1
min

Éloges d'un misanthrope amoureux

Image de Ludo

Ludo

18 lectures

5

Une fois n'est pas coutume, en ce soir triste et pluvieux, je vais essayer de garder mes lignes acides pour moi. Je vais essayer de mettre un peu de lumière, un peu de douceur dans un texte... je pars de loin, ce n'est pas gagné.
Ce monde est laid, les hommes aussi le sont d'ailleurs, mais, sans les femmes, il serait tout bonnement invivable !
On me demande souvent si je suis capable de discerner les beautés que cette vie peut offrir. Alors, naturellement, mesdames, j'ai décidé d'écrire le respect et l'amour infinis que je vous porte, car, ici-bas, l'ultime beauté c'est vous !
Bon, j'entends déjà quelques écervelés me traiter de démagogue... ben voyons ! Pour tout vous dire, ça m'en flatte une sans émouvoir l'autre... Mes textes, je sais pourquoi, je sais comment je les cède et surtout, je sais la sincérité que j'y mets. Après, chaque lecteur est libre de les travestir à sa guise.

Je disais donc, mesdames, mesdemoiselles, je vous aime presque toutes. Les prudes et les putains, les casanières, les aventurières, les discrètes, les bruyantes, les douces, les sauvages -surtout les sauvages- les sages et les moins sages, les mères, les filles, les fidèles, les infidèles... presque toutes !
Quand je vois qu'un peu partout sur cette terre vos libertés, votre dignité que jamais un homme ne pourra même effleurer sont abîmées c'est tout mon être qui se fissure. Tout ça au nom d'une pseudo supériorité. Foutaises ! La plus faible d'entre vous sera toujours au moins deux fois plus forte que n'importe quel pantin du même sexe que moi.
Si cela peut vous rassurer, c'est la jalousie qui guide leurs actes, la peur aussi. Derrière chaque femme bafouée se cache un pauvre con frustré de n'être qu'un homme. La violence étant la seule réponse de leurs cerveaux simplistes et étriqués à la frustration d'être moins doux, moins sensible, moins intelligent, moins humain... tout simplement.

Mes mots ne sont que des mots, je sais, mais je vous le concède ici :
-mesdames, je vous adule !
J'ai bien conscience que ce texte ne changera pas le triste sort des victimes de la bêtise masculine, mais ça ne leur fera certainement pas mal de le lire... Vous êtes la noblesse de ce monde en lambeaux ! Je ne cesserai jamais de l'écrire, de le hurler, mesdames, je vous aime !

5

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Catherine Keller
Catherine Keller · il y a
Le misanthrope est homme: il faut donc bien que l'humaniste soit misanthrope en quelque mesure. Mais c'est un misanthrope scientifique, qui a su doser sa haine, qui ne hait d'abord les hommes que pour mieux pouvoir ensuite les aimer. Sartre, Nausée, 1938, p.152.
·
Image de Br'rn
Br'rn · il y a
Belle déclaration !!!
·