3
min

En tout bien tout honneur

Image de Santal85

Santal85

109 lectures

26

— Dis-moi, beau gosse, ça te dirait d'aller faire un tour du côté de Washington ?
En plein après-midi, alors que le soleil écrasait de chaleur le village de OCity, Lucky Luke venait chercher paix et réconfort au saloon. Aucun desperado en vue, aucune bagarre, pas de musique à part les ronflements de Rantanplan : le saloon était étrangement calme. Calme et presque désert : seule une table occupée par quatre dames que Lucky Luke était plus habitué à voir se trémousser et donner de la voix à côté du comptoir qu'assises à une table.
— Allez, beau gosse, viens avec nous, ça sera une chouette virée !
— Lily et Daisy ont raison, insista Victoria, ça sera plus drôle à cinq.
— Et puis, avoua Wendy, la sœur jumelle de Daisy que seul le pianiste parvenait à différencier, on se sentirait plus en sécurité !
— Et Jolly Jumper que j'adooore, ne put s'empêcher de rajouter Daisy, envoyant un baiser vers la fidèle monture qui n'avait pas perdu une miette de la conversation par la fenêtre entrouverte malgré la chaleur.
— Allez, regarde, tout est calme, tu vas t'embêter. Un peu d'aventure avec nous !
— OK, les filles, OK. Mais qu'est-ce que vous allez faire à Washington ?
— Faire respecter nos droits, répondirent en chœur les danseuses-chanteuses.
— On n'est pas corvéables à merci.
— On en a marre des horaires infernaux.
— Rantanplan et Jolly Jumper sont mieux traités que nous.
Le premier ouvrant à peine un œil et le second pensant en son for intérieur : « Qu'est-ce qu'elle en sait la belle ? »
— Écoute beau gosse, résuma Lily, on a su, par la belle-sœur d'une cousine du conducteur de la diligence, que va se tenir la Convention Fédérale des Femmes à Washington et on ne veut surtout pas rater ça.
— On plaque le saloon, on laisse les clients s'égosiller sans nous, tu nous escortes et on file faire entendre nos voix à des oreilles autrement plus réceptives que ces joueurs de poker. Et changement de répertoire au retour !
— Bon, Jolly Jumper est déjà partant, vérifia Lucky Luke, avant d'acquiescer lui aussi. Après tout, ça me changera.

— Lucky Luke, m'sieur, le pénitencier vient de télégraphier, les Dalton se sont encore évadés !
Et un courant d'air surchauffé accompagna l'irruption du préposé du télégraphe aussitôt foudroyé du regard par nos quatre aventurières déjà combatives.
— Tu ne vas pas exposer quatre femmes valeureuses aux attaques de diligences, coyotes ou flèches empoisonnées, pour quatre tarés qui de toute façon finiront par s'évader à nouveau !
— Quatre tarés, surveille ton langage ou j'éclate ta petite frimousse ! vociféra Ma Dalton, faisant irruption dans le saloon et remontant du même coup d'un cran encore la température intérieure.
— Tu écoutes aux portes la vieille maintenant ?
— Oh, tout doux, tout doux, les calma Lucky Luke.
— Dites-moi où vous retrouver les filles ; je file chez moi embrasser mes petits chéris qui doivent déjà m'y attendre et en route pour Washington, la Convention des Femmes, c'est pour moi aussi !
Et hop, les portes du saloon dans l'autre sens pour Ma Dalton.
— Elle est complétement givrée décidément ! rajouta Victoria.
— Tu vois, Lucky Luke, laisse les Dalton à leur maman chérie et rends-toi utile, rajouta Wendy toujours modérée.
— En route, les filles, c'est d'accord. Pas de bagage inutile, des tenues adaptées et rendez-vous dès potron-minet à la diligence.
— Je viens pas, moi ? grommela Rantanplan en se retournant.

Dernière soirée au saloon pour nos danseuses ; sans que personne ne comprenne pourquoi, elles mirent encore plus de décibels, de trémolos et de déhanchements à leur ouvrage.

