Enquête Paris 16°

il y a
2 min
217
lectures
8
Image de 2015

Thème

Image de Tandems
Ce matin, Camille a téléchargé l’appli d’un grand quotidien parisien : les gros titres du jour lui sautèrent aux yeux : « la série de cambriolages repart de plus belle. » En pleine lecture de cet article, son téléphone sonna. Le procureur l’appela et lui demanda d’intervenir.

A partir de ce jour le lieutenant Camille FOURNIER de la brigade de Paris 16ème prend les commandes de cette enquête.
Après plusieurs semaines de pistes, de suspects, d’interpellations, Camille et ses collègues ont été informés du prochain lieu de cambriolage. Les voilà en planque depuis presque trois heures. Les propriétaires du pavillon étant en vacances, il n’y aura pas de risque de prise d’otage. Vers deux heures du matin, une camionnette noire s’arrêta devant la maison. Trois hommes cagoulés et armés entrent dans le pavillon en désactivant les alarmes. Camille et ses hommes les suivent et se retrouvent face à face dans le salon. Quelques tirs sont échangés entre les deux camps mais le lieutenant FOURNIER et ses collègues ont malgré tout réussi à les arrêter. En sortant du pavillon ils rencontrent quelques complices restés dans la camionnette, des rafales de balles sont à nouveau échangées. Une longue discussion vient d’être entreprise par les cambrioleurs. Mais le lieutenant comprend très vite qu’il s’agit du cerveau de la bande, le « chef » comme l’appellent si bien les journaux. Elle change directement de stratégie quand le chef se met à menacer plusieurs de ses hommes. Elle demande à un collègue de prévenir le commissaire du 16ème, afin d’envoyer plusieurs voitures banalisées pour ne pas que le chef remarque l’arrivée des renforts. Il exigea qu’on lui amène une voiture, mais les policiers rétorquent en prétextant un accident de la route qui boucherait entièrement la rue. Au bout de longues minutes de négociation, la voiture demandée arrive devant le pavillon. Les voitures banalisées sont postées de part et d’autre de la rue pour ne pas que les cambrioleurs s’échappent. Mis en confiance par la vue de la voiture exigée, le chef libère l’otage et s’enfuit. Au moment où il va sortir de la rue, comme prévu les renforts lui ont barré la route. Il sort du véhicule et fût maîtrisé.

Grâce à cet excellent coup de génie, Camille fut promu capitaine dans la brigade de l’Elysée. Elle refusa le poste car pour elle c’est trop prenant. Elle demanda par contre à être mutée dans le Sud, à Cannes ou à Nice, une région où il fait chaud et où la vie semble être plus paisible.

Bastien, 14 ans







Ce matin Camille a téléchargé l’appli d’un grand quotidien sur laquelle la une annonçait un nouveau cambriolage. Depuis quelques mois des malfrats sévissent dans les quartiers chics de la ville en emportant bijoux, télés et objets de valeur, sans que la police parvienne à les arrêter. Devant l’ampleur des cas, le procureur appela Camille, lieutenant de police, lui demanda très sévèrement de tout mettre en œuvre pour stopper cette série de cambriolage qui n’a que trop duré.
Celle-ci convoqua ses collègues en urgence afin d’élaborer tout d’abord un plan de surveillance des allées et venues suspectes dans les quartiers chics susceptibles d’être visités, ensuite envoyer deux policiers dans chaque pavillon, demander la plus grande prudence aux résidents, de n’ouvrir à personne et signaler à la police la moindre anomalie de la vie quotidienne alentour et enfin s’adresser à des indics pouvant apporter quelques pistes à suivre pour résoudre ces problèmes.
Sans tarder le soir même quelques policiers planquèrent dans la rue et sur le coup de minuit, tout à coup, voici une grosse voiture noire tous feux éteins, qui s’avance en silence et qui se gare devant un pavillon ; deux hommes cagoulés, vêtus de noir, tentent de pénétrer dans la maison en découpant une vitre, ils y parviennent et commencent à vider la maison de ses objets de valeur. Mais au deuxième aller-retour à peine, les policiers qui les surveillaient les surprennent, armes au poing, en flagrant délit de cambriolage. Bien que surpris par l’attaque des policiers, les malfrats ne se laissent pas faire et non sans mal sont ceinturés par les forces de l’ordre et amenés au commissariat. Dans peu de temps l’enquête sera enfon résolue et Camille recevra une promotion pour son aide efficace.

Viviane, 59 ans





8
8

Un petit mot pour l'auteur ? 6 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Madeleine Duval
Madeleine Duval · il y a
tout est bien il y a des récompenses mon V bravo aux 2 et au jeune auteur
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
En lisant les deux premiers "commentaires" dans les cases de dessous, et en toute "bienveillance" pour Bastien et Viviane, lesquels n'en sont, probablement, qu'à l'aube des progrès qu'ils accompliront dans l'écriture, les yeux m'en sont tombés ! Voir explication plus bas.
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
... Et la morale est sauve ☺☺☺ +1
( Notre tandem, si ça vous intéresse court sous le dossard Rhône/Alpes ... ▼)
http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/comme-un-coup-fe-fil

Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Comment interpréter la non réaction de vieux briscards de Short comme vous, Miraje et François, face aux nombreuses erreurs d'utilisation des temps de nos deux "tamdemistes" ?
Au lieu de les orienter sur vos productions, ça ne vous est pas venu à l'esprit de leur expliquer comment rectifier une ou deux concordances ?
(Ma parole, mais c'est que je serais en train de vous engueuler...)
;-)

Image de François Duvernois
François Duvernois · il y a
Voilà notre Camille, après ses multiples métamorphoses, transformée en policière. Votre tandem "polar" fonctionne très bien. Mon vote.
Si vous avez un peu de temps et l'envie, je vous invite à lire : http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/embrasement-2

Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Comment interpréter la non réaction de vieux briscards de Short comme vous, François & Mirage, face aux nombreuses erreurs d'utilisation des temps de nos deux "tamdemistes" ?
Au lieu de les orienter sur vos productions, ça ne vous est pas venu à l'esprit de leur expliquer comment rectifier une ou deux concordances ?
(Ma parole, mais c'est que je serais en train de vous engueuler...)
;-)