1
min

Ensemble

54 lectures

52

Il fait de petits pas. L’habitude qu’il a prise, au fil des années, de calquer son pas sur le sien, et son pas est petit. De plus en plus petit, au fil des années.
Ensemble, ils entrent dans le parc. Une belle journée d’été. Le banc est juste là. C’est celui qu’ils préfèrent. Celui d’où l’on voit le plan d’eau et les enfants, derrière, qui jouent à la marelle ou bien à cache-cache, leurs rires qui résonnent. Le banc qui les accueille depuis tellement d’années qu’ils ont perdu le compte. Les saisons sont passées, les enfants ont grandi et eux sont restés là sans jamais se lasser, leurs doigts entrelacés.
Ils font de petits pas. Juste un dernier effort et ils pourront s’asseoir. Avant, il nettoiera le banc, ôtera la poussière qui pourrait s’y trouver et salir sa robe. Sa robe préférée, celle du même bleu que le bleu de ses yeux. Il lui avait offerte il y avait longtemps.
Ensuite, ils caleront leurs dos, bien droits contre le bois, et se serreront fort. Il lira le journal et elle fermera les yeux car elle est fatiguée. De plus en plus, au fil des années. Elle posera sa main, tendrement, sur son bras et lui demandera de lire à haute voix. C’est ce qu’il fera de sa voix douce et grave. Presque un murmure, bientôt. Elle posera sa tête, alors, sur son épaule, et elle s’endormira. Lui, ce sera juste après.
Personne ne les dérangera. Personne ne s’étonnera de les voir assis là, ils y sont chaque jour depuis tellement d’années. Certains jetteront peut-être des regards attendris vers le couple enlacé, puis rentreront chez eux. D’autres les envieront.
Bientôt ils seront seuls et la nuit tombera. Mais ils n’auront pas froid.
Ils partiront ensemble comme ils l’auront choisi et l’aube les trouvera là, blottis l’un contre l’autre.

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très court
52

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Touchant et sensible ! Je vote, qu'ils partent en paix !
·
Image de Serge Debono
Serge Debono · il y a
Vos deux amants semblent fusionner au fil du récit pour au final se fondre dans les airs ! C'est très beau MHM, merci ;-) Si ça vous dit http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/noon Sinon à bientôt !
·
Image de SDF avec petit pingouin
SDF avec petit pingouin · il y a
Le temps passe, l’amour dure... Beaucoup de tendresse, de sensibilité...émouvant.
·
Image de Marie Hélène Peneau
Marie Hélène Peneau · il y a
Un texte magnifique. Douceur, de l’aube au crépuscule : je souhaite cette vie d’amour à toutes et tous.
·
Image de Valukhova
Valukhova · il y a
Comme j'ai 75 ans bientôt, et que je ne vais pas encore à petits pas, à tout petits pas, mais que ça viendra, j'ai eu envie de pleurer. Parce que, parce que lui, mon homme, il est paralysé depuis l'âge de 22 ans (la guerre). Il ne peut même pas marcher à petits, tout petits pas, il faut le tenir quand il est debout, parce que, parce que, comme un château de cartes, le moindre courant d'air le ferait tomber... par terre. Il se ferait très mal, très, très mal et nous ne pourrions pas le relever. Il ne posera jamais sa tête sur mon épaule, et moi la mienne sur la sienne. On ne s'endormira jamais ensemble... je resterai alors toute seule et je reprendrai la plume que j'ai laissée en plan, pour m'occuper de lui à grands pas, lorsqu'il appelle. Heureusement il dort beaucoup, mais ne fait point de petits pas... Ce texte me fait penser à Jacques Brel "Les Vieux"... Je suis heureuse de savoir lorsque des gens s'en vont à petits, tout petits pas vers une saison de leur vie où il y a de la tendresse, de l'amour, de la douceur... Il y en a beaucoup qui terminent leur chemin dans la solitude, ne l'oublions pas... Hé ! Oui, ça arrive. Mais pas moi, lorsque je ferai mes derniers petits, tout petits pas...
·
Image de Marie-Hélène Moreau
Marie-Hélène Moreau · il y a
Je ne sais si je dois être désolée ou contente de l'émotion que mon texte a suscité en vous. J'en suis en tout cas émue à mon tour...
·
Image de Valukhova
Valukhova · il y a
Au fait, MHM, je ne vous connais évidemment pas, mais je vous donne l'autorisation d'utiliser ce que je vous ai écrit il y a deux heures, pour en faire aussi une histoire courte. Moi, je n'ai pas bien le temps, sinon, je me remettrai à écrire sa biographie, qui est restée en plan. Et je vous assure que son histoire, ce n'est pas du bidon... comme on dit !
Je vous embrasse bien amicalement.
Michèle (Valukhova)

·
Image de Valukhova
Valukhova · il y a
MHM, ne soyez surtout pas désolée, vous avez suscité une émotion en moi, c'est vrai. Mais comme je fais continuellement un bon petit boulot sur moi-même, pour mieux comprendre les autres, cette émotion-là était très utile. Je vais vous raconter une petite anecdote de fin de journée : je viens de couper moi-même les abondants cheveux de mon homme et je l'ai fait rajeunir de dix ans. Si tous les messieurs de 78 ans étaient bichonnés comme il l'est, ils pourraient peut-être encore marcher à grands pas. Mais lui, c'est spécial. Si cela peut vous inspirer, ce soir, on ne sait jamais !
MMM:. ? ce sont mes vraies initiales 3M, vous vous rendez compte !...

·
Image de Sapho des landes
Sapho des landes · il y a
2eme recit sur l'amour des personnes très âgées que je découvre et trouve très doux et nostalgique. Pourtant l'espoir que l'amour est plus fort que toutes les épreuves de la vie est bien là.
·
Image de Philippe Barbier
Philippe Barbier · il y a
joli
·
Image de Stella Clarie
Stella Clarie · il y a
Une manière d'aborder le thème de l'amour qui change. Beaucoup de tendresse et le style est tellement agréable. Merci de nous avoir fait partager ce texte.
·
Image de Daniel Nallade
Daniel Nallade · il y a
Très émouvant!
·
Image de ZI AN
ZI AN · il y a
Voilà une douce façon d'aborder le soir de la vie. C'est la gloire de l'auteure de laisser imaginer qu'elle à vécu ce qu'elle raconte. Même si elle en est encore loin. " Jan a poussé la porte de la vieillesse. Il y a glissé le pied. Il a regardé. Il a bien pris garde de ne pas la laisser se refermer car elle ne s’ouvre que d’un côté."
·