Encore une belle histoire

il y a
2 min
181
lectures
32

Je voulais être Alice Roy. Je le suis devenue. J'ai même épousé Ned Nickerson. Alors, on m'a recalée en bibliothèque rose  [+]

Fin mai. L’air était doux, chaud et appétissant. Comme chaque jeudi, Jacques franchit le porche de sa luxueuse demeure. Élégant, il avançait sous les arcades dans un costume trois pièces, taillé sur mesure chez Arnys. Le gilet sombre enserrait habilement sa ferme bedaine. L’homme se dirigeait d’un pas lent mais appuyé vers son club de poker. Au passage, il jeta un regard sur la jeunesse qui sirotait et babillait en terrasse. Les volutes ondoyantes de son cigare s’envolaient et les vapoteurs biberonnaient.

Dans leur salon, au style victorien, Hélène, sa femme, tira d’un coup sec les lourds rideaux bordeaux. La lumière printanière qui osait encore s’infiltrer menaçait le décor théâtral au parfum XIXème que la rousse altière affectionnait tant. Hélène vérifia une dernière fois la bonne tenue de sa robe blanche en guipure de coton. Elle enfila une manchette en corne ornée d’un rubis ovale. Son portrait, signé Karl Lagerfeld, surmonté d’un aigle doré, trônait au-dessus de la cheminée ancienne en marbre de Carrare.
Pour accueillir ses amis qui allaient prendre place dans les fauteuils en cuir vieilli, elle n’avait rien négligé : coupes de vin, fruits confits, service à thé sur une nappe amidonnée tombant jusqu’au sol.
Cette salope était pétée de thunes.
Hélène animait chez elle la soirée poésie hebdomadaire mais ce soir-là, elle était un peu fébrile. Un nouveau membre, édité chez Apudpo et Zie – deux cents recueils vendus à ce jour –, devait intégrer le petit groupe.
— Bonjour Ambroisine, mon amie, ma douce amie, midi, minuit, toujours là sur les heures d’or pur. Comment allez-vous ? Prenez place.
Deux bises où les joues s’effleuraient à peine. Des amies de trente ans.
— Bonjour Pétronille, muse du sonnet, sonne, sonne, mignonne. Comment allez-vous ? Prenez place.
Deux bises où les joues s’effleuraient à peine. Des amies de trente ans.
— Bonjour Eulalie, princesse aux doux rêves, Ève lève-toi et ne prends pas la pomme. Comment allez-vous ? Prenez place.
Deux bises où les joues s’effleuraient à peine. Des amies de trente ans.

Puis, entra le Poète. L’homme portait beau. Il avait fière allure. Sa moustache molle et touffue chatouilla en un baise-main délicat la dame de céans. Ses yeux sombres entrèrent au plus profond de l’âme d’Hélène. Sur le champ, une pluie de roses rouges s’abattit sur leurs deux coeurs vibrant au tempo d’un instant suspendu.
— Hector de Saint-Nectaire, me semble-t-il ? Ravie de faire votre connaissance. Prenez place.
Tout était parfait.
— Ce soir, dans mon panier de mots (elle sortit un panier), je veux nous faire cheminer sur des sentiers follement romantiques. Empruntons les dédales du passé, mes amis, et remontons ensemble doucement le temps. J’ouvre votre appétit avec mon cher Cyrano : Je t’aime, je suis fou, je n’en peux plus, c’est trop. Qu’en dites-vous, Ambroisine ?
La garce refilait la patate chaude à sa pote.
Ambroisine embraya et balbutia comme une bonne élève, se la jouant Roxane :
— Oui, c’est bien de l’amour...
— Sublimons, sublimons, poursuivit Pétronille qui reniflait la fragrance dans l’espace où fleurissait une passion jaillissante, perturbant les odeurs littéraires habituelles.
Hector prit la main. En quelque sorte, le professionnel, c’était lui.
— Mesdames, voici pour chacune mon dernier recueil Il était une fois moi mais c’est d’Apollinaire que je vous entretiendrai ce soir. Si vous le permettez, nous allons épiphorer. Mon très cher petit Lou, je t’aime. Ma chère petite étoile palpitante je t’aime. À vous.
— Mon petit lapin de la lune à Pampelune, je t’aime, s’empressa Eulalie qui ne voulait pas être en reste.
L’épiphore passa de bouche en bouche comme dans un verre à qiddoush. Il était temps de conclure. Hélène donna congé après les dégustations d’usage mais retint le bel Hector en otage.
La cochonne avait le feu au cul.
Et alors ?
Hector de Saint-Nectaire, de son vrai nom Jean-Luc Vilain, l’empoigna.
Et alors ?
Il la troussa.
Et alors ?
Jacques est arrivé, sans se presser...

Ben, mes p’tits amis.
32
32

Un petit mot pour l'auteur ? 112 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Emma A
Emma A · il y a
Bon... vulgaire, hle... passons à un autre... t'exagère ! mais c'est poilant.
Image de Fantec
Fantec · il y a
HLE, on est d’accord mais j’aurais ri 😂
Image de Emma A
Emma A · il y a
Moi aussi !
Image de Hermann Sboniek
Hermann Sboniek · il y a
Après avoir, de la poésie dévoilé les mystères
Rien ne vaut une partie de jambe en l'air.

