1
min

8 lectures

0

- En quelle année est-ce qu’on est arrivé ici? demanda Gustave à son interlocuteur.
- Je n’en ai aucune idée. Toi?
- C’est moi qui pose la question, je ne peux pas le savoir.
- C’est vrai, ce n’est pas fou.
- Et pourtant, c’est la folie qui nous a amené ici.
- Bien sûr mais qu’importe le temps. L’important, c’est qu’on se soit rencontrés.
- Je ne sais pas. Imagine que nous ne nous soyons jamais rencontrés. Ça voudrait dire que je ne serais pas venu ici. Est-ce que ça ne serait pas mieux?
- Pour toi peut-être, mais pas pour moi. Que serais-je sans toi? Je n’étais rien avant. Notre rencontre m’a donné vie.
- C’est vrai, ensemble on se suffit. Mais quand même, je me demande depuis combien de temps nous sommes dans cet asile...
0

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

On s'retrouvait avec Riri, chaque jour en fin d’après-midi. Quand j’arrivais, il était déjà perché sur la murette, à lancer des cailloux dans les fenêtres crevées de l’usine...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Je prends le RER B, du lundi au vendredi, en gare d’Antony. Ce matin, je cours comme une dératée pour choper le 7h22. Parce que même s’il y a un train toutes les cinq minutes, je ne peux pas me...