En montgolfière

il y a
2 min
521
lectures
51
Qualifié

J'ai commencé à écrire des textes, surtout de fiction, quand j'étais enfant et n'ai pas arrêté depuis. C'est pour moi une fonction vitale  [+]

Image de Hiver 2021
La porte s’ouvre. Le gâteau tout de rose vêtu, coiffé de trois flammes vacillantes, fait son entrée. Le pâtissier, toque blanche et sourire modeste, avance à pas comptés. La douzaine de personnes réunies autour de la table applaudit. La journaliste stagiaire regarde sa montre et fait signe au cameraman. C’est parti pour deux minutes de direct. Depuis le jour où elle a complaisamment laissé ouverts micro et caméra devant le syndicaliste qui insultait les patrons et le gouvernement, elle n’était plus assignée qu’aux concours canins, au loto des pompiers… et aux anniversaires de centenaires. Le direct du jour serait suivi du passage dans la semaine de six minutes de magazine régional. Faute de mieux… Elle s’approche de la vieille dame qui vient d’éteindre d’un souffle conquérant les bougies torsadées de ses cent-dix ans.
— Avez-vous fait un vœu ?
— J’en ai fait trois depuis longtemps. Comme dans les contes de fées.
— Peut-on les connaître ?
— Le premier va se réaliser tout à l’heure : ma fille m’a offert une balade en montgolfière. Par contre, mon médecin s’oppose à la réalisation des deux autres.
— Pourquoi ? Quels vœux ?
— Le second était un saut en parachute. Le docteur a seulement accepté le gros ballon. Ce ne seront pas les mêmes sensations, mais cela me plaît bien aussi : embrasser du regard le camaïeu vert et jaune des prés et des champs, les fleurs roses et blanches des vergers, les longues plages de mon enfance, les rochers noirs où les vagues viennent se briser. Et au-delà, le bleu profond veiné de blanc. À l’infini. Un survol de ma vie.
— Et le troisième vœu ?
— Une piqûre pour ne pas fêter mes cent-onze ans.
Silence.
Un murmure consterné parcourt ensuite l’assistance. Les verres de champagne déjà levés s’immobilisent. La journaliste regarde le cameraman ; il lui lance à son tour un regard interrogatif. Elle hausse les épaules en contenant un fou rire et lui fait signe de continuer. Après tout, ils n’ont qu’à se débrouiller à la régie, qu’ils interrompent la liaison s’ils le veulent. Elle commence à l’intéresser, cette vieille dame fantasque. D’autant plus que, l’œil malicieux, celle-ci poursuit avec aplomb : « Je trouve scandaleux de ne pas pouvoir décider de sa propre vie jusqu’au bout. On devrait pouvoir dire stop, je descends ici. »
La petite-fille de la dame pose la main sur la manche du chemisier à fleurs rouges, en suggérant à sa grand-mère de boire un peu et manger son gâteau. De l’autre côté de la fenêtre, l’air chaud expire un dernier souffle de dragon ; le gros ballon arc-en-ciel se déploie joyeusement dans le vent.
La journaliste et le cameraman se dirigent vers la nacelle pour saisir l’embarquement. Ils ne monteront pas à bord, mais un entretien est prévu au retour, sur les impressions de voyage et les traditionnelles explications que la dame devra donner à sa longévité. Cette originale-là aura sans doute autre chose à dire que l’évocation de sa vie de petite ou grande bourgeoise, du traditionnel verre de porto du dimanche et du carré de chocolat noir quotidien.
Personne ne sait encore qu’il n’y aura pas de dernière interview.
À mi-parcours, alors qu’elle survolait la mer, la vieille dame a sauté en silence. Sans parachute : on le lui avait interdit.
51

Un petit mot pour l'auteur ? 78 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Randolph B.
Randolph B. · il y a
Lire...et relire entre les lignes.
Image de Jeanne en B
Jeanne en B · il y a
J'avais commencé par ce texte en venant sur votre page, car plus court que les autres, j'avoue, et je reviens :-) vous avez réussi à traiter la décision de cette vieille dame de façon légère et avec une touche d'humour. La dernière phrase est sans appel. J'ai apprécié. Bonne soirée.
Image de Françoise Cordier
Françoise Cordier · il y a
Merci Jeanne
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Je viens de le relire....je l'avais lu, pas commenté.
C'est un joli plaidoyer pour le droit à choisir quand mourir, écrit sans pathos. J'envie cette vieille dame capable d'enjamber une nacelle à 110 ans :))

Image de Françoise Cordier
Françoise Cordier · il y a
Le côté sportif est un peu poussé, mais l'intention est en effet louable... en attendant que la loi autorise des fins volontaires moins spectaculaires.
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Et surtout dans une fiction comme celle-ci, la véracité est ailleurs. C'est une belle métaphore.
Image de Françoise Cordier
Françoise Cordier · il y a
Merci
Image de Blackmamba Delabas
Blackmamba Delabas · il y a
Il faut toujours aller au bout de ses rêves...
Bon! Une chute magistrale!

Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
Une dame qui savait ce qu elle et à qui on n imposait rien
Image de Pierre-Hervé Thivoyon
Pierre-Hervé Thivoyon · il y a
J'aime beaucoup ! La montgolfière et la chute. C'est le cas de le dire.
Image de Julien LEON
Julien LEON · il y a
Une manière légère de traiter un sujet sérieux. Joli
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Bravo Mamie, tu ne les as pas laissés te contrôler jusqu'au bout !
Image de Nicolas Auvergnat
Nicolas Auvergnat · il y a
Là j'ai été saisi !
Image de Mijo Nouméa
Mijo Nouméa · il y a
La chute était un choix bien calculé. J'aime beaucoup votre écriture. :)

Vous aimerez aussi !