Image de Fantec
Fantec · il y a
Les mystères de la poésie sont bien facilement pénétrables 🤣
Image de Sophie Dolleans
Sophie Dolleans · il y a
Tout cela tient bien en bouche ! Des zestes d'humour et de férocité bien distillés ! J'adore !
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Sauf que Nanard Cohen dans le rôle du pasteur, je trouve que c'est un accompagnement musical kitch/kitch trop kitchenette pour pareille histoire... On était resté éveillé, et maintenant on s'endort grave.... Ron zzzz...
Image de Fantec
Fantec · il y a
Tu crois que je peux le présenter au panel de grands lecteurs ? J’ose pas, je suis timide 😌
Image de Sophie Dolleans
Sophie Dolleans · il y a
LOL ! Je sais pas, y'a des gros mots, et les gros mots... :-)
Image de Fantec
Fantec · il y a
Oui. On dirait que l’auteure a voulu massacrer la poésie. Vulgaire. Sans intérêt. Non. Moyenne : 2.
Image de Sophie Dolleans
Sophie Dolleans · il y a
lol. L'auteure a des lettres, mais l'histoire est scabreuse. HLE !
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
"HLE"... Hâchez-le ?
Image de Fantec
Fantec · il y a
Hors Ligne Éditoriale. Un truc d’initiés.
Image de Fantec
Fantec · il y a
HLE c'est un peu fort non ? L'auteure maîtrise la langue, non ? J'ouvre un topic sur le forum car c'est scandaleux.
Image de Sophie Dolleans
Sophie Dolleans · il y a
HLE, oui, Madame, ne vous en déplaise... mais en diffusion sur ma page facebook où le troussage est bienvenu ! ;-)
Image de Fantec
Fantec · il y a
Madame de Dolleans, il m'en déplaît sachez-le. Tu vas prendre un gnon !
Image de Sophie Dolleans
Sophie Dolleans · il y a
loool !! Je suis ceinture jaune en Judo... Héhé !
Image de Fantec
Fantec · il y a
En jus d'eau ou en jus de vin ? Perso, je suis experte en jus de vin. C'est nul mais nul ;)
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Ooooh, c'était tellement booo... Tellement booo jusqu'à l'arrivée de ce Jacques, que j'imagine rien moins qu'en garde-barrière dégageant de sa personne une forte odeur de fromage...

Pour Hector-Luc, c'est certainement trop tard, mais... Je pense qu'il faudrait demander son avis à Pétro : je verrais bien, pour étoffer l'ambiance de ce texte, une musique comme celle-ci :
https://www.youtube.com/watch?v=Z3_HTGdLXL4

(Si je la trouve dans les commentaires ci-dessous, je le lui demande ? Permission accordée ? Très bien, je pars à sa recherche !)

Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Zut, pas trouvé Dodo/Pétro ! Lui fait un courrier space !
Image de Fantec
Fantec · il y a
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Ta responsabilité est engagée mais tu aurais pu trouver plus triste.
Image de RAC
RAC · il y a
Je salue les élégantes préliminaires...
Image de Ahahah
Ahahah · il y a
On est chez les Précieuses ridicules avec une chute qui est comme un coup de feu dans une salle de concert. Les références et quasi - citations de Rostand et d'Apollinaire renforcent le burlesque. Du flagrant délit de bêtise et de cuistrerie au flagrant délit tout court. "Les femmes du monde sont parfois les femmes de tout le monde" comme le dit je ne sais plus qui. Mirbeau ?
Image de Fantec
Fantec · il y a
Grâce à vous, je redécouvre mes textes oubliés !
Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
Fragrances de violette et de cocufiage ... Délectable !
Image de Cajocle
Cajocle · il y a
Desparates et snobinardes housewife...
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Salut les aminches Cajocle, Brune et Chiro !
Vous ne trouvez pas qu'une musique devrait accompagner ce texte on ne peut plus foutraquement hectorfantesque ?
Celle-ci :
https://www.youtube.com/watch?v=Z3_HTGdLXL4

???

Image de Fantec
Fantec · il y a
Ah là, là, je l'avais oubliée celle-là !
Image de Georges Marguin
Georges Marguin · il y a
En très bonne femme du monde !
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Et, et ... Jacques a dit "cours", Jacques a dit "vole" ♫♫♪♪♪♫♫

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Vies (au pluriel)

Renise Charles

Quand je remonte les files de voitures, je me sens le roi du monde. Je me faufile dans le moindre espace et, aux heures de pointe, je suis plus rapide qu’une Porsche. Mais là, allongé sur le... [+]


Très très courts

Retrouver l'inconnu

Sandra Bartmann

Dans la foule de Riga, les grands yeux d’une fillette se plantent dans les miens. Je m’approche d’elle, exténuée, et m’assieds sur le banc adossé au sien. La musique est assourdissante, il... [+]