2
min

En bleu et jaune

Image de Ktou14

Ktou14

19 lectures

16

Depuis quelques semaines il y pense, se concentre, se prépare, anticipe... Cette nuit, l'excitation l'a tenu un peu plus éveillé que d'habitude. Mais ça y est ! Chaudement vêtu, bien chaussé, il s'équipe de son casque et monte dans son bolide. Un bolide bleu avec des bandes jaunes, repeint par un de ses oncles conformément à son souhait. Il n'est pas peu fier !
Lentement la machine s'ébranle. Il lui faut un peu de temps pour trouver son rythme et la bonne allure, mais c'est bon, il la tient et peut désormais accélérer. Il est grisé par la vitesse et la petite touffe de cheveux qui dépasse du casque devient toute folle dans le vent... quel délice de sentir l'air froid lui picoter la peau.
Il a choisi un endroit tranquille, une ancienne route qui ne mène plus au bout de rien, mais qui comporte assez de dénivellations pour assouvir son besoin de vitesse. Il ne sent plus ses jambes, tellement ça file. Les dernières maisons se sont estompées, les prés et les champs leur ont succédé, mais il les voit passer comme il les a vus défiler dans le train l'autre jour, sans rien distinguer de précis.
Il écarte les bras, hurle son bonheur, sa joie et reprend bien vite le contrôle de son véhicule. Un lapin qui passait par là s'échappe devant lui, pris de panique ; les vaches qui paissent tranquillement n'en croient pas leurs grands yeux étonnés. C'est quoi ce truc ?
Il amorce la dernière courbe, qui va le mener à l'entrée du bois, là où la route désormais inutile s'arrête et se laisse peu à peu envahir par les herbes sauvages.
Il l'aime, cette futaie. Il se souvient y être venu maintes et maintes fois avec son grand-père pour y couper du bois. A l'aller, c'était super ! Papy l'installait dans sa vieille carriole bringuebalante et ils descendaient ainsi tous deux du village. Il était secoué comme un prunier par les trous et les bosses de la chaussée en mauvais état et en ressortait avec les fesses meurtries, mais avec dans la gorge et les yeux un rire énorme qu'il ne pouvait partager qu'avec papy. De ces moments d'enfance qui laissent au coeur leur marque indélébile. Par contre, au retour, les choses se corsaient. La petite carriole était chargée au maximum et il fallait remonter cette côte, à ses yeux gigantesque ! Papy tirait et il poussait ! La bonne odeur du bois coupé laissait présager la douceur des veillées à venir, mais l'exercice était épuisant, les éclats de rire se faisaient plus rares, voire inexistants. Heureusement la bonne limonade toute fraîche qui l'attendait à l'arrivée, servie par sa grand-mère, lui faisait oublier la difficulté et le découragement qui l'avaient saisi peu avant.
Ainsi il se rapproche aujourd'hui à toute allure de ce lieu enchanteur, sa petite madeleine à lui !
L'engin a pris encore de la vitesse. ll est grisé, se sent tout-puissant, du haut de ses sept ans, dans ce clair matin d'hiver quand, soudain... il a beau tourner le volant dans tous les sens, enlever ses pieds des pédales, le nid de poule auquel il n'avait pas pensé, qu'il n'a pas vu arriver, a eu raison de sa mécanique.
Tandis qu'il passe cul par dessus tête pour atterrir tout estourbi dans le fossé, un gros chagrin hurlant dans son coeur et bloquant sa gorge, là-bas, un peu plus haut dans le ciel, une voiture à pédales continue seule un chemin improbable pour s'écraser, bouillie bleue et jaune, dans un champ de pierraille...

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très courts
16

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Polotol