3
min

Elyne et le livre codé :

Image de Etoile*

Etoile*

6 lectures

1

Elyne et le livre codé :
Malgré sa mauvaise expérience, Elyne, curieuse de nature, remonte au grenier. Cette fois, elle ne s’intéresse pas à la boîte à musique, mais à un carton rempli de livres qu’elle regarde un par un. Il y en a de tous les genres mais celui qu’elle tient dans les mains lui semble particulier. Sa couverture est intacte, dans un superbe cuir bleu, ses pages n’ont pas été altérées par le temps et le papier brille de mille éclats...
Intriguée, elle décide de le ramener dans sa chambre pour mieux l’étudier. Tout d’abord, Elyne cherche à lire le titre sans y parvenir... puis, tente de lire le début du premier chapitre. Mais impossible ! Cela l’étonne car elle sait lire depuis longtemps. Soudain, les pages se tournent toutes seules puis stoppent net. Elyne regarde de plus près et voit au beau milieu d’une page quelques lignes qu’elle peut déchiffrer sans difficulté « bonjour, je suis le livre codé. Si tu es arrivée jusqu’ici c’est que tu as au moins pris la peine de m’ouvrir. Je suis un livre spécial. Je raconte une très belle histoire, mais pour me lire, il faut le mériter ! En effet, chaque chapitre est écrit dans un langage particulier mais ne t’inquiète pas outre mesure, tout au long de l’histoire, des indices te sont fournis pour te permettre de découvrir les codes...
Décidément Elyne apprécie de plus en plus cet ouvrage. Elle s’installe confortablement sur son lit et l’ouvre à la première page. Les mots sont tous écrits avec des lettres appartenant à l’alphabet français mais sont illisibles. Elle tourne la deuxième puis la troisième page quand soudain elle voit se dessiner en sous impression une main puis des doigts mis en relief. Elle comprend qu’il faut utiliser ces derniers pour faire bouger les lettres et les remettre dans l’ordre. Elle passe ses doigts sur une ligne et voit que chacune des lettres change de position pour rendre lisible ce qui est écrit. Génial ! Elyne insiste et pratique cette méthode sur la totalité de la première page. Quand elle s’apprête à faire de même sur la deuxième, le chapitre se met directement en lecture lisible. Elyne est non seulement ravie du plaisir éprouvé à décoder les mots illisibles mais aussi à découvrir le début de l’histoire : « la terre vient de vivre un cataclysme, il y a eu de nombreuses explosions qui ont entraîné des milliards de morts... seuls quelques êtres humains, accompagnés de quelques espèces animales ont réussi à monter dans une navette spatiale pour se rediriger vers... ».
Elyne continue sa lecture et applique la même méthode pour décoder la première page des chapitres suivants. Au sixième chapitre, elle réalise que le code vient de changer. Elle se met en quête d’indices... celui-ci est plus difficile à trouver. Il lui faut beaucoup d’attention et de temps pour remarquer à certains endroits des chiffres et des nombres allant jusqu’à 26, écrits en tout petit au-dessus de certaines lettres. Elyne ne saisit pas tout de suite la subtilité, mais en persévérant, comprend qu’il y a un lien entre les chiffres et les lettres. EUREKA ! « J’ai trouvé ! » comme aurait dit, selon la légende, le savant grec ARCHIMEDE. Le chiffre correspond toujours à la même lettre, il y en a 26 parce qu’il y a 26 lettres dans l’alphabet français. Elyne se met alors au travail. Au moment où elle commence à se décourager car c’est un travail fastidieux, la lecture devient lisible et le code disparaît.
Quand Elyne, toute excitée, raconte à sa mère ce qu’elle fait depuis plusieurs jours en activité extrascolaire, cette dernière lui raconte l’histoire des machines ENIGMA. Cela se passait durant la deuxième guerre mondiale. Les Allemands avaient inventé une machine du nom « d’ENIGMA » pour coder les secrets économiques puis militaires du pays. Les alliés étaient incapables d’en trouver les codes même en réunissant les plus grands intellectuels de l’époque. Cette machine était tellement révolutionnaire que chaque matin, les clés de chiffrement étaient modifiées. De plus, en capturer une ne servait à rien car il existait des milliards de milliards de combinaisons et donc de codes. Pour réussir à la combattre et à l’anéantir, les alliés créèrent des contre-machines, calculateurs programmés pour "mouliner" jusqu’à trouver la bonne clé de chiffrement. Ce fut très important, car le cassage de l’ENIGMA, notamment réalisé par le Britannique Alan Turing et des personnes des services de renseignements des pays alliés, aurait permis d’écourter la guerre de deux ans et d’épargner près de quinze millions de vies humaines.
La mère d’Elyne était partie dans son propre univers... Quand elle s’arrêta de parler, Elyne reprit la discussion au sujet de son livre...
Quelques semaines plus tard, elle arriva au terme du dernier chapitre et fut quelque peu frustrée, en effet, elle sentait bien que l’histoire n’était pas finie et pouvait subir de nombreux rebondissements... A ce moment-là, le livre s’illumina de nouveau, laissant apparaître un dernier message « félicitations, à ce jour s’offrent à toi deux choix, le premier est de te suffire avec cette histoire, le deuxième est de poursuivre l’aventure... je te propose de te rendre à la toute dernière page. Tu y découvriras un coupon réponse sur lequel se trouve un numéro spécial. Découpe-le et envoie-le à l’adresse indiquée. Tu recevras alors le tome deux... À bientôt...
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Silvie DAULY
Silvie DAULY · il y a
Cette histoire est riche en thèmes intéressants: ce livre est un mélange de nouvelles technologies de notre époque et d'un système de code utilisé pendant la seconde guerre mondiale. Il est aussi soumis à la logique commerciale d'aujourd'hui, puisqu'il faut renvoyer un coupon-réponse pour recevoir le tome deux. Le décor est planté, mais les thèmes sont éparpillés et le message que transmet le livre est à peine esquissé. Est-ce une mise en garde contre la fin du monde provoquée par l'inconscience de l'être humain? Une narration est aussi un jeu de construction: début, milieu, fin, chaque pièce s'emboîtant dans une autre et faisant avancer l'action. Vous avez beaucoup de bonnes idées, mais posez-vous à chaque fois cette question: qu'est-ce que je cherche vraiment à dire?

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Par-dessus l'épaule j'ai jeté le casque, le mec, la maison, la famille. Petite brise, grand soleil, je roule vers le sud, par les petites routes. C'est vallonné, merci le moteur. Les jeunes ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Excité comme un enfant le soir de Noël, Thierry fait hurler le moteur de sa moto. Il jubile intérieurement : « Ça, c’est le plus beau coup de ma vie ! » Il faut dire que ...