Entrevue du canap'

il y a
2 min
38
lectures
0

Jeune auteure de 19ans. Ce sont mes premières publications en ligne. J'écris des poèmes et romances. Si tu as envie d'échanger quelques mots, j'utilise pas mal Instagram : cloepso. Bonnes  [+]

Assise dans le canapé, genoux repliés, comme si elle guettait un quelconque danger.
Il l'avait invitée à s'asseoir là, sur ce sofa en velours vert. Avant de chercher du thé si gentiment proposé.
Malgré la décoration vintage à son goût, elle ne le sentait pas. Du tout.
Il était trop mielleux, trop...intense. Une intonation trop lisse, son apparence trop soignée.
Il revient, une tasse dans chaque main : " J'espère que tu aimes la cerise ! C'est un thé importé du Maroc. Très doux, très sucré, ça me tient à cœur qu'il te plaise Shirley."
Elle plisse les yeux en guise de remerciement, lui prend la tasse des mains et la porte à ses lèvres.
Une effluve d'abord, douce avec une petite pointe d'acidité. Puis le goût, rappelant ses lèvres. Elle n'avait pas oublié, non, la savoureuse tendresse que sa bouche offrait. La sensualité des contours de cette dernière n'avait pour égal que le bleu nuit du ciel le soir.
Puis, le goût est passé. Laissant une petite amertume de fin d'été, de cerise boisée. Shirley est revenue à elle, remarquant le regard doux mais insistant de son hôte.
"Tu m'as manqué Shirley."
Tandis qu'il la fixait, elle regardait au loin. Ce qui ne l'empêcha en rien de continuer.
"Le temps fût long sans te voir. Sans sentir le parfum que dégage ton aura. J'en avais presque oublié les subtilités, tu te rends compte ?"
Enfin, elle tourna les yeux vers lui, presque un air las sur le visage.
"Tout est éphémère, tu sais? Mon parfum, ton visage, toi, moi, nous. Pourquoi s'obstiner ?"
"Putain qu'elle intensité dans tes mots." Un sourire rêveur se dessine sur son visage pour s'effacer aussitôt.
"Que veux tu Nat'? Pourquoi toute cette distance, pourquoi te cacher derrière ces mots, ces manières, ces airs mielleux ? T'es tellement mieux l'âme toute nue."
Elle se blotti un peu plus dans un plaid déjà présent sur l'accoudoir du canapé, puis se gorgea du liquide chaud que lui offrait la tasse.
D'un bond, il la rejoignit sur le canapé, une main sur son genou à elle, sans pour autant lui faire face.
"Quand ton nom me vient, je pense à ces été, à nous.."
"Il n'y a jamais vraiment eu de "nous", tu le sais ça Nat'"
"Non, j'insiste Shirley. Je pensais à nos étés, nos moments. Nos non-dits, nos baisers sur et sous la fréquence audible. Ceux que l'on cachait, discrets, pour ne pas se faire soupçonner par un ou une tel. Ceux, au contraire, exprimés si clairement, si avides de l'autre. Le bruit de ces derniers m'a hanté chaque hiver. Quand tu suçais ma lèvre infér..."
"Mais arrête! S'il te plaît. Je ne connais même pas la raison de ma venue chez toi, ici. Que veux-tu? Nous sommes en Automne Nat'.."
"J'y venais, promets moi de ne pas m'interrompre"
Elle haussa les sourcils.
"Très bien"
"Deal ?" dit-il avec un clin d'œil.
Un petit bout de sourire amusée se dessina au coin droit de ses lèvres.
"Deal."
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Le village de Noël

Sylvie Loy

A l'occasion des fêtes de Noël, le centre du village, qui ressemblait à n'importe quel centre de village en hiver – triste et abandonné –, revêtait ses plus belles décorations. Les rares et... [+]