Le lendemain, les Dalton tentèrent bien quelques hold-up mais toute cette agitation avait un goût de routine et le cœur n'y était plus. Aucun Lucky Luke à l'horizon, pas de Ma pour les chouchouter ; Joe et Jack s'évertuèrent à ranimer un saloon qui sombrait dans la tristesse sans son quatuor vocal, mais même les bagarres ne prirent pas. La déprime gagnait-elle OCity ?
Quelle ne fut pas la surprise au pénitencier de voir revenir, résignés, tristes et surtout déçus, les uns derrière les autres, Joe devant, Jack, William puis Averell derrière.
— Mais elle est où Ma ?
Et, traînant les pattes, le museau au ras du sol, un Rantanplan encore plus neurasthénique que jamais.
— Chef, chef, les Dalton sont revenus, je télégraphie à qui ?

Pendant ce temps, bravant les dangers du Far-West, se défendant très bien seules mais rassurées par la présence du cavalier qui tire plus vite que son ombre, Lily et ses amies atteignirent Washington où elles furent accueillies en héroïnes. Comme d'autres, elles avaient osé. Démontrant ainsi à OCity mais également à l'Amérique tout entière que si, sans elles, la morosité régnait, elles n'étaient surtout plus du tout décidées à se laisser exploiter.
Elles s'attribuèrent au passage le mérite du retour des Dalton dans leur cellule en même temps que les faveurs du Gouverneur Fédéral, en tout bien tout honneur, il va de soi.
Entre récit de plus en plus détaillé de leur périple, travail avec leurs camarades de la Convention et ce qu'on appellera la Grande Marche des Femmes, les quelques jours filèrent à toute allure.
Et c'est maintenant bien informées de leurs droits en matière d'horaires (chanter trois heures après le coucher du soleil, c'est double tarif, et repos le lendemain), de conditions de travail (va falloir qu'il répare le plancher ; va surtout falloir qu'on nous parle autrement, oui !), ragaillardies par leur nouvelle affiliation au « syndicat des danseuses et chanteuses de saloon », qu'elles repartirent par la diligence, sous protection officielle cette fois, non sans un dernier au revoir à leurs comparses !

Lucky Luke, que toutes ces dames n'avaient pas eu le temps de remercier, avait fui la foule de Washington, reprenant très vite le chemin vers l'Ouest, contrairement à l'avis de Jolly Jumper qui se serait bien attardé un jour ou deux. Heureux d'avoir conduit à bon port les danseuses, Lucky Luke était intrigué tout de même par cet étrange comportement des Dalton.
I'm a poor lonesome cow-boy and a long way from home.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très très courts
26

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jean-Jacques Michelet
Jean-Jacques Michelet · il y a
Mon vote, évidemment !! Je vous invite quant à moi à découvrir "Bien fait !" sur ma page.
·
Image de Isabelle Martin
Isabelle Martin · il y a
Très réussi. A quand la BD ? Le scénario est prêt !!! Bravo !
·
Image de Mélany Boivin
Mélany Boivin · il y a
Une très bonne histoire qui a sut me garder en haleine du début à la fin. Génial l'idée du droit des femmes ! Mon vote ! Je vous invite à découvrir ma propre histoire de Lucky Luke: Les Dalton sont de retour, ainsi que mes deux compositions pour la St-Valentin: Lina découvre l'amour et Amour de vacances
·
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
En soutien de la cause des femmes ☺
Original et bien écrit !

·
Image de Thara
Thara · il y a
Une nouvelle version de Lucky Luke assez drôle, on prend plaisir à la lecture !
·
Image de JACB
JACB · il y a
Une bonne idée que de penser aux femmes dans ce monde de cow-boys! C'est original!
·
Image de Bobosse
Bobosse · il y a
bravo pour ce récit drôle et féministe!
·
Image de Santal85
Santal85 · il y a
Merci, la période s'y prête. ..!
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une jolie aventure divertissante et sympathique ! Bravo ! Mon vote ! Je vous invite à venir lire ma version de LUCKY LUKE, et à profiter aussi de mon AUBAINE si vous avez le temps. Merci d’avance et bonne journée !
·
Image de Santal85
Santal85 · il y a
Merci beaucoup et bravo à vous
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Réjouissant et très visuel : Bravo ! Je me suis régalée !
·
Image de Santal85
Santal85 · il y a
Merci beaucoup !
·
Image de Pascal
Pascal · il y a
Un vrai Lucky Luke au grand coeur.
·
Image de Santal85
Santal85 · il y a
Merci
·