Entre ados, on se comprend.

il y a
3 min
366
lectures
20
Qualifié

Une passion pour l’écriture, souvent en ateliers. Mon genre préféré est le texte court. "Choper" un personnage, lui mitonner une petite tranche de vie... J'éprouve un grand plaisir à  [+]

Image de Hiver 2016
Chère Marion,


Je t’avais dit que je craignais le pire pour ces vacances d’été, eh bien, c’est au-delà de ce que je pouvais imaginer. Mon père et ma belle-mère ont déniché une bicoque dans le coin le plus désertique de France. On est complètement isolés du monde !!!
Les portables ne passent pas, pas de télé, pas de connexion wifi. Il va falloir que je pédale jusqu’au village pour déposer cette lettre dans une boîte !
En plus ils ont l’air contents d’eux : et vas-y que je m’extasie : «  Quel calme ! Quel bon air ! La volupté du silence ! Le retour aux vraies valeurs !... ». On dirait qu’ils font un concours de celui qui sortira la plus grosse connerie.
En guise de piscine, une rivière glacée, avec plein de cailloux dans le fond.
Et puis les chiottes ! Ecolos : tu verses une pelletée de sciure sur ce que tu as fait et ça sert d’engrais dans le jardin. Ça pue ! Encore heureux qu’ils ne me font pas bouffer des légumes qui viennent de là. Ils s’approvisionnent directement chez le producteur ! Du lait cru beurk, ça rend dégueu mes céréales au chocolat.
Ils ont apporté des tonnes de bouquins et un cahier de vacances pour moi, m’a dit mon père avec un air si niais que s’il se voyait, il aurait la honte.
Et voilà qu’ils ont dans l’idée de faire de randonnées ! Leurs « maaaaaaaagnifiques points de vue, on les voit aussi bien en y allant en voiture.
Les vacances sont faites pour se reposer, c’est la rengaine de ma belle-mère. Elle n’a pas aimé que je lui ressorte quand elle a voulu que je me farcisse la corvée de vaisselle. Si t’avais vu l’œillade de mon père ! Mais je ne suis pas fatiguée, moi, j’ai l’impression que je gâche ma jeunesse.
Le pire, c’est de me dire que je suis coincée ici et que le monde tourne sans moi.
Alors, j’ai eu une idée. J’ai acheté trois cartes au bureau de tabac-épicerie-boulangerie-café du village. Et j’ai écrit :
Courage peuple tunisien, je suis avec vous !
Courage peuple égyptien, je suis avec vous !
Courage peuple libyen, je suis avec vous !
Je les ai envoyées aux ambassades de France ; ils sauront comment faire suivre.
Bisous
Maeva

**
****

Ma chère Maeva

Mes parents, dans un autre genre sont aussi chiants que les tiens.
Je viens de passer deux semaines avec eux, j’espère bien que ce sont nos dernières vacances en famille ! On passe des heures en voiture et quand on s’arrête, c’est pour visiter des trucs nuls : des petites églises délabrées, toutes pareilles, des musées d’arts et de traditions populaires. J’en ai la nausée des paires de sabots, des outils agraires rustiques et des coiffes en dentelles.
Et ils me font bouffer des cochonneries locales : des pieds de cochon, de l’andouille (c’est fait avec des intestins !!!), du fromage qui pue. J’en arrive à regretter la cantine, c’est pour dire !
J’en ai ma claque de ces vieilleries, de ces reliques.
Encore, toi, tu as de la chance : parents divorcés = deux séjours de vacances.
Tu peux espérer que ça sera mieux avec ta mère.
Tu crois que quand on aura quinze ans, on pourra partir toutes les deux ?
Maintenant qu’ils ont repris le boulot, ils m’ont laissé chez mes grands-parents, et je m’emmerde !
Tu as raison, il faut garder notre conscience politique et agir pour changer ce monde pourri. Ton idée des cartes est super. Moi, c’est avec la télé ou la radio que je m’exerce.
Dès qu’il y a un homme politique (pas les femmes) qui commence à causer, je lui dis « Ta gueule » et j’éteins. Quel pied !
Allez, plus qu’un mois à tirer et on rentre à Lyon.
Bisous
Marion

**
****

Ma chère Marion,

J’ai essayé le coup du « Ta gueule », avec la télé. Ma mère a failli me flanquer une claque. Elle a cru que c’était pour elle. (Je me contente de lui dire mentalement, quand elle le mérite !) Il a fallu que je lui explique qu’il ne fallait pas étouffer ma conscience politique, si elle ne voulait pas que je devienne abstentionniste, avant même d’avoir l’âge de voter. Hier, elle me l’a ressorti : « Si ça ne dérange pas trop ta conscience politique, tu veux bien en revenant du tennis passer prendre le journal local ? ». C’est pour les horaires des marées et le programme du cinéma, alors, j’ai accepté. Il me semble que ça n’est pas de la compromission, qu’est-ce que t’en penses ?

Au début, c’est vrai, c’est pas mal d’avoir des parents divorcés, pour les vacances.
Comme ils culpabilisent un max, la première année, ils ne savent pas comment te faire plaisir. Puis la fois d’après, c’est le nouveau conjoint qui sort le grand jeu, pour se faire accepter. Puis après, au lieu d’avoir deux parents sur le dos, t’en as quatre !!!

Tu as bien de la chance de buller tranquille chez tes grands-parents !
Moi, j’en peux plus. C’est le genre hyper actif, mon beau père. Tennis le matin, voile l’après-midi, virée en ville le soir pour un mini-golf. Et pas moyen de faire la grasse matinée... Et voilà qu’il veut nous inviter dans le resto le plus classe de la ville pour son anniversaire ! Alors là, j’ai dit NON, je me suis révoltée. Je leur ai expliqué qu’il était hors de question que j’aille dépenser en un repas l’équivalent d’un mois de nourriture pour une famille du Sahel. Il m’a dit que mes convictions politiques m’honoraient et ils y sont allés tous les deux.
J’ai été surprise qu’ils acceptent aussi facilement.
Je me suis fait un bol de riz nature.
Du coup, j’ai ma soirée libre et j’en profite pour t’écrire.
Allez, plus qu’une semaine à tirer et on rentre à Lyon.
Bisous
Maeva





20

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !