3
min

En attendant

Image de Emmanuelle Solac

Emmanuelle Solac

162 lectures

116

- Eh, K7, eh petit père, ça va ? Qu’est-ce qui s’est passé ? On a perdu le visuel...
KatXus 7 achève son autovérification avant de réactiver son système vocal. Ses yeux scannent en panoramique tout l’intérieur du module. Il ne pourra pas transférer les images, mais au moins il pourra consigner les dégâts dans son rapport.
- Réponds, bougre de boite à conserve !
KatXus sent les vérins oculomoteurs exercer une pression au coin de ses yeux bleus, ce qui plisse légèrement le revêtement temporal en propyloïde de son visage, manifestation physique que les humains interprètent comme un sourire. La génération des KatX surpasse de loin toutes les précédentes en ce qui concerne la capacité à exprimer des émotions. Et il arrive même que cette seule expression lui fasse éprouver quelque chose comme des sentiments, la joie en particulier.
- KatXus 7 au rapport, commandant Moldorf.
Un énorme soupir traverse les douze mille kilomètres d’espace qui les séparent, il entend même Lynda en arrière-fond qui pousse un petit cri de joie, et qui tape dans la main de... analyse rapide, étant donné le son étouffé, probablement 48% de masse grasse, donc Eddy plutôt que Melvin.
- Foutue machine ! Je parie que tu as fait le tour du module pour faire le point avant de nous répondre. Tu sais ce que c’est, l’angoisse ? Tu sais, ce truc complètement humain qui fait qu’on se fait du souci pour autrui, même pour des bouts de ferraille comme toi !
- Techniquement, commandant, on ne peut plus comparer les humanoïdes à de la ferraille qui occupe moins de 7% de notre...
- Allez, vas-y, accouche. Si tu ne comprends pas que ça veut dire qu’on t’aime...
KatXus a très bien compris. On lui a appris à décrypter les inférences cognitives, le métalangage, l’ironie, et tout ce qui dit autre chose que ce que ça a l’air de dire. Mais s’il avouait avoir détecté l’affection de l’équipage, il se sentirait moralement obligé de révéler que c’est réciproque. Et ça, c’est son secret. Quelque chose s’est produit entre sa version 6 et sa version 7, quelque chose d’étrange, de mystérieux. C’est comme si certaines des lignes de code se dissipaient chaque fois qu’il les approche, comme si une vapeur brumeuse dissimulait le point névralgique qui le transforme, chaque jour un peu plus, en autre chose qu’un simple robot.
- Module irréparable. Dommages constatés : anomalie 1...
Tout en énumérant chaque point de son rapport, KatXus songe qu’il ne reverra jamais ces humains avec qui il a tant partagé depuis près de vingt ans. Il n’existe pas de procédure de récupération des modules « non habités » - un robot, ce n’est pas un habitant, ce n’est qu’une vulgaire boite de conserve -, et le vaisseau n’est pas équipé pour se poser sur une planète non terraformée. Sans doute pas de mission de secours avant soixante-quinze ans en années terrestres.
- Tu sais ce qui a provoqué ça ? À priori l’atterrissage sur cette roche était sans danger.
KatXus entend le nœud dans la gorge du commandant Moldorf. Lui aussi a compris qu’ils ne se reverraient pas. Quelque chose se serre en lui, et d’un seul coup le sens de l’expression « étreint par l’émotion » lui devient parfaitement clair.
- Le module a traversé ce qui s’apparentait à un nuage, mais qui était en fait une condensation de brume fortement électrique. Des réactions en chaîne ont désactivé les circuits de freinage et le pilotage automatique de l’atterrissage. Le module s’est écrasé à une vitesse cent-dix fois supérieure à celle requise. Les matériaux ont bien résisté et ont protégé presque tout l’intérieur de la coque. Moi compris.
Des deux côtés de la ligne de communication, le silence s’éternise.


