aiment profondément.
Chaque fin d’après-midi, en sortant de l’école, je m’amusais avec ma copine Hollie dans le parc. On n’était pas dans la même classe, mais comme nous habitions l’une en face de l’autre, le matin on allait à l’école ensemble pour y revenir ensemble également après les cours, qui se terminaient à quinze heures trente. Toutes les deux, on aimait faire de la balançoire avant de rentrer chacune chez elle ; nos parents nous ayant donné la permission.

— Vous devez être à la maison à seize heures quinze ! Si vous dépassez ce temps, vous ne pourrez plus en profiter et ce sera dommage pour vous !

Hollie et moi savions que nos deux mamans avaient été d’accord pour dire la même chose et bien contentes de nous amuser, nous tenions à la promesse de ne pas désobéir.

Maman, en sachant l’heure de mon arrivée, se mettait à préparer pour moi un goûter avec des tranches de mie au miel ou à la confiture de papaye, un jus avec des fruits de la passion qu’elle cueillait sur la clôture du jardin, avant de me demander d’aller faire mes leçons.

Je venais d’avoir huit ans et en sortant de l’école seule, sans passer par la case balançoire parce qu’Hollie malade n’y était pas venue, j’aperçus dans la forme des nuages tout blancs une île.

Plus je la regardais, plus j’étais captivée par sa beauté et plus je m’en approchais. Cette île se trouvait au milieu de l’océan et par cette belle après-midi d’été où les rayons de soleil brillaient sur les vagues de la mer, je me suis retrouvée sur une plage qui était bordée de cocotiers. Des oiseaux, appelés ici paille-en-queue tournaient au-dessus de ma tête avant de s’envoler au loin.

Tout en me promenant, en laissant l’eau de mer venir mouiller mes pieds, j’aperçus dans un petit bateau une dame avec de longs cheveux blancs, habillée d’un paréo exotique sur lequel je pouvais distinguer les motifs d’un volcan.
Je restai juste au bord des vagues, la regardant et avec un grand sourire elle me fit signe de venir près du bateau, en agitant dans ses mains un collier.

— Bonjour, petite me dit-elle. Je suis là depuis un certain temps et c’est toi que j’attendais.
— Bonjour Madame, mais pourquoi vous m’attendiez ?
— J’ai quelque chose pour toi… Approche-toi de moi !
— Je ne sais pas nager Madame, je ne peux pas avancer près de vous…
— Ne t’inquiète pas, petite, tu ne crains rien. Ce n’est pas profond là où je suis. Viens donc !

C’était la première fois que je rentrais dans l’eau, dans une mer chaude qui me submergeait de plus en plus. Je n’avais pas peur, j’étais soudainement une bonne nageuse et lorsque j’arrivai près du bateau, la dame n’était plus là, mais le collier était posé sur le bord du bateau. C’était un collier de coquillages. En le prenant, il y avait deux endroits où il manquait des coquillages. Deux grands trous dans lesquels il fallait en poser et qui ressemblaient à la forme de deux oreilles spéciales : mes oreilles.

Je ne vous l’ai pas dit, mais mes oreilles sont en fait deux coquillages. Seuls mes parents et moi savons que pour dormir, il me les faut les enlever sinon le bruit de la mer qui ronfle dedans m’empêche de dormir. Pour aller à l’école, tous les matins je les prends sur ma table de chevet pour les remettre.
Alors j’ai enlevé mes deux oreilles-coquillages et je les ai posés dans les trous sur le collier et je suis ressortie de la mer.
En me retournant, il n’y avait plus de bateau et ce n’est que lorsque j’ai entendu Plouffi, mon chien aboyer, que je me suis hâtée d’être à la maison pour prendre mon goûter et d’avoir le bisou de maman.

— Tu as trainé en chemin Pelieska ! me dit maman
— En fait je veux te raconter ce qui m’est arrivé…
— Et tes oreilles… laisse-moi les regarder. Tu les as comme tout le monde !

Depuis ce jour, j’ai beaucoup plus de camarades et je sais que quelque part sur une île – que j’ai choisi d’appeler Exote – où j’ai déposé mes oreilles, elles écoutent le bruit de la mer et ses vagues tantôt déchainées, tantôt calmes qui s’émerveillent parfois de la pleine lune dans un ciel étoilé et brillant.

50
50

Un petit mot pour l'auteur ? 34 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Mathieu Kissa
Mathieu Kissa · il y a
Une belle histoire, pleine de poésie.
Image de Anna Mary
Anna Mary · il y a
Tout à la fois léger et profond, du suspens. Rafraichissant.
Image de Annick AUBRAS
Annick AUBRAS · il y a
Bonsoir à tous,
Partager et recevoir en retour de si belles appréciations fait vraiment plaisir. Vos encouragements en commentaires et vos votes sur le cœur, m'apportent beaucoup. Des mercis vous sont encore envoyés.👌

Image de Houda Belabd
Houda Belabd · il y a
Merci pour ces images qui dansent, désormais, au fin fond de ma mémoire. J'ai, bien sûr, voté...
Je vous convie à découvrir mon texte dédié aux sans-abris de l'Isère, ici: https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-chienne-de-vie-dun-sans-abri-iserois

Image de Johan Fontaine
Johan Fontaine · il y a
Très belle histoire.
Image de bernadette COSTES
bernadette COSTES · il y a
Une bien jolie histoire qui ressemble à son auteure...
Image de Audray Robert Goolye
Audray Robert Goolye · il y a
Magnifique histoire!! elle me transporte vraiment vers cette île mystérieuse et m’en fait m’évader, le temps d'un Instant !
Image de Marine PEROT
Marine PEROT · il y a
L'air marin, le soleil, tout est en phase pour me faire voyager dans cette île. J'ai beaucoup aimé.
Image de Marie reine claude Ligdamis
Marie reine claude Ligdamis · il y a
En l espace de quelques intants, je me suis retrouvée en enfance.BRAVO ANNICK
Image de Jha Jah
Jha Jah · il y a
Bravo pour la création de cette belle histoire ça fait évader l esprit

Vous aimerez aussi !