Elle

il y a
2 min
204
lectures
81
Qualifié

Mes premiers écrits remontent à mes 10 ans. Après un Bac A3 Théâtre Philosophie, je me suis orientée dans l’animation, puis dans la comptabilité et la gestion administrative, sans pour autant  [+]

Image de 2020
Image de Très très courts
Mon amour,

Ce soir, le paysage avait ces reflets rose des mois d’octobre. Octobre... Le mois de toutes les saisons, le mois des jours après jour. Le mois du jour d’après.
Voilà trop de temps que je n'ai t'ai pas donné de nouvelles, terrée dans un silence lancinant à la saveur amère de l'acceptation imposée. Depuis combien de temps n'ai-je pas versé, dans la courbe de ces lettres, dans la fluide délicatesse de cette plume, mon cœur dans le tien et mes pensées pour te parler d'ELLE et du jour d'après ?

Le jour d'après, il y en a eu trop à son goût.
Il y a eu celui du lendemain où IL s’est révélé, par cette anomalie, demandant cet examen complémentaire qui l'a laissé en plein désarroi et où, dans l'attente, l'inquiétude a côtoyé l'espoir.
Je me souviens encore de ses silences, de ses regards égarés où se lisait ses cris silencieux.

Elle en a connu d'autres, des jours d'après... Dans ce train de l'incertitude, il y a eu plusieurs arrêts aux gares des espoirs manqués, des petites victoires, des déceptions. Mais tu étais là, solide, patient, compréhensif. Tu as été, tel un chef de gare, présent à chaque arrêt, à chaque étape pour la cueillir, elle, fleur délicate un peu froissée, comme un oiseau blessé.

Et puis, après toutes ces années de vie en pointillé, de petits bonheurs, l’épée de Damoclès s’est rappelée à ELLE, à toi, à nous. Le couperet est tombé. IL a récidivé. IL s’est propagé, malgré l’opération, la chimio, la radiothérapie, les traitements... IL a grignoté son corps, sa vie, silencieusement, imperceptiblement. Partie d’échec, où IL a toujours un coup d’avance, et nous, impuissants, ce nœud dans la gorge, ces larmes au bord des yeux, face à la douleur qui tiraille sa chair, son corps.

Aujourd’hui je voulais te parler de ce jour d’après, celui précisément, où nue, devant le miroir de sa salle de bain, elle regardé son corps dévasté par l’opération de la dernière chance. Ses traits tirés, ses cheveux rasés, son visage émacié, la plaie en cours de cicatrisation. Ce jour où elle fait l’état des lieux de ce qui ne sera plus, de ce qui ne lui appartiendra plus, de ce dont elle a été dépossédée.
Elle s’est vu tel un soldat abimé par la guerre, touchant du bout des doigts, les stigmates de cette bataille enfin remportée, pour un peu de vie, encore.

Elle savait que tu l’observais discret par la porte entrouverte, inquiet, triste, désemparé, la couvant de cet amour indéfectible. Musique silencieuse de ses interrogations et cette étrangeté de n’avoir qu’un seul sein...Femme sauvage, Amazone de la vie, son sein nourricier désormais absent... Sa féminité ébranlée. Il flottait dans la pièce des pensées suspendues au présent tandis qu’ELLE se dévisageait.

Dans ce face à face avec son miroir, elle a contemplé ce champ de doute, d’incertitude. IL n’est plus là, mais IL a laissé sa trace...Tous les jours d’après seront à reconstruire, à réinventer dans l’intimité et les clairs obscurs des approches charnelles. ELLE va devoir rapprivoiser ce corps, réajuster sa désirabilité. Malgré la stupeur de la dévastation, de l’atteinte à son être, à ses repères, ELLE s’est sentie comme dame nature... La vie reprend toujours ses droits, c’est une question de temps.

Et puis, je me souviens de cet instant, où poussant délicatement la porte, tu t’es approché d’elle, pour l’enlacer devant ce miroir, elle nue, toi habillé. Vous regardant l’un l’autre, main dans la main, elle t’a dit : « je te présente ELLE ». Ce à quoi tu as répondu : « enchanté, je vous présente MOI »

Mon amour, je voulais te remercier de ton amour, de ta patience, de ton regard pour ELLE qui n’a pas changé depuis toutes ces années. Je te remercie de l’aimer encore, sinon plus, car ELLE, c’est moi, et toi, moi, ELLE, désormais, c’est NOUS.
81

Un petit mot pour l'auteur ? 51 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Tess Benedict
Tess Benedict · il y a
Beau jeu des pronoms qui enveloppent le IL du cancer jusqu'à l'étouffer peu à peu, avec des images fortes. J'aime beaucoup les arrêts aux gares des espoirs manqués,
Image de Fabienne Maillebuau
Fabienne Maillebuau · il y a
Pascale, ce jeu de mot sur ce Elle, ce Moi et ce Nous résume bien l'essentiel de la maladie, de la rémission, reconstruction et force de l'amour, merci pour ces mots, mes cinq voix, Pascale, je vous invite sur https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-jour-dapres-25
Image de Carla
Carla · il y a
Bravo Pascale, je t'encourage !
Image de Pascale Battistelli
Pascale Battistelli · il y a
Merci beaucoup !
Image de Claude MORTRAISE
Claude MORTRAISE · il y a
Merci pour votre texte
PS : Si le coeur vous en dit, j'ai rédigé deux textes Prose en rose

Image de Pascale Battistelli
Pascale Battistelli · il y a
Merci ! Je passerai vous lire.
Image de Elodie Par Ici
Elodie Par Ici · il y a
Touchée ...
Image de Pascale Battistelli
Pascale Battistelli · il y a
Merci🤗
Image de Agnès Benet
Agnès Benet · il y a
Superbe 💕
Image de Pascale Battistelli
Pascale Battistelli · il y a
merci !
Image de Corinne Gerent
Corinne Gerent · il y a
Très émouvant, et juste.
Image de Pascale Battistelli
Pascale Battistelli · il y a
Merci :-) !
Image de Marie claude Fermaud
Marie claude Fermaud · il y a
Elle évolue dans les mots avec grâce et légèreté, sensible et juste, fraîche comme la rosée d'un matin, son texte est tout juste magnifique... Touchée.
Image de Pascale Battistelli
Pascale Battistelli · il y a
Merci !
Image de Cristelle Avila
Cristelle Avila · il y a
Magnifique, m'a touché énormément.
Image de Pascale Battistelli
Pascale Battistelli · il y a
Merci !
Image de François Milhiet
François Milhiet · il y a
Très beau texte
Image de Pascale Battistelli
Pascale Battistelli · il y a
Merki