Erreur de numéro

il y a
2 min
10
lectures
1
« Erreur de numéro, erreur de numéro, ERREUR DE NUMERO ?! Mais comment peut-il m’envoyer ce message ?! Quel connard ! C’est ce genre de réponse qu’on envoie à sa fille qui demande de l’aide pour financer ses études ?! ».

Elena était choquée, elle en était physiquement paralysée. Intérieurement, la colère grandissait, comme une tempête qui deviendrait de plus en plus forte. Assise sur un banc, sur le quai 4 de la gare de Liège, elle attendait son train pour rentrer chez elle. Entourée d’inconnus, elle se sentait terriblement seule ou peut-être démunie. Une vague d’émotions la submergea, elle avait l’impression qu’elle allait la vomir. Pouvait-on faire une indigestion d’émotions ? Comme quand on mange trop de chocolat ? Et si elle criait ? Non elle ne pouvait pas ! Elena n’aimait pas se faire remarquer et le quai était bondé de monde. Pourtant il fallait que ça sorte ! Comme toujours, elle finit par pleurer son trop-plein émotionnel. Elle se détesta dès les premières larmes. Deviendra-t-elle, un jour, forte ?!

Une fois le choc passé et la colère redescendue, Elena ne ressentait que de la tristesse. Le message de son père tournait en boucle dans son esprit. Et son subconscient avait fini par le transformer. Pourquoi son esprit la torturait toujours autant ? Pourquoi il modifiait ses pensées jusqu’à ce qu’elles lui fassent assez mal ? Pour la faire craquer ? Bien joué, ça marche à tous les coups ! « Erreur de numéro » était devenu « tu es une erreur », « je ne voulais pas de toi », « tu n’étais pas désirée », « tu ne devais pas naitre », « tu n’es pas ma fille ».

Elena avait toujours ressenti ce malaise entre son père et elle sans vraiment le comprendre. Petite elle croyait qu’il ne l’aimait pas vraiment parce qu’il aurait préféré un fils. Elle a alors passé son enfance à faire semblant de s’intéresser au passion de son père. Elle passait ses week-ends à faire briller sa voiture et à bricoler des accessoires pour customiser le bolide de papa. Elle était fière de pouvoir l’aider, de se rendre utile, de lui montrer de quoi elle était capable... pour un peu d’attention. Elle aurait tellement voulu qu’il la regarde avec des étoiles dans les yeux, comme lorsque son regard se posait sur cette bagnole !

Elle se demandait souvent pourquoi ses efforts n’amélioraient pas sa relation avec son père. Alors qu’elle cherchait l’attention, elle n’obtenait que de l’indifférence.

Un jour d’été, elle eut une révélation. Le souci n’était pas ce qu’elle n’était pas – un petit mec – mais ce qu’elle était. Elena était, comme à son habitude, en train de bichonner le bolide de papa. Quand sa sœur, Carla, assise sur l’herbe, les regardait faire. Elle se plaignait de s’ennuyer. Miguel lui demanda alors de se rendre utile et de les aider. Ce qu’elle refusa avec une assurance qui décontenança sa grande sœur. Comment pouvait-elle dire « non » à leur père ? N’avait-elle pas peur qu’il la rejette. C’était tellement difficile de gagner sa considération. Elena fut alors encore plus sidérée quand leur père lui répondit « ok comme tu veux » avec son petit sourire en coin – typique de la famille, ou plutôt d’eux. Et elle fut terriblement blessée quand elle vit son regard rempli d’amour se poser sur sa petite tête blonde, Carla. Ce dimanche de juillet, elle comprit que peu importe les efforts qu’elle ferait cela ne serait jamais "assez". Elle, elle avait un large et franc sourire. Elle, elle avait des cheveux foncés et bouclés. Elle, elle était douce, joyeuse et altruiste. Et non têtue et individualiste comme père et fille...

Plus tard, ce vendredi sur le quai 4, Elena comprit que l’erreur de numéro était en fait une erreur de destinataire. Elle n'avait pas envoyé son message au bon père. Son "papa" avait joué la comédie toute son enfance. Il faut dire que la gamine lui facilitait la tâche. Mais maintenant que l'enfant était devenue une jeune femme, financer ses études et lui assurer un avenir dépassait ses limites. Et quel intérêt pour lui ?!
1

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Didier Hannot
Didier Hannot · il y a
Une belle nouvelle, très dure, où je ressens directement aussi bien une colère qu'une rancune profonde.
Image de Wendy Mahy
Wendy Mahy · il y a
Merci pour ce premier commentaire. Je suis heureuse qu'on ressente les émotions à la lecture

Vous aimerez aussi !