Elle a été tuée par un débris spatial

il y a
1 min
12
lectures
6

Votre Shy Cat aime philosophie et poésie , cherchant, encore et encore le sens d' une présence! http://www.monbestseller.com/actualites-litteraire/8724-pourquoi-jecris-18#comment-44022 Si la  [+]

La vie sur Mars est plutôt monotone. Chaque jour Sandra sort de sa nacelle sécurisée, enfile sa tenue et vérifie les instruments de mesure.Tout cela est léger, à l’image de la faible atmosphère de la planète.
La jeune astronaute n’a pas besoin de réfléchir : jour après jour, heure après jour elle sait ce qu’elle doit faire dans ce nouveau monde rouge qui ressemble tant aux déserts terrestres. Sandra aime cette vie organisée, cette recherche rationnelle et systématique des traces d’une vie passée : ainsi elle peut oublier tout ce qui ne va pas, tout ce qui était imprévisible, impensable, impossible.

Le belle brune le sait : elle se ment à elle-même, elle se crée une pseudo normalité et tente d’échapper à l’océan de folie qui menace de l’engloutir.
Fébrile, elle regarde l’heure : onze heures, il lui reste une heure avant, avant...

La durée du jour sur Mars était semblable à celle de la Terre.
La Terre, si lointaine, si irréelle, si inaccessible. Depuis des mois, la planète bleue ne répondait plus. Tous les instruments fonctionnaient parfaitement (une réussite cette expédition!) et Sandra était fidèle à toutes les heures de rendez-vous. Elle envoyait tous les rapports, les mesures, mais rien, absolument rien ne se passait : aucune réponse, aucun signe de vie.

Elle avait dû se débrouiller toute seule pour atterrir, submergée par l’angoisse.
Les dernières nouvelles étaient cauchemardesques : tous les réseaux informatiques tombaient en panne, des armées de Zombies dévastaient sa planète natale.
Pourquoi, pourquoi ?
Les maigres informations n’étaient guère crédibles : on parlait d’une jeune japonaise, une certaine Sakura qui aurait lancé une attaque informatique depuis Yokohama.
Tout cela n’avait aucun sens : il n’y avait aucun lien entre un piratage informatique et une pandémie de psychose.

Soudain Sandra prit peur : Cela revenait !
Le processus était simple : sa conscience s’obscurcissait et elle s’entendait parler, par télépathie avec un bébé : une sœur restée sur Terre !
Heureusement, cela ne durait guère et le détail de la conversation disparaissait immédiatement.
Les rares souvenirs n’avaient aucune cohérence : elle devait sauver une femme enceinte ?

Mais Midi approchait, et comme chaque jour la belle brune attendait de subir « l’épreuve », c’était, hélas, inévitable.

Midi :enfin un message de la terre ! C'était un court extrait d'un journal télévisé. Avec un regard triste la présentatrice disait : " Nous ne reverrons jamais Sandra l'exploratrice martienne. Elle a été tuée par un débris spatial "...
6
6

Un petit mot pour l'auteur ? 5 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Didier Poussin
Didier Poussin · il y a
Nouvelle fraîche
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
J'aime bien ce récit SF...
Image de Philshycat
Philshycat · il y a
j'adore la sf !
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
une mini variante du film de Rydley Scott "seul sur Mars"?
Image de Philshycat
Philshycat · il y a
féminine !

Vous aimerez aussi !