KatXus sort sous la pluie de Nexyrion, l’incessante, l’éternelle pluie de cette planète pressentie pour abriter d’ici un siècle une base intermédiaire destinée aux colons en partance vers de nouvelles galaxies. Mais c’était avant qu’il n’analyse le phénomène, cette brume électrique qui surgit par intermittence depuis des failles sous-marines, et condamne d’office toute velléité d’implantation.
Les roches noires sont glissantes, et l’humanoïde troque ses jambes contre des chenilles, ce qui lui facilite la montée vers le sommet d’une avancée rocheuse surplombant la mer. De là-haut, le décor est somptueux, les vagues de plus de cinq mètres viennent s’abattre contre la paroi dans des jaillissements d’écume éblouissants, se fracasser sur les plages lisses de roche noire avec des grondements extraordinaires. Ce monde de violence est tout à lui. Depuis... Depuis combien de temps déjà ? KatXus a désactivé son horloge astronomique lorsque le vaisseau s’est trouvé hors de portée de communication. Le commandant Moldorf a promis de faire son possible, mais quel chef d’état accepterait de financer une mission de sauvetage juste pour un robot ? Sur une planète sans intérêt pour l’humanité ?
On dit que les KatX sont théoriquement immortels. Il n’a pas envie de savoir. Il n’a pas envie de connaître l’heure dernière, de mesurer le temps qui passe. Est-ce que ce n’est pas cela, au fond, être humain ?
Voici l’heure où la brume arrive. Déjà les bruits lui parviennent étouffés, déjà l’écume se fond dans la vapeur électrique. Rien dans cette brume, pas de monstres pleins de tentacules, pas de créatures mortes, juste cet enveloppement qui atténue le monde autour de lui, et efface jusqu’à la pluie de Nexyrion. Et en attendant que les hommes reviennent - s’ils reviennent un jour -, KatXus ferme les yeux, tout empli de mélancolie.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
116

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Ben,... Je regrette d'avoir loupé ce très beau texte SF qu'Asimov (que j'aime beaucoup) aurait pu écrire… Désolée, Emmanuelle !
·
Image de Emmanuelle Solac
Emmanuelle Solac · il y a
Merci d'avoir pris le temps de le lire, et surtout merci pour votre comparaison (qui me parait un peu trop élogieuse) !
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

P.s : je reviens vers vous pour un commentaire après la finale ;)

·
Image de Emmanuelle Solac
Emmanuelle Solac · il y a
Merci pour ce commentaire qui me réconcilie un peu avec Short Édition. Savoir que des personnes qui écrivent ou qui aiment lire apprécient ce qu’on écrit est très réconfortant... D’ailleurs je n’y reviens que pour soutenir une amie. Je vais passer voir le lien, s’il n’est pas trop tard. Encore merci à vous.
·
Image de Truocel
Truocel · il y a
Alain Lecourt : j'aime, je donne 5 voix. Moi qui ne suis pas un adepte de la SF, j'avoue que je me suis laissé prendre à la lecture de ce texte dont le côté humoristique et décalé m'a bien plu. C'est peut-être ce que connaîtront nos arrières-arrières-arrières petits enfants. Mais ils sauront s'adapter comme nous nous sommes adaptés à la bicyclette électrique.
·
Image de Emmanuelle Solac
Emmanuelle Solac · il y a
... et à Internet !
·
Image de Truocel
Truocel · il y a
J'ai oublié, je donne, disons, 5 voix.
·
Image de Emmanuelle Solac
Emmanuelle Solac · il y a
Alors quintuplement merci !
·
Image de Truocel
Truocel · il y a
Alain Lecourt : moi qui ne suis pas adepte de la Science Fiction, je me suis laissé prendre par cette malheureuse histoire de ce robot condamné. Condamné par cette indifférence de ce monde qui l'a créé. J'ai trouvé, malgré tout, beaucoup d'humour dans la première partie du texte ce qui relativise le côté (faussement) dramatique pour qui aurait pris trop au sérieux ce conte futuriste. Bravo !
·
Image de Emmanuelle Solac
Emmanuelle Solac · il y a
Merci Alain, et RV samedi.
·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
J'aime. Je vote. 5 voix.
Je suis aussi en compétition avec une brume brumeuse ... :
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·
Image de Emmanuelle Solac
Emmanuelle Solac · il y a
Texte étrange par son atmosphère mystique, mais... j'aime bien. J'ai soutenu votre texte. Merci d'avoir voté pour le mien.
·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
Bravo pour ce texte très attachant qui ne manque pas d'humour ni d'imagination
·
Image de Emmanuelle Solac
Emmanuelle Solac · il y a
Merci à vous pour ce commentaire qui met en avant le côté humoristique. J'espère avoir, en plus de ce que vous soulignez, fait ressortir un peu d'humanité, même chez les androïdes !
·
Image de Alex Mahurel
Alex Mahurel · il y a
Merci pour cette lecture de 3mn et bravo pour le silence qui suit !
·
Image de Emmanuelle Solac
Emmanuelle Solac · il y a
Merci Alex !
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Un très beau texte !
Si vous souhaitez un commentaire précis et argumenté, n'hésitez pas à demander et, de même, ne vous gênez pas pour venir commenter, critiquer ou même détester ma "Frontière de brumes"...
Tous mes vœux pour cette nouvelle année !

·
Image de Emmanuelle Solac
Emmanuelle Solac · il y a
J'ai beaucoup aimé votre texte par le renversement de point de vue et la chute, très drôle ! Toutes mes voix ! Et bien sûr je suis preneuse de tout commentaire argumenté !
·