2
min

écoeurant!

Image de Cétacé

Cétacé

292 lectures

242

Je me souviens, quand j’étais gamin - j’avais treize, peut-être quatorze ans, guère plus - il y avait un sadique qui sévissait dans le quartier. Plusieurs femmes avaient été agressées. Toutes avaient remarqué sur ses vêtements comme une odeur de sang, une odeur âcre, écœurante.

On orienta les recherches du côté du boucher, où l’on m’envoyait parfois chercher une commande. Ses alibis étaient en béton. Le sadique continua à rôder, mais ma mère me conseilla de changer de trottoir quand je passais devant chez Cyril. Le boucher. On ne sait jamais, disait-elle.

On nous répéta que l’homme était dangereux, et qu’il fallait faire attention. Surtout ne pas s’attarder sur le chemin quand on rentrait de l’école. Son portrait-robot avait été placardé sur les poteaux des feux de signalisation, des gouttières et des lampadaires.

Je me suis mis en tête de trouver ce type. Qui devait être forcément sale, vu son portrait : sourcils et tignasse en broussaille, œil torve, son menton et sa lèvre supérieur grisés de mauvais poils sur une dentition plantée de chicots. Ecœurant !

Moi, je rêvais d’être, un superflic, un Marlow, un Sam Spade. Je m’imaginais, clignant de l’œil sous la fumerole d’une cigarette sans filtre, un verre de whisky à portée de main, les pieds nonchalamment croisés sur mon bureau de détective à la renommée mondiale.

J’ai fauché la casquette de mon père, me suis armé d’une loupe, et j’ai commencé à fouiner. Sur le chemin de l’école, autour du supermarché où l’on m’envoyait acheter une bricole ou deux. Petit à petit, J’élargis mes recherches dans des quartiers que je ne connaissais pas.

J’ai ramassé, au hasard, ce que je considérais comme des indices : un bout filtre de cigarette, un papier de bonbon froissé, un écrou rouillé. Un jour j’ai trouvé une boite avec à l’intérieur deux cigarettes blonde, brisées. Un autre jour un poudrier dont le miroir était cassé.

Parfois dans ma chambre, je sortais tous ces objets, je les étalais sur mon lit et j’échafaudais des scénarii à n’en plus finir. Je reniflais les cigarettes. J’avais bien essayé d’en fumer une, mais je n’avais pas vraiment aimé. C’était écœurant de féminité.

Un jour, en passant devant une ruelle dans un quartier mal famé, j’ai entendu un horrible cri. J’ai failli prendre mes jambes à mon coup, tellement j’ai eu peur. Et puis je me suis souvenu que j’étais un vieux briscard de flic, et que c’était sur moi que toute l’affaire reposait.

J’ai longé le mur à croupetons, le nez au ras du mur. J’avais le cœur qui battait la chamade, on devait l’entendre jusqu’au bout de la ruelle. Arrivé à un coude, là, l’angoisse m’a saisi. Mais j’étais allé trop loin je ne pouvais pas faire demi-tour. Alors, j’ai risqué un œil.

Il y avait un escalier métallique qui grimpait le long d’une façade aveugle, et dessous, une porte entre-ouverte qui devait mener à une cave. Je me suis approché, avec mille ruses de sioux. Une drôle d’odeur remontait de ce sous-sol obscur. Âcre, écœurante.

« Comme une odeur de sang aurait dit Marlow après un passage à tabac en règle, l’arcade sourcilière éclatée. Quand on est sur le terrain il faut savoir prendre des coups dans la tronche, petit ! ». J’allais pour descendre, quand le même cri d’écorchée vive, tout proche, a retenti.

A ma grande honte, je me suis enfui. J’ai couru comme un dératé. Mais quelqu’un, ou quelque chose, derrière moi courait plus vite. Un chat roux, un énorme matou noir à ses trousses me filèrent dans les jambes. Ils escaladèrent les escaliers au coin de la ruelle...

... en couinant comme deux gorets qu’on égorge. Jamais je ne racontai mon aventure. Le sadique fut arrêté peu de temps après. C’était notre voisin de pallier, un pauvre vieux qui avait perdu la tête depuis la mort de sa femme.

Aujourd’hui Je suis commis chez Cyril, je débite et je tranche le lard à longueur de journée. Quand je rentre chez moi, le soir, les gens, sur le trottoir, m’évitent. Les femmes s’écartent en fronçant leur joli nez. Je porte sur moi comme une odeur de sang. Ecœurante.

PRIX

Image de 2018

Thème

Image de Très très court
242

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de RAC
RAC · il y a
Un petit côté Delicatessen ?! LOL !
·
Image de Cétacé
Cétacé · il y a
Oui, avec les matelas qui grincent en moins... LOL!
·
Image de Elisabeth LOUSSAUT
Elisabeth LOUSSAUT · il y a
Ah les bouchers....
·
Image de Cétacé
Cétacé · il y a
Ils en prennent plein la g..... en ce moment, les pôvres!
Merci de votre visite galette. Cé.

·
Image de Elisabeth LOUSSAUT
Elisabeth LOUSSAUT · il y a
Ha ha !!!
·
Image de Gali Nette
Gali Nette · il y a
Je vais regarder mon boucher autrement désormais :)))
·
Image de Cétacé
Cétacé · il y a
Vous avez raison, prudence, prudence ... Cé.
·
Image de JD Valentine
JD Valentine · il y a
oh, le joli portrait de boucher (mon frère serait content!)...L'histoire est très sympa, la chute bien vue. Mon j'aime Cé.
·
Image de Cétacé
Cétacé · il y a
Une autre histoire de boucher? Lisez "pourquoi j'ai tué mon père", vous m'en direz des nouvelles? Merci de votre visite et de votre appréciation. Cé.
·
Image de Marie-Françoise
Marie-Françoise · il y a
ambiance noire et glauque bien maintenue...faut courir comme un dé...raté pour finir commis je vote
·
Image de Cétacé
Cétacé · il y a
Merci Marie-Françoise, et bonne journée. Cé.
·
Image de Charles Duttine
Charles Duttine · il y a
je me suis bien amusé avec le ton de l'ironie et des personnages qui vont de l'Ogre au détective californien. Bien réussi ...
·
Image de Cétacé
Cétacé · il y a
Merci à vous Charles. Cé.
·
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Reconversion à l'horizon ? J'aime !
·
Image de Cétacé
Cétacé · il y a
Merci Chantal, Cé.
·
Image de jc jr
jc jr · il y a
L'odeur du sang a guidé la vie de ce garçon, du fin limier en herbe au garçon boucher. Viendriez-vous découvrir " le bilan " en finale TTC...
·
Image de Cétacé
Cétacé · il y a
Merci. Véyallé. Cé.
·
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
j'ai relu cette histoire glauque de sang séché, même coagulé ça tient toujours la route!
sinon, pour ma petite chapelle, je suis en double finale avec des textes que vous aviez aimé!

·
Image de Cétacé
Cétacé · il y a
Oké, vé allé vous visité, Cé.
·
Image de Loodmer
Loodmer · il y a
Une bonne idée de mettre en scène ce garçon à l'avenir prometteur, gâché par un emploi de garçon boucher, loin de celui de fin limier
·
Image de Cétacé
Cétacé · il y a
Encore une vocation de ratée ... Merci de votre visite, loup de mer. Cétacé (de l'océan)